Breath Of The Pit – Tank

SW0093CD_BOOKLET.inddComment tuer une légende de la New Wave Of Heavy Metal en deux disques ? Les membres de Tank sont parvenus à le faire. D’abord, il y a eu les sorties de War Machine (2010) et War Nation (2012) sur lesquels ne figurait pas Algy Ward, la basse et la voix du groupe auteur des bombes que sont Filth Hounds Of Hades (1982), Power Of The Hunter (1982) et This Means War (1983), et maintenant voici que déboule un disque que l’on croirait enregistré dans un garage sur un huit pistes, par un obscur groupe punk metal et avec Algy… On s’y perd. D’autant plus qu’il n’y a quasiment rien à conserver sur ce Breath Of The Pit, à la pochette atroce, au son immonde et aux chansons torchées en deux minutes. A croire que le contrat est arrivé avant la démo. Il suffit d’écouter le long solo de basse sur « Killed Or Be Killed », la batterie sur « Stalingrad (Time Is Blood) » ou la monstruosité qu’est « Victim » pour s’en persuader. Que conserver ? Un petit « T-34 », parce qu’il rappelle les deux premiers albums, et… c’est tout. Je n’aime pas descendre en flammes des albums, car je préfère, dans ce cas, ne pas en parler. Mais là, il fallait élever la voix, parce que trop, c’est trop et qu’à l’heure où l’industrie du disque va mal, il est inadmissible de publier une telle escroquerie.

Breath Of The Pit
Tank
4 World Media
Heavy Metal
2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *