Les débris du Chaudron – Nathalie Dau

DdCAlors que le premier tome de La Somme des rêves, paru fin  2012 aux éditions Asgard, remporte un vif succès auprès des lecteurs et qu’une nouvelle se situant dans le même univers vient de paraître dans le n°0 de la revue eMaginarock, les éditions Argemmios publient ce mois-ci une version numérique des Débris du Chaudron, roman paru en 2008 en version papier. L’auteur, Nathalie Dau, expliquait alors : « Il s’agit ici d’une version révisée et enrichie, accompagnée d’illustrations, de la novella précédemment parue en 2000 aux éditions Fleuve Noir, dans l’anthologie Royaumes […] épuisée. » Il s’agit de répondre à une demande des lecteurs et de saisir « l’occasion de retravailler ce texte, qui passe […] au format roman ».

La nouvelle est donc devenue roman, puis aujourd’hui roman numérisé, pour le plus grand bonheur des lecteurs.

Note de l’éditeur : L’amour et la vengeance ont l’art de traverser les âges, et ce d’autant plus lorsque les dieux sont impliqués. Pour certains mortels, cela signifie un héritage lourd à porter, mêlé de malédiction. Ainsi en va-t-il d’Augusta Quinn et d’Alwyn Archtaft. Destinés à réparer le chaudron de Kerridwen, afin de permettre le retour de la déesse, ils devront compter avec Affang, le terrible démon des eaux, qui les poursuivra de sa haine. Mais en cette fin de XXème siècle, un dieu veille et se souvient. Capable d’arpenter les lieux d’ici et d’ailleurs, Kernunnos, sous l’un ou l’autre de ses avatars, permettra à la réalité de rattraper le mythe… et de le dépasser.

Avant d’en venir au récit, je me contenterai d’un mot sur la couverture, moins importante sans doute pour une parution numérique : Centrée sur le chaudron, elle reste identique à la version papier, ainsi que les illustrations intérieures, réalisées par Magali Villeneuve, avec laquelle Nathalie Dau avait déjà collaboré pour ses Contes Myalgiques.

Le récit, très riche, se situe à plusieurs époques qui se croisent et s’entrecroisent pour finalement se rejoindre et préparer l’avenir.

Il y a d’abord l’histoire des temps hors de l’histoire, qui reprend plusieurs mythes celtiques et nous raconte le dernier règne de Kerridwen, déesse-mère révérée des bardes gallois, dans le monde d’en-haut. Déesse magnifique, maîtresse du chaudron, attirée par les rêves des humains et leur aspiration au bonheur, elle arrive, enceinte et accompagnée de son époux, le dieu Kernunnos, en pays Addanc. Elle combat la sorcière de ce peuple afin de pouvoir élever son propre royaume, né du monde d’en-dessous et peuplé d’êtres féériques. Mais son règne ne sera pas de tout repos.

Il y a aussi plusieurs histoires contemporaines dont le fil rouge est la malédiction qui pèse sur les héritiers ainsi que leurs recherches pour comprendre et lutter contre le démon des eaux. Guidés par le dieu réincarné Kernunnos, ils lutteront ensemble pour réunir les débris du chaudron et réveiller la déesse.

L’histoire, nourrie de mythes celtiques et de l’imaginaire personnel de son auteur, est passionnante. Dominée par le personnage de Kerridwen, elle fait la part belle à la magie, aux combats, aux trahisons mais aussi au sacrifice de soi et à l’amour.

Le style est agréable à lire tout en étant recherché et souvent poétique, presque « musical » comme le note Lucie Chenu dans la préface. Le rythme est soutenu, les descriptions, souvent magnifiques, servent le récit sans l’alourdir. Les personnages sont attachants. On se laisse donc véritablement emporter dans leur univers et on ne se décide à lâcher sa liseuse que vaincu par la fatigue ou arrivé au terme de ce récit.

Cette parution numérique est un excellent moyen pour les lecteurs de La Somme des rêves de découvrir les autres univers de Nathalie Dau. Un excellent moyen aussi de découvrir les légendes celtiques et particulièrement du pays de Galle, grâce également aux notes de fin d’ouvrage.

 

Les Débris du Chaudron
Nathalie Dau
Illustrations de Magali Villeneuve
Argemmios éditions
Préface de Lucie Chenu

Edition papier mai 2008 : 13,50 €
Edition numérique mai 2013 : 3,99 €

SK

SK, alias Sylvie Kaufhold, est prof de FLE en Allemagne. Lectrice boulimique de toutes les littératures de l’imaginaire et fan de Robin Hobb Auteur jeunesse avec un premier roman publié en 2011 et enfin chroniqueuse, surtout en fantasy jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *