Le Kave Fest – Jour 2

Il était écrit que les astres seraient parfaitement alignés pour célébrer la 5ème édition du Kave Fest. Deux jours de festival sous un soleil radieux, le tout dans un cadre absolument magique et somptueux…

 

De retour sur les terres du château de Gisors, nous voilà prêts à nous laisser séduire par la suite du festival. Au matin du dimanche 3 juillet, c’est donc reparti pour une seconde journée de concert !

Bad Situation (Rock) Un don pour le Tipee ?

Les lions sont lâchés avec Bad Situation, remplaçant au pied levé Silverstage, suite à la blessure du guitariste du groupe. D’ailleurs le duo ne manquera pas de glisser un petit message en hommage à Silverstage lors de son set.
Au-devant de la scène quelques fans venus soutenir le frontman du groupe, aussi connu pour sa chaîne Youtube Dealer 2 Metal. Autant le duo fait mouche auprès des afficionados de Bad Situation, autant il ne m’a pas convaincue.

Jades (Rock) Charmeuses de Serpents

Cette date était un événement spécial pour Jades – premières femmes à monter sur scène pour cette édition – le Kave fest était en effet, le dernier concert de Lyndsay, la charismatique frontwoman de nos charmeuses de serpents préférées. Pour cette occasion Jades nous délivre un show très dynamique et pleine de bonnes énergies face à un public attentif mais encore un peu timide en ce début de journée. Les compos s’enchaînent et transpirent le rock’n’roll. Nos serpentines font participer le public notamment sur l’excellent titre I don’t care. Sur la cover Cherry Bomb, Lyndsay laisse le chant lead à Cherry et armée de sa Thunderbird IV sera la première de la journée à prendre son bain de foule. Malgré le départ de Lyndsay, on leur souhaite une très belle continuation  !

Enchaînons maintenant avec Monolyth !

Monolyth (death mélodique) L’odyssée du Metal

Monolyth et son death mélodique viennent une fois de plus mettre le feu à la scène, pour un excellent set ! Malgré le changement de line up, on sent une véritable cohésion scénique et une belle complicité entre chacun des musiciens. En dépit de quelques petites notes vocales à côté, le frontman nous délivre un show généreux mélangeant chant clair et saturé. Le public semble conquis et headbangue sur des breakdowns à s’en décrocher les cervicales. Le concert s’achèvera avec l’un des guitaristes (Julien) et Vanessa (la nouvelle bassiste) dans une fosse déchaînée. Un circle pit se formera même autour de Julien.

Out of my eyes (metalcore) un show exorbité

La formation d’Out of my Eyes nous propose un metalcore puissant avec des refrains catchy et un soupçons d’électro. Le quatuor fait preuve d’une très grande énergie scéniques. Les mosh pit et les pogos sont légion. Petite touche théâtrale lorsqu’un golgoth cagoulé et habillé en agent de sécurité fait son entrée sur scène afin de malmener Coco, le frontman du groupe. Ce dernier ne se laisse pas faire et continue de lui envoyer ses lignes de chant saturés tout en haranguant la foule.

L’après-midi s’avançant, le festival se remplit. On y retrouve l’ambiance qui avait fait son charme lors des éditions précédentes : c’est convivial et familial, des enfants de tous âges y déambulent inconsciemment au milieu des métalleux.

Et pendant ce temps-là à l’entrée du château, près du stand « héritages historiques », plusieurs festivaliers participent à une course aux chaudrons qui donnera lieu à une chute mémorable.

Xaon (death melodic) Des paons dans le pit

Xaon était sans doute l’un des groupes que j’attendais le plus. Et leur performance ne m’a pas déçue. Le groupe nous propose une fois de plus un set magistral, avec des morceaux percutants, mélodiques et orchestraux dont certains sont issus de leur dernier album « The Lethean» Comme à son habitude le frontman déborde de charisme et d’énergie. Souriant et vocalement très en forme, Rob nous montre l’étendu de sa palette vocale, ses passages en voix claires sont d’une justesse et d’une maîtrise aguerrie. Quant à ses voix saturées, elles sont puissantes et semblent provenir des profondeurs. La nouvelle bassiste en impose et pourtant ça ne devait pas être facile de passer après ses prédécesseurs. Xaon nous délivre une performance carrée, brutale et la fosse ne tardera pas à scander le nom du groupe !

Entre la chaleur et l’énergie dégagée par le show de Xaon, mes papilles réclament le bar du Kave fest. Celui-ci propose 3 variétés de bières. Comme pour la nourriture, le Krew de la Kave a eu la bonne idée de faire appel à un brasseur local. On remercie la Brasserie De Sutter pour la Kave Beer, avec son arôme caramélisé, la fruité nommée Déesse, ainsi que la Crazy pour les fans d’IPA ! C’est bien connu, les metalleux aiment la bière, mais puisque nous étions en région normande, le bar proposait également un cidre fort goûtu. Quelques softs étaient également disponibles.

Après cet interlude alcoolisé, il est temps de passer au groupe qui fait ses preuves sur scène depuis 15 ans.

ACYL (metal ethnique) Metal sans frontières

L’effervescence est à son comble dans la fosse pour accueillir ACYL. Une fois de plus, le groupe éthnique nous propose une performance à la hauteur, mêlant métal et sonorités traditionnelles : dès les premières notes, leur savant mélange fait mouche. Le public voyage, transcendé par la richesse des compositions du groupe.  Les chorégraphies orientales sont au rendez-vous, la fosse se prête au jeu en suivant les pas des musiciens. La cerise sur le gâteau étant la découverte d’un tout nouveau titre, une musique du terroir algérien qui apparaîtra sur le nouvel album d’ACYL.

6:33 (metal fusion) Le diable sorti de sa boite

Changement radical de style, 6:33 débarque sur les planches pour une performance haute en couleurs. Le groupe met le feu à la scène avec ses rythmes percutants et son énergie communicative ! Une fusion entre metal expérimental, rock déjanté, funk, prog et groove, le tout envahissant l’enceinte du château pour le plus grand plaisir des festivaliers. Le showman semble complètement possédé et ne manque pas de faire participer le public.  Le titre M.I.D.G.E.T.S Part II clôture en beauté ce show et Flo en profitera pour lancer un circle boogie, une variante bien à lui du circle pit. Flo descend de scène pour prendre son bain de foule, afin de conclure et refermer cette phase délirante de la journée !

Aephanemer (Death melodic) A l’abordage !

En ce début de soirée, Aephanemer débarque avec son death mélodique percutant ! Porté par une chanteuse à la performance impressionnante, tant en chant clair qu’en chant lyrique, le groupe interprète à la perfection ses morceaux harmonieux. L’audience est très réactive et semble séduite par la belle l’efficacité du quatuor. Aephanemer a conquis le cœur d’un bon nombre de festivaliers ! Et, histoire d’ajouter une petite touche médiévale à l’ensemble, des chevaliers en armure se battent au milieu de la fosse, pour le plus grand plaisir du public.

Avant la tête d’affiche de cette deuxième journée, Sélim prend la parole quelques minutes pour annoncer les gagnants de la tombola. En effet, les festivaliers avaient la possibilité sur ces deux jours de participer à ce jeu afin de gagner un pass motocultor, deux pass pour le kave fest de l’année 2023 ainsi que de nombreux goodies.

Landmvrks (metalcore) Du débit, en veux-tu, en voilà !

Devant une fosse bondée, Landmvrks fait son entrée sur scène, prêt à faire le plein de décibels.
Ce groupe était très attendu par les festivaliers, je remarque aussi plusieurs membres du krew dans le pit, dont Sélim, qui après ces deux dures journées de labeur, peut enfin souffler et profiter des pogos à venir. Et pogos, il y a eu… Landmvrks a clairement retourné le pit créant de nombreux slams, circles pits en tout genre. Plusieurs guerriers médiévaux se sont également joints aux festivaliers pour guerroyer au coeur de la fosse. J’ai assisté à une scène assez drôle, un mec déguisé en Tigrou s’est fait courser sur plusieurs mètres par un guerrier en armure avant de finir “vaincu” par ce dernier !

Mais revenons-en aux marseillais. J’ai beau ne pas être une grande fan de metalcore, je dois avouer que Landmvrks assure un max. Le chanteur sait comment déchaîner la foule. Sa palette vocale est impressionnante, mais ce qui est le plus incroyable c’est le débit qu’il propose notamment sur les couplets du titre No Say Word. La digne relève d’Eminem. Le concert bat son plein et les slammeurs sont de plus en plus nombreux. Je remarque Sélim parmi eux, ainsi que notre photographe Nicolas ! Les festivaliers se sont brisés la nuque sur les breakdowns des titres du groupe.

Hypno5e (metal cinématique) Dans la brume

Hypno5e boucle ces deux jours de festival en beauté grâce à leur metal puissant et tumultueux aéré de passages acoustiques et de transitions théâtrales et cinématographiques. Le set met en avant l’album Acid Mist Tomorrow, sorti 10 ans auparavant. L’ambiance est à son comble, dissimulé dans la pénombre, le quatuor nous offre un concert émotionnellement fort et prenant. Le seul bémol est l’accident de caisse claire qui malheureusement coupera pendant plusieurs minutes leur show. Fort heureusement, le krew de la kave est sur le coup et règle le problème avec efficacité. Hypno5e peut donc reprendre les hostilités.

Le Kave Fest a fait fort pour cette première édition au cœur du château de Gisors. C’était un challenge intense mais toute l’équipe a su relevé ce défi avec brio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.