Le Kave Fest – De Chatou au Château – Jour 1

Il y a fort longtemps, (6 ans en réalité) dans une contrée verdoyante des Yvelines, un festival unique naquit grâce à la ténacité, la volonté et la passion de Sélim Hadriche, son équipe et sa famille : Le KAVE FEST !

Suite à 4 éditions incroyables dans le jardin familial des Hadriche à Chatou, ce petit festival a pris une ampleur incontestable et a fini par être victime de son succès. Il ne pouvait malheureusement plus accueillir tous les festivaliers par manque de place, c’est pourquoi Sélim a voulu voir les choses en grand.

C’est donc un challenge incroyable qui attendait l’organisation du festival – prénommée la kave – cette année. Celui de passer de Chatou au Château de Gisors, dans le département de l’Eure.

Après deux ans de covid, d’espoir et de travail acharné, le krew de la Kave a surmonté la pandémie. Le phoenix du festival a fini par renaître de ses cendres afin d’atterrir au cœur de la Normandie, dans l’enceinte du château de Gisors, véritable héritage médiéval.

Le samedi 2 juillet 2022 s’ouvraient donc les portes du Kave Fest qui, pour la toute première fois, se tenait niché dans l’enceinte splendide du château de Gisors. Et le soleil était au rendez-vous pour cette édition exceptionnelle qui, on l’espère, ne sera pas la dernière !

Avec l’équipe d’Emaginarock nous passons les portiques de sécurité et découvrons les stands des exposants, mis en place à l’occasion de cette nouvelle édition. En entrant et avant d’arriver jusqu’à la scène, vous pouviez découvrir le stand de Plonspectre, artisan et créateur de bijoux/médiators. Non loin de là, un forgeron exposait ses créations, des lampes de bonnes factures. Était également présent un barbier, sans oublier un stand de tatouage, qui en plus des tatoos proposera plusieurs bodypainting tout au long du week end.

Malgré sa taille modeste, ce petit marché avait donc de quoi séduire le plus grand nombre de métalleux. Au fond, accompagné d’un grand cadre en métal à l’effigie du Kave Fest, se déployait le stand de merch permettant de soutenir les artistes et l’équipe du festival.

Au-delà se dévoilait la scène accueillant les musiciens, dressée au milieu d’une prairie ombragée derrière laquelle se dessinait la tour du château. Et de l’ombre il y avait bien besoin pour préserver de la chaleur les festivaliers, ce que permettaient les nombreux arbres de l’enceinte depuis lesquels on avait une jolie vue sur la scène !

Harsh (Glam rock) où est ma delorean ?

Il n’est jamais évident d’ouvrir les hostilités lors d’un fest, lorsque le public n’est pas au complet. Néanmoins, les glammeux sont prêts à en découdre avec leur hard rock FM sorti tout droit des années 80’s. Lookés à la Steel Panther, on ressent les influences d’Aerosmith ou encore de Motley Crue et Van Halen.

Balls Out (Hard Rock) Les Balls en imposent !

Bandanas à la ceinture, le quatuor niçois débarque et met tout de suite les petits plats dans les grands. Une voix éraillée suintant le rock’n’roll, pour couvrir des riffs à la ACDC. Le groove s’installe dans l’enceinte du château et la fosse commence petit à petit à se remplir, face à un public plutôt réactif en ce début de journée. Lors du 3ème titre, le groupe fait monter un petit garçon sur scène, le plus jeune fan à avoir foulé les planches de cette édition. Pas de doute, la relève est assurée !

 

Entre deux sets, les guerriers médiévaux lancent leurs aventures chevaleresques à travers le pit et en profitent pour annoncer les jeux prévus dans la journée. Au programme : jeu de la danse, épée, tir à la corde et courses aux chaudrons…

Red Mourning (metal sudiste) Le bayou metal

Après quelques minutes de retard, Red Morning provoque les premiers pogos de la journée grâce à son metalcore sudiste. Le frontman amplifie le côté bluesy des titres joués grâce à son harmonica. La bonne humeur et l’énergie sont de mise pour le show des parisiens. Le batteur assure quelques harmonies vocales assez sympathiques en plus de marteler ses fûts. En milieu de set, le chanteur glissera un petit message en hommage à l’Ukraine.

Promethean (death symphonique) Blast Lovecraftien

Il est temps d’accueillir les brutasses de la journée : Promethean. C’est un tout nouveau line up qui se présente sur la scène du kave fest, dont c’est d’ailleurs le premier concert ensemble. Le concert envoie du lourd et ça blaste, comme on pouvait s’y attendre.

Det Var (néofolk) Les Wardruna français

Un voyage poétique et initiatique dans les contrées nordiques a sublimé les planches de la scène du Kave fest grâce à Det Var. Une ambiance sonore et visuelle incomparable, dans un cadre parfaitement adapté à leur univers musical. Les percussions entremêlées aux voix et aux instruments traditionnels résonnent à travers l’enceinte du château médiéval. Le public scande le nom du groupe et semble conquis par leur prestation.

Scarlean (metal alternatif) Lourdeur et sentiments

Grâce à un son de basse colossal, le set de Scarlean démarre en trombe avec No remedy, tout nouveau moreau extrait de leur 3ème album, dont la sortie est prévue pour septembre prochain. Le set se poursuit tout en énergie, Scarlean navigue entre metal alternatif et trip hop tout en ajoutant à cela une touche mélodique bien à eux.

Fractal Universe (death metal progressif) So jazz

Après avoir retourné le pit de la scène Altar au hellfest quelques jours auparavant, les nancéens débarquent au Kave fest pour déchaîner la fosse normande : ce sera l’occasion du premier wall of death de la journée. Fractal Universe est composé de musiciens réellement accomplis et d’une générosité scénique vraiment appréciable. Un de mes coups de cœurs de la journée.

Tyr (folk metal) Pas vu…parlons bouffe, plutôt !

Un peu déçus par le remplacement d’Arkona, nous n’avons pas assisté au concert de Tyr. En effet, la  polémique autour du Tyr ne nous a pas laissés de marbre, d’autant plus après une réflexion fort déplacée du chanteur sur la scène du Kave Fest. Nous choisissons donc de ne pas évoquer le concert de ce groupe ici.

C’était le moment parfait pour aller dîner ! Le krew au bar et au stand de nourriture ont été d’une gentillesse et d’une disponibilité vraiment agréables. Malheureusement, ils se sont vite retrouvés à court de provisions. Mais ce sont des aléas qui peuvent arriver sur un festival d’une telle envergure, je n’ai aucun doute sur le fait que ce genre de complications sera résolue pour les éditions à venir. Le choix était assez varié et, belle initiative de la part de la Kave, la majorité des produits servis sont bios, issus des fermes et producteurs locaux. Les burgers étaient excellents. En revanche, les merguez et les saucisses des hot dog étaient régulièrement servies froides. Les vegans, quant à eux, pouvaient se rabattre sur de bonnes fajitas.

Pour toutes les transactions financières, le Kave Fest a mis en place un système de cashless très pratique. A quelques dizaines de mètres de la scène, un stand échangeait des euros contre des jetons Kave Fest, permettant ainsi de faciliter les transactions pour la nourriture et le merch.

Mais retournons du côté des concerts après cette petite parenthèse culinaire !

Bukowski (rock metal) Le grand retour

L’affluence reflète l’ampleur du succès de Bukowski dans la fosse. Lors de l’édition précédente, Bukowski avait déjà retourné le pit dans le jardin de Chatou. Les titres s’enchaînent sans amoindrir l’ardeur du public complètement survolté. Grand moment d’émotion lorsque Mathieu le frontman rend hommage à son frère disparu, Julien, en lui dédicaçant le titre Crossroad. Une véritable osmose se forme alors entre Bukowski et son public.

Novelist (metalcore)

L’ambiance est à son comble pour l’arrivée de Novelist. Tout au long du set, le groupe propose une belle performance. Le public s’y montre très réceptif, sur des titres percutants. Novelist clôt donc cette journée en beauté.

Le fest se terminant, c’est maintenant l’heure de rejoindre nos pénates afin d’être en forme pour affronter la 2ème journée du Kave Fest. En tous les cas, ce premier jour aura été riche en émotions et en couleurs. Mes coups cœurs de la journée sont décernés à Det Var et Fractal Universe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.