Humanicide – Death Angel

Malgré des dizaines d’années d’existence à tourner avec les plus grands et des albums salués par le public, Death Angel n’a jamais vraiment eu le niveau de reconnaissance qu’il mérite. Le groupe appartient au cercle des pionniers qui, en dépit de qualités réelles, reste dans l’ombre écrasante du Big Four. Pourtant, tout comme leurs collègues de Testament, Overkill et Exodus, les Californiens ont leur lot d’hymnes thrash capables de retourner un public plus vite qu’il ne faut de temps pour dire « circle pit », et leur neuvième album Humanicide sorti au printemps dernier en est la preuve la plus récente.

Produit encore une fois par Jacob Suecof, l’album s’inscrit dans une certaine tendance thrash moderne, à la fois teinté d’influences NWOBHM (on décèle des passages dignes de Judas Priest, sur l’intro du titre éponyme ou sur Agressor) et des riffs tranchants propres à la scène thrash de San Francisco. De quoi être vite rassuré sur la qualité globale de l’album, et son potentiel à faire mal à la nuque en quelques secondes pour cause de headbang excessif. La production rend honneur au travail des musiciens et à la voix unique de Mark Osegueda, toujours en forme et prêt à tailler dans le vif.

Fidèle à lui-même, le groupe n’hésite pas à incorporer des éléments nouveaux à sa musique. Si Mark Osegueda évoque « quasiment des racines black metal » sur Divine Defector, il serait plus juste de parler de metal extrême sur le riff principal, genre melo-death. Mais bon, les étiquettes… Fort heureusement pour les thrashers purs et durs, ils auront toujours de quoi faire l’hélicoptère avec leurs cheveux longs sur des titres aussi intenses que I Came For Blood, Alive And Screaming, et le second single The Pack qui se place en digne héritier spirituel du classique Thrown To The Wolves sur l’album The Art Of Dying avec ses chœurs très punk. Revelation Song devrait également plaire aux fans de Megadeth tant pour la composition que pour les thèmes abordés.

Humanicide n’est pas l’album qui fera de Death Angel le groupe thrash incontournable des prochaines années. En revanche, il enrichit une discographie déjà bien fournie, et on ne peut qu’espérer qu’il poussera ceux qui n’ont encore qu’une connaissance très succincte du groupe de les découvrir plus largement. Quant à leurs fans les plus fervents, nul doute que ce neuvième opus leur donnera une raison de plus de porter les couleurs des Californiens avec plus de fierté sur leurs patchs et leurs T-shirts.

Humanicide
Death Angel
Nuclear Blast
2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *