enfants de peakwoodScrinéo a pris l’habitude, depuis quelques années, de nous proposer le meilleur de toute une frange des nouveaux auteurs de romans young-adult français. D’Oliver Peru et Patrick McSpare en passant par Estelle Faye, Nadia Coste, Gabriel Katz, voici venir leur dernière trouvaille : Rod Marty. Ce jeune français, chroniqueur sur eMaginarock durant quelques temps, se lance donc dans la cour des grands avec ce roman fantastique, aux véritables accents de mystères. Entrez donc à ma suite dans l’étonnante ville de Peakwood…

La couverture d’Aurélien Police est, comme à son habitude, un petit bijou. Elle met en scène l’un des points de départ de l’histoire de belle manière. Du très très bon travail de la part de cet illustrateur qui, à chaque nouveauté, nous ravit sans cesse plus. L’éditeur nous met également en jambe avec sa présentation :

Avez-vous déjà vu un chaman procéder à une cérémonie de l’Auki pour reprendre à la mort un proche décédé ? Si vous venez de répondre « Oui », c’est que vous n’avez pas bien compris les règles de base de cette cérémonie.
Règle n°1 : il est interdit de parler de la cérémonie de l’Auki
Règle n°2 : il est interdit de parler de la cérémonie de l’Auki
Or, comme vous, un habitant de la petite ville de Peakwood, Montana, n’a pas su tenir sa langue et garder secrète cette cérémonie pratiquée dix ans plus tôt par le chaman de la tribu indienne des Black Feet, suite à un tragique accident de la route impliquant un bus scolaire.
Alors que la ville de Peakwood est mise à feu et à sang par ses propres habitants qui ont sombré un par un dans le meurtre et la démence, Tom, Nora, Kevin ou encore Andrew vont devoir tenter de retrouver le responsable de cette violente folie sanglante.
Sauront-ils triompher de la mort une fois encore ?
La partie ne fait que commencer : combien de vies devront-ils utiliser pour la gagner ?

Je ne suis pas forcément le meilleur public qui soit pour les romans young-adult, que je trouve trop souvent trop édulcorés à mon goût. Mais le pitch de celui-ci m’a poussé à me laisser tenter, et finalement je ne l’ai pas regretté. Tout commence dans une petite ville paisible des États-Unis où un accident de bus, lors d’une sortie scolaire va changer du tout au tout l’avenir de ce bourg. Mêlant avec intelligence le fantastique classique et inquiétant, la magie chamanique, le quotidien, Rod Marty parvient à produire un de ces romans étonnants qui devraient vraiment séduire le jeune public. Le scénario parvient à sortir légèrement des sentiers battus, ce qui est une excellente chose au vu de la surproduction dans le genre. Ainsi Les Enfants de Peakwood parvient à se démarquer à la fois par ses thématiques et son style très vivant.

Justement, Rod Marty nous propose un récit qu’il parvient à rendre vivant de bout en bout, invitant le lecteur à un voyage au cœur de la tourmente de cette petite ville. Fluide tout en restant littéraire il nous fait suivre des personnages à la fois charismatiques et stéréotypés auxquels il parvient à insuffler la vie nécessaire pour que son histoire soit prenante.

A l’heure actuelle la scène française de l’imaginaire young-adult n’a de cesse de s’étoffer de talents doucement mûris au sein d’une maison d’édition s’étant fait une spécialité de les découvrir et de les faire grandir. Nul doute que Rod Marty ne fait pas exception à la règle et que nousavons là un futur grand…

Les Enfants de Peakwood
Rod Marty
Scrinéo
20 €