Nora Roberts nous embarque pour un très bon roman d’imaginaire !

Enseignante à Philadelphie, Breen dissimule une faille : la douleur causée par l’abandon de son père, Eian Kelly, quand elle était enfant. Un soir, chez sa mère, elle tombe sur des documents stipulant qu’elle possède des milliers de dollars sur un compte bancaire en Irlande, alimenté par Eian. D’abord sous le choc, Breen, encouragée par son meilleur ami Marco, démissionne et réserve ses billets d’avion, déterminée à découvrir la vérité et à profiter de ce pays qu’elle n’a connu qu’à travers les mots de son géniteur. Un pays intriguant aux vallées verdoyantes, aux côtes battues par le vent, où les ruines de châteaux forts témoignent d’un passé fascinant. Sur les traces d’Eian, au fil des rencontres, Breen va de fausses pistes en révélations, jusqu’à trouver un portail magique au pied d’un arbre immense…

Peu attirée de prime abord par ce que l’on qualifie souvent de “littérature féminine”, j’avais quelques appréhensions en ouvrant ce livre. L’atmosphère celte présentée dans le résumé m’avait cependant séduite. Bien m’en a pris : une fois ouvert le livre, il m’a été bien difficile de le lâcher !

On passera sur les personnages un peu caricaturaux que nous dépeint l’auteure. Breen, jeune femme timide et introvertie, n’a pas plus d’originalité que son meilleur ami Marco, qui l’aide à trouver sa voie par son exhubérance et sa chaleur.

Ici, c’est surtout l’histoire qui a su remporter mon adhésion.

L’auteure montre en effet un véritable talent pour accrocher le lecteur. Depuis la première page jusqu’à la dernière, j’avais envie de découvrir la suite, de vivre au rythme des aventures de Breen et Marco. Le rythme est parfait. On prend le temps de découvrir le décor, d’admirer les paysages, et ce sans jamais s’ennuyer. La description du voyage ne peut que nous donner l’envie de visiter l’Irlande. Le surnaturel s’immisce au fur et à mesure, jusqu’au basculement d’un monde à l’autre.

L’ambiance plus médiévale du second royaume apporte une touche plus fantasy qui ne gâche rien. Combats, magie, dragons, maléfices et luttes de pouvoir sont au rendez-vous, pour une épopée haletante. L’alternance entre les deux univers est parfaitement dosée. L’évolution du personnage de Breen est attendue, mais reste cependant sympathique à suivre. Le réveil de ses pouvoirs et l’épanouissement de sa force se développent au fil des pages, comme une initiation à l’acceptation de soi.

Ce premier tome se lit comme une introduction à la quête de Breen, et il tient parfaitement ses promesses. Sans jamais nous lasser, l’auteur nous dépeint la toile de fond d’une histoire qui s’annonce prometteuse. J’ai hâte de découvrir la suite !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.