Les Neiges de l’éternel – Claire Krust

neiges-eternelSuite des nouveautés de la rentrée littéraire des Indés avec ce titre des éditions ActuSF, surprenant à plus d’un titre, et que j’ai tout particulièrement apprécié. Rares sont actuellement les titres de fantasy reprenant des univers asiatiques et donc chacun d’entre eux se savoure avec un plaisir non feint. Suivez-moi donc sur les traces de Claire Krust dans son univers de neige et de ténèbres inquiétantes…

La couverture, signée JungShan Chang, est totalement en concordance avec le livre. Une ambiance japonaise se dégage de l’ensemble, renforcée par les teintes rosées qui ne sont pas sans faire penser aux fleurs de cerisiers du printemps… En tout état de cause c’est du très beau travail et la quatrième vient renforcer cette impression :

Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur.

Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

Claire Krust nous propose donc ici son premier roman. Encore étudiante elle fait pourtant preuve d’une maturité dans l’écriture qui est en tous points impressionnante. Commençons par parler des idées qu’elle dégage à travers ce livre qui n’est à mon sens ni un roman, ni un recueil de nouvelles, mais bel et bien un hybride entre les deux. Tout commence avec une gamine qui cherche à sauver son frère malade en allant voir un guérisseur miraculeux, puis les personnages et les intrigues s’enchaînent. Mais tout reste malgré tout assez feutré : pas de combats grandioses, tout se passe dans la tête des personnages, dans la manière dont ils appréhendent le monde. Le plus impressionnant finalement c’est la manière dont le récit est conçu, comment l’auteur vient imbriquer ses différents éléments pour produire quelque chose de proprement fantastique. C’est ici que la maturité de cette jeune auteur est la plus impressionnante.

Les personnages qu’elle nous propose sont également très attachants mais sans tomber dans le pathos. Oui le propos n’est pas joyeux, mais à aucun moment on ne se sent déprimé lors de la lecture, ce qui démontre à nouveau une maîtrise de la langue et de la gestion des passions. Le style est également parfaitement adapté au propos. Sans grande emphases, ils se montre précis et poétique, feutré et agréable. Rien à redire de bout en bout de ce roman-recueil qui fait clairement partie des petites pépites à découvrir en cette rentrée.

Les Neiges de l’éternel est comme un théâtre d’ombre, discret et minuté à la perfection, et son ambiance est aussi fine et feutrée qu’un paravent en papier de soie. Lorsque l’on repousse la dernière page, on a la sensation de refermer doucement le shoji sur un univers qui a encore tant à livrer, malgré la sensation d’aboutissement que l’on ressent. Du très très bon travail tant de la part de l’auteur que de l’éditeur pour ce qui est clairement un coup de cœur de cette rentrée…

Les Neiges de l’éternel
Claire Krust
ActuSF
18 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *