Une très belle affiche pour la Release Party de Klone à l’Empreinte. Direction Savigny-le-Temple ce soir pour assister à 5 savoureux concerts. 

J’arrive un peu en retard malheureusement et manque le tout début du power trio Uncut. Heureusement, je profite suffisamment du spectacle de ce groupe rock/blues/groove. Le chanteur ne joue pas sur une basse traditionnelle mais sur une guitare baryton, assez inhabituel mais tout aussi efficace. Les chansons m’hypnotisent à l’image de Bee Blues. Ce trio venu de Poitiers nous plonge dans une belle ambiance qui nous rappelle les meilleures heures des 70’s. Les musiciens se donnent à fond, prennent du plaisir sur scène et le communiquent. J’ai adoré, le public aussi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il y a du monde pour les changements de plateau, avec 5 groupes sur scène on trouve forcément beaucoup de matos. Il y a de nombreux amplis et 2 batteries (une au centre et une côté cour) sur lesquelles joueront en alternance la batteuse et les batteurs de ce soir.

Au tour de Shuffle, maintenant, d’entrer en piste. Ils viennent du Mans et sont au nombre
de 5 avec claviers et samples. De très bonnes chansons rock/alternatif/metal avec des teintes progressives sont au rendez-vous. Le groupe sait être aérien sans en rajouter. Il alterne entre passages calmes, ambiances posées et riffs plus rock avec des voix et des chœurs bien maîtrisés. Le lead vocal quant à lui qui me fait penser immanquablement à Brandon Boyd, le frontman d’Incubus. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est maintenant à Lizzard d’investir la scène. Il s’agit d’un power trio venu de Limoges. Concept très intéressant dans leurs compos, le chanteur/guitariste joue très souvent avec un looper, lui permettant ainsi de doubler sa guitare en mélangeant les riffs. Cela enrichit les chansons et fonctionne très bien. Leur style est rock/prog/metal. Les 3 musiciens sont très bons musicalement et techniquement. Le groupe termine son set en beauté sous les acclamations d’un public conquis. Belle découverte également.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avant-dernier groupe : The Intersphere. Ils viennent d’Allemagne et jouent pour la première fois en France. Les musiciens enchaînent les chansons sans trop de communication avec le public et dans un élan marathonien. Côté matos, les baffles des amplis sont à l’envers, tournés vers le mur. J’ai rarement vu ça auparavant, que les groupes jouent avec des ear-monitors ou non. Les guitaristes changent de guitares trop souvent entre les morceaux et les ré-accordent systématiquement ce qui, à mon sens, casse un peu le rythme. Leur musique est rock dans un style proche parfois de Biffy Clyro. Du gros son très british. Cela sonne bien mais c’est peut-être un peu moins ma came que les autres formations de la soirée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On libère le plateau, il ne reste plus que l’essentiel. La tête d’affiche de la soirée, très attendue par le public, monte sur scène sous le tonnerre qui gronde et résonne en fond sonore.

Après plusieurs albums (dont un « unplugged »), Klone revient avec un excellent disque sorti le 20 septembre dernier. Celui-ci est tantôt planant, tantôt explosif, très aérien et atmosphérique à l’image de la pochette de l’album. J’ai accroché de suite sur le premier titre Yonder pour ne plus décrocher jusqu’à la fin du dernier titre. Il me tardait de voir ce groupe originaire de Poitiers. Alors oui, sur ma liste (interminable) de choses à faire, j’avais noté : aller voir Klone en concert. Eh bien c’est chose faite et avec grand plaisir, surtout sur une tournée liée à un album aussi formidable et appréciable à écouter que « Le Grand Voyage ». Le poste du bassiste ce soir est occupé par Enzo Alfano (le guitariste d’Uncut). De Yonder à Rocket Smoke, en passant par Breach et Into the Void, le voyage proposé par Klone nous transporte. Les yeux, les oreilles et l’esprit bien calés sur le spectacle, le trip se déroule à merveille. Peut-être ces excellents musiciens cherchent-ils encore leurs marques sur scène avec ce dernier album, toujours est-il qu’ils font preuve d’un grand professionnalisme. Seul petit bémol sur la fin, l’unique morceau acoustique du set est avorté pour cause de problème technique, dommage mais pas dramatique non plus. On se console avec la reprise de Björk, Army of Me qui clôture à minuit ce superbe concert.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Côté son, en façade c’était impeccable, l’ingé son de Klone a su retranscrire en live l’atmosphère voulu par le groupe. Les lights n’étaient pas en reste évidemment bien que le concert fut parfois très sombre.

Un grand merci aux groupes Klone, The Intersphere, Lizzard, Shuffle et Uncut. Je remercie également l’Empreinte et Syncope Prod pour cette Realease Party placée sous la Klonosphère.