Entretien avec Infinityum au Cernunnos Pagan Fest

Groupe Nantais d’Epic Pagan Metal, formé en 2016, deux albums à leur actif. Dont Alliance sorti en 2019. Infinityum a été interviewé après leur prestation sur la grande scène de la Halle au Cernunnos Pagan Fest 2020

Tout d’abord bonjour à vous et un grand merci d’avoir accepté cette interview. J’ai découvert votre groupe grâce au Cernunnos, pourriez-vous, pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas,  vous présenter et décrire en quelques mots Infinityum ?

Nico : Moi je m’appelle Nicolas et je suis au chant.

Damien : À la guitare lead.

Alexandre : (en voix de robot) Je suis Alexandre, je suis le guitariste qui chante des fois.

Jean : Et moi c’est Jean, je suis à la batterie.

Nico : Sinon pour présenter Infinityum c’est du pagan folk qui mélange à la fois le metal extrême comme le death et le black aux orchestrations mélodiques, du folk metal et du metal symphonique dans un univers d’heroic fantasy et médiéval fantastique.

Quelles sont vos influences musicales principales ?

Nico : Equilibrium, Fintroll et Ensiferum

J’avoue, Ensiferum, j’avais capté ^^ 

Alex : Symphony X et Iced Eath, j’aime bien moi.

Jean : J’aime beaucoup Meshuggah, mais ils ne veulent pas en jouer !

Ah oui mais là c’est un autre genre encore ! Votre nouvel album Alliance a été très bien accueilli par les média, je n’ai pas encore eu la chance de l’écouter pour le moment, (ça ne saurait tarder), mais qui compose et qui écrit les textes au sein du groupe ?

Nico : c’est moi qui compose tout, la musique et les textes, je présente ça aux gars, on voit ce qu’il y a à modifier, ce qui va, ce qui va pas. On enregistre et c’est parti.

T’es pas en mode tyran, genre on fait ça et ça, et puis c’est tout ?

Nico : C’est à mes zikos qu’il faut poser la question.

Damien : On lui a fait retirer des mauvais morceaux, donc non ça va, il écoute ce qu’on lui dit.

Nico : C’est pas faux !

Jean : Le second album il ne serait pas aussi bien si on n’avait pas pousser Nico à en enlever.

Nico : Pour le coup, concernant certains titres, c’était genre : ces deux là tu les enlèves et tu nous en trouves deux autres.

Damien : La bride n’est pas forcément mauvaise.

Jean : Plus sérieusement, nous avons une très bonne dynamique de groupe et c’est très plaisant.

Et lorsque tu composes Nico, tu fais ça chez toi de ton côté sur guitar pro et t’emmènes ça en répète ou ça vous arrive également de composer tous ensemble directement en répète ?

Nico : Je vois que madame est référencée. En effet, je compose tout sur gp, j’envoie tout aux gars, ils me font des retours et suivant les retours on bosse après en répète.

Damien : Il y a une pré-critique, chacun chez soi pour avoir ses idées et après on met tout en commun et après on voit ce qu’il faut changer. Par exemple sur le 2ème album, le morceau d’intro que tu as entendu, il est coupé en concert, parce qu’il manquait de dynamisme pour le live. Et ça c’est quelque chose qui est arrivé pendant les répètes de temps en temps. On voyait un titre et on se disait qu’il pouvait être cool mais qu’il était un peu chiant en live, donc on le raccourci afin qu’il soit plus efficace sur scène.

Après c’est vrai qu’en live, la dynamique n’est pas la même, donc c’est bien de pouvoir se permettre de modifier quelques titres de cette manière…

Damien : Oui, et d’ailleurs nous appliquons le même procédé pour l’album, si on voit qu’un morceau serait vachement mieux en supprimant une petite partie ou en modifiant un riff, on va pas hésiter à le dire à Nico et on va modifier en re-travaillant dessus tous ensemble.

Quel est votre pire souvenir sur scène ?

Jean : Oh c’est une bonne question ça… Alors moi c’est pas le pire souvenir c’est plutôt un souvenir de ce qui nous est arrivé à Brest…

Tous ensemble : Ah mais oui !!

Oula, vu vos réactions, il  y a du dossier là !

Nico : Pour moi c’est notre pire souvenir ça…

Alex : Mais non, ça c’est le meilleur souvenir que l’on ait !

Jean : C’est le meilleur souvenir du pire ! C’est un fait tellement improbable dans l’histoire d’un groupe. On sortait de scène, on en croyait pas nos yeux…

Nico : Une date à Brest avec nos potes de Dur Dabla, quand on commençait à s’installer, il y avait un monsieur aveugle qui était avec nous, très sympathique, mais aveugle de chez aveugle…

Alex : Non voyant.

Nico : Excusez moi, non voyant de chez non voyant et pendant toute l’installation sur scène, le mec il nous dit, vous allez voir c’est moi qui vais vous faire les lumières. Alors nous ben forcément on arrêtait pas de rire, il est marrant le gars, il a de l’humour

Damien : On était vraiment morts de rires.

Nico : Sauf qu’il s’est avéré qu’il nous a vraiment fait les lumières !!

Jean : Puis on avait même pas tilté sur le coup car nous étions sur scène, et on se disait, mais putain c’est qui le connard qui était aux lumières, il nous en a foutu plein la tronche tout le temps. Et même un moment, nous nous sommes retrouvés dans le noir complet, t’avais juste qu’une petite veilleuse dans le coin, on était là au milieu d’un morceau à se dire, mais il se passe quoi?!

Nico : C’était une petite salle, personnellement, j’ai failli tomber dans les pommes parce que les lumières étaient extrêmement chaudes et je ne voyais même pas mon public et du coup, c’était limite dangereux.

Damien : C’est clair ! Moi je défie les gens de se balader au bord d’un ravin (la scène, c’est comme un ravin) avec des stroboscopes à fond dans la tronche.

Jean : Mais donc à ce moment là, on avait pas encore compris vraiment ce qui s’était passé… Après le concert, cet homme est venu nous voir en nous disant : “Alors, c’était comment les lumières?? Ça a été ??”

Nico : Et là, nous on blaguait plus ! Donc voilà le meilleur car c’était quand même sacrément insolite, et le pire à la fois…

Alex : C’était gênant, c’était très très drôle mais sur le moment, on l’a mal vécu même si après ça nous a fait énormément rire.

Jean : Un lighteux aveugle…

Alex : Le prochain objectif c’est l’ingé son sourd.

Grave ! Et le roadie manchot ça peut être pas mal aussi !

Nico : Ça sonne bien en plus, le roadie manchot, ça passe tout seul.

Et du coup, quel est votre meilleur souvenir sur scène ? 

Nico : On est tous d’accords pour dire que notre meilleur souvenir c’était aujourd’hui au Cernunnos. Ça fait seulement une heure qu’on est là, mais je pense qu’avec le recul de je ne sais combien de mois, ça restera aujourd’hui notre meilleur souvenir.

Jean : En plus, nous avons eu un public très réceptif d’un seul coup, comme ça.

Nico : Dès le début en plus, dans la grande salle et le dimanche, dernier jour du fest alors qu’il y avait eu la cuite de la veille, bref, c’était énorme !

Question un peu particulière, si  votre album Alliance, était un animal, lequel représenterait-il ?

Jean : La corneille, parce que c’est l’oiseau du messager et l’histoire d’Alliance en gros c’est : le personnage principal qui va voir tous les peuples d’Infinityum pour les rassembler afin de combattre le grand ennemi, qui est la Nécromancienne dans cette partie là de l’histoire et du coup, le symbole du personnage principal est la corneille.

Suite à la promotion de votre nouvel album, vous avez sorti le clip Fangs Claws And Horns, que pouvez-vous me dire sur sa réalisation et de quoi il parle ?

Damien : On aime bien quand c’est fait maison.

Nico : Euh… Je passe mon tour…

Damien : Sachant que nous, on ne peut pas en dire grand chose…

Nico : Ben pour l’histoire…

Damien : On aime bien jouer dans la forêt.

Nico : J’avais trop de choses en tête pour le coup, c’est comme pour la musique, j’ai trop de choses en tête, il faut que ça sorte et là j’ai voulu mettre trop de choses en un seul clip donc je suis tout de même content du résultat parce qu’il est cool et j’aime bien le morceau donc le clip va bien avec. Mais si nous devions refaire les choses, nous les referons différemment.

Jean : Moins psychédélique.

Alex : La vidéo et la musique ce n’est pas le même métier.

C’est totalement du home made ou ?

Nico : Non, on a fait appel à Violent Motion  qui eux d’habitude font des captations lives. Là c’était la première fois qu’ils faisaient un clip aussi dense au niveau du scénario et du coup ça a été compliqué pour tout le monde.

Jean : Donc si on refait un clip, on procédera pas de la même manière

Nico : Mais on a déjà les idées pour la suite et ça va être monstrueusement cool.

On en parlait un peu avant, par rapport à la corneille, mais avez-vous un concept autour de l’album Alliance ?

Nico : Oui. Chaque album d’Infinityum est un concept, c’est le même principe que les trois chapitres du Seigneur des anneaux, le premier chapitre, on découvre l’univers, le deuxième : le personnage principal doit réunir les peuples pour combattre un ennemi commun et dernier chapitre : ça va être énorme. Mais je n’en dirais pas plus. Vous le découvrirez sur notre 3ème album !

C’est votre première scène au Cernunnos, comment trouvez-vous le festival ? Tout s’est bien passé pendant votre concert ?

Jean : Ben moi c’est la première fois que je viens ici et c’est COOL !!

Damien : Je l’ai fait en tant que festivalier l’année dernière pour la première fois et je suis très content d’y avoir joué cette année !

Nico : Moi ça fait plusieurs années que je viens au Cernunnos et ça fait des années que je rêve d’y jouer !

Alexandre : C’est vrai que c’est un fest super agréable.

Jean : Le cadre est très chouette.

Nico : J’en profite d’ailleurs pour remercier Marie, l’organisatrice de nous avoir offert cette opportunité, on est sur un petit nuage et on ne veut pas en descendre.

 

Et du coup, Nico tu disais que tu participais au festival depuis plusieurs années, tu veux dire que tu as aussi connu le Cernunnos à la Loco ?

Nico : Oui complètement ! Avec Eluveitie, Stille Volk, Heidevolk, Belenos etc.

Sinon par rapport à votre concert de tout à l’heure, est-ce que tout s’est bien passé pour vous sur scène, j’ai cru comprendre qu’il y avait eu un petit problème d’ampli basse ?

Damien : Oui, il y a eu un petit problème technique sur le premier morceau. Un souci de jack et mon ampli s’est mis en sécurité aussi… Donc mon solo ne s’est pas entendu et je suis revenu sur le 2ème morceau.

Ah, c’est dommage mais ce sont les aléas du live…

Nico : D’ailleurs, grosse palme d’or aux techniciens du fest qui ont été super rapides et très efficaces !


Jean : Oui, ils sont toujours très réactifs ici !

Nico : Ultra réactifs oui !

Jean : Tellement réactifs que j’ai presque pas eu le temps de remarquer quoique ce soit de mon côté !

Nico : Du coup, il n’y a eu que le premier morceau qui a été compliqué et dès le deuxième, c’était parti !

Jean : Moi j’ai eu juste un petit souci sur le titre Blood Moon, où mon corps a décidé de jouer un autre riff, il est parti dans le truc, et s’est dit, non moi je veux jouer ça. Mais c’est pas ça qu’il faut jouer en fait ! Il a chargé la mauvaise banque de donnée et après je me suis recalé tout de suite et c’était bon.

Damien : Pour ma part, petit coup de fatigue sur le dernier morceau mais bon ce sont aussi les aléas du live.

Jean : Mais nous sommes contents de notre set !

Nico : Quant à Jean et moi, des petites larmes qui ont coulé à la fin…

Damien : Ah ouais sur le dernier morceau, beaucoup trop de mains levées dans la fosse, c’était énorme !

Je sais que vous habitez Nantes, mais envisageriez-vous, de revenir en tant que festivaliers après avoir découvert le Cernunnos ?

Nico : Ah moi l’an prochain c’est sûr que je reviens.

Jean : Oui, peut être avec d’autres projets musicaux, ça serait top !

Nico : C’est vrai que l’on a également d’autres groupes dans la veine pagan.

Jean : Globalement avec Nico, si on cumule, on doit être dans une vingtaine de groupes.

Damien : Et nous, on a 6 projets ensemble.

Impressionnant ! Quelles sont vos prochaines dates de prévues ?  Est ce qu’il y en a de programmer sur Paris courant 2020 ?

Nico : Pas de dates à Paris pour le moment. Par contre, le 23 mai, nous avons une date de prévue à Lyon pour le Dark Medieval Fest. Et après on fait une grosse pause pour bosser sur le prochain cd, qui sera notre troisième album. 2020/2021 ce sera objectif troisième album.

Quelle a-été votre plus grosse découverte (groupe, chanson, album) au cours de l’année 2019 ?

Jean : Aouch, on a le droit à combien de réponse ?

Une seule.

Damien : Moi l’album de Ferriterium : Le dernier livre. Un groupe black mélodique qui casse des culs.

Nico : Moi c’est Veleno de Fleshgod Apocalypse

Alexandre : Moi c’est Risen Prophecy – Voices from the dust

Jean : Moi c’est Ghost Chants du groupe black death Outre. Il déchire sa race et je kiffe le chant dessus ! C’est ultra violent et c’est du plaisir en boite.

Ah ben j’irais écouter car je ne connais pas. Et pour la dernière question, si vous aviez eu l’opportunité de faire une BO de film, laquelle ça serait ?

Nico : Oh, elle est bien cette question !!! J’aime beaucoup ! Ça c’est une super question.

Jean : Oui, très bonne question !

Alex : Last Action hero pour le délire

Nico : Le Seigneur des Anneaux moi, ou Warcraft !

Jean : Dark Crystal pour moi ou Legend, l’un des deux.

Alex : L’histoire sans fin parce qu’il y a un gros chien poilu dedans.

Jean : J’adore Dark Crystal, c’est un de mes films préférés, on regardait ça avec mon frère quand on était petits.

Damien : Dikkenek, direct ou la classe américaine pour moi !

Jean : Et aussi Sacré Robin des Bois parce que la chanson en collant elle est épique, elle est parfaite !

Nico : Si Rémy notre bassiste avait été là, il aurait choisi les Monty Python.

Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Au plaisir de vous revoir sur scène. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *