Farewell – Moonskin

Moonskin est un groupe de Doom metal à chant féminin, originaire de Paris et qui sort là son premier album, directement chez MusikO Eye. On aime le Doom ou non mais clairement il faudra reconnaître les énormes qualités de cet album tant en termes de composition que de réalisation. Mais il est maintenant de plonger dans leur univers sombre et inquiétant en compagnie de la Prêtresse Delora !

Birth est une petite introduction d’environ deux minutes mettant en avant une guitare complètement saturée mais juste parfaite pour une ouverture de premier album : on assiste ici à la naissance de la musique du groupe. Farewell vient ensuite et on est surpris par la lourdeur de l’ambiance mise en place. On sent dès les premières secondes toute la complexité de la composition du groupe, alternant entre lenteur et envolées, soutenant parfaitement la voix de Delora, dure et ténébreuse. Et comme d’habitude sur du Doom on est ici sur un morceau de sept minutes, de quoi en profiter donc… Petite transition de clavier avec …This Lips Are Mute. Si tôt dans l’album cela m’a surpris mais l’ensemble passe plutôt pas mal au final. Dead Cursed Lands qui vient ensuite nous replonge dans l’ambiance prenante du groupe. Pour moi il s’agit tout simplement de la meilleure piste de l’album. Et avec neuf minutes vous devriez vous en donner à cœur joie. Les changements de rythme, de registre vocaux, tout est impeccable et on sent la plongée dans une sorte de folie, on la vit avec le groupe, sous nos yeux. Nouvelle transition avec… These Eyes Are Dry, de nouveau instrumentale et mettant en place l’univers du groupe. Pas désagréable mais on attends avec impatience les huit minutes de Suffer. Et tout débute sur une batterie très saccadée, avant que les guitares ne viennent se joindre à l’ensemble pour notre plus grand plaisir. Pour le coup on se retrouve face à une chanson assez heavy, très gros y. Une tendance que l’on retrouve parfois et qui permet de quitter les abysses sépulcrales habituelles du Doom.

Queen Of Misery débarque ensuite dans nos oreilles et l’ambiance est bien la préoccupation numéro 1 pendant la première minute avant que nous ne nous retrouvions avec un Doom à la fois lourd et proposant de belles envolées. Je vais m’arrêter quelques secondes dans ma découverte de l’album pour vous préciser que le Doom fait partie des types de metal les plus exigeants avec une véritable technicité à chaque seconde et on se retrouve ici avec des musiciens qui maîtrisent parfaitement leur sujet de bout en bout. Mention spéciale à Delora qui gère parfaitement ses niveaux de voix, passant du chant clair au growl avec une facilité déconcertante. On reprend notre parcours musical avec …Guilt’s Expiring Eyes. Une autre transition musicale très réussie, notamment parce qu’elle nous propose un chant féminin clair vraiment intéressant et qui pose l’ambiance. L’album se conclue magnifiquement sur les dix minutes de Final Journey. Une dernière offrande musicale de la prêtresse et de ses acolytes à ses adeptes et cela fonctionne merveilleusement. On ressent dans la musique un aspect presque mystique, à la fois lourd et aérien qui personnellement m’a fait adorer le morceau.

Espérons pour eux que le titre de cet album, Farewell, ne soit pas trop évocateur car je n’ai vraiment pas envie qu’ils nous disent « au-revoir » si tôt au vu de la qualité de leur première production. Cet album a su me surprendre à la fois par les qualités de composition mais également celles de réalisation qui nous sont ici offertes et clairement le groupe va encore avoir des histoires à nous conter. N’hésitez pas y jeter une oreille car je pense sincèrement que vous ne le regretterez pas !

Farewell
Moonskin
MusikO Eye
2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *