A Kingdom to Disappear – Pyogenesis

Les rockeurs à ambiance steampunk de Pyogenesis sont de retour en ce début d’annee avec un nouvel album, ce qui devrait plaire aux fans ! Mais qu’est ce qui se cache derrière ce Zeppelin sur la cover ? Découvrons-le tout de suite !

L’album débute avec une intro instrumentale, Sleep si Good, comme une invitation au rêve pour l’auditeur, afin de le mettre en conditions pour l’écoute. Every Man For Himself And God Against All débute vraiment l’album et le chant growl au début m’a dérouté avant que je reprenne les marques par la suite. Du très bon hard-rock, efficace, comme ce groupe à l’habitude d’en produire. On passe à I Have Seen My Soul, morceau ou les changements de rythme vont faire la loi. Déroutante mais terriblement bien conçue, cette chanson est vraiment de qualité de bout en bout. It’s Too Late propose une vision rock plus classique cette fois et c’est vraiment agréable. New Helvetia propose, avec sa guitare acoustique du début une balade des plus réussies. Le chorus de voix est également d’excellente qualité et rend le morceau d’autant plus prenant.

S’ensuit That’s When Everybody Get’s Hurt et ses rythmes de percussion excellente au début du morceau. Cette piste est vraiment atypique mais les chœurs, et la voix du chanteur viennent sublimer le tout pour en faire un des moments plus enjôleurs de cette production. We vient ensuite nous proposer un rythme plus enlevé mais aussi plus classique. Une belle réussite néanmoins qui démontre le talent de ce groupe aux multiples talents. On finit l’album avec Blaze, My Northern Flame et Everlasting Pain. Le premier reprend un rythme rapide et assez dark avec un chant growl, tandis que le second morceau vise plus l’épique avec une dimension grandiose dans la musique vraiment intéressante.

Ce A Kingdom to Disappear asseoit de nouveau les allemands au cœur d’une place intéressante sur la scène rock. Pratiquement les seuls à pratiquer leur style de musique ils invitent l’auditeur à un véritable voyage dans leur univers et c’est réellement intéressant. Cela sort un peu de l’ordinaire et c’est bel et bien pour le meilleur !

A Kingdom to Disappear
Pyogenesis
AFM Records
2017

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *