Breakin’ Outta Hell – Airbourne

13466113_10153702303213870_6486847626903063000_n

Mais que sont devenus nos australiens préférés ? Trois années après Black Dog Barking, les revoilà avec un quatrième album. On notera le changement de look de l’artwork : le chien noir enragé a laissé place à un étrange personnage aux allures de zombie métalleux. Sur l’artwork de l’EP du même nom, ce même personnage a encore son aspect humain et l’ouverture dans le mur est plus petite. Oui, ceux sont des détails mais je trouvais sympa de le notifier. Parlons peu, parlons bien ! Que nous ont donc concocté nos jeunes kangourous sauvages ?

Le single Breakin’ Outta Hell a fait son p’tit bonhomme de chemin ces derniers mois, à travers lequel nous avions découvert un quatuor de rockeurs plus énervés que jamais, prêts à en découdre avec le monde entier. Des riffs purement Heavy qui envoient de l’énergie, soutenus par une voix aigüe qui frôlent la folie. S’en est suivi le second single Rivalry, sorti sous forme de clip vidéo, dans lequel on entend au début du morceau un extrait du premier single. Ce morceau donne envie de taper méchamment du pied et de secouer ses cheveux en rythme avec les coups de grosse caisse. La voix de Joel O’Keefee est toujours aussi puissante et possède cette sorte d’énergie envoutante dont on a du mal à se défaire depuis l’album Ready to Rock (2004). It’s never too loud for me parait plus calme, avec une rythmique plus douce à l’oreille. La balade des frères O’Keefee fait office de courte pause entre deux morceaux électriques, tandis que la structure et les lignes de chant de Get back up me rappellent vaguement ce petit groupe méconnu, australien également, qui réponds au doux nom de AC/DC. Je vous vois tous venir les puristes du genre avec vos « Nooon ! Airbourne ne prendrons jamais leur place ! ». Là n’est pas la question de prendre quoi que ce soit à qui que ce soit, l’idée est juste de continuer à fédérer mondialement un style qui fonctionne et qui plait ! Parce que oui, le Hard Rock plait Messieurs, Dames. D’ailleurs, ce qui nous anime vraiment c’est quand un son donne la patate, la vraie ! Et c’est le cas de Thin the blood qui nous donne une pêche d’enfer ! Mes voisins sont ravis. Enfin je crois. Nous avons donc là un morceau pas piqué des hannetons qui donne vraiment envie de trémousser son petit corps sur des riffs Rock’n’Roll endiablés ! S’en suivra dans la même idée I’m going to Hell for this, Down on you et Rocked like this, qui sont des titres percutants et tranchant dans le vif du sujet. A savoir, le bon vieux Hard Rock des familles ! Nous ne pourrons pas passer à côté de When I drink I go crazy qui, en plus d’être un titre percutant reflétant à mon sens l’idée générale de l’album, a été écrit pour rendre hommage à Lemmy. Continuons notre petite traversée lyrique avec les trois derniers morceaux de cet opus qui sentent bon les cactus enflammés. Do me like you do yourself n’est pas ce qu’on peut appeler une compo innovante dans le genre mais le titre s’écoute plutôt bien. On sent que l’inspiration musicale s’épuise un peu mais cet essoufflement est rattrapé par le dynamique It’s all for rock’n’roll qui redonne le petit coup de pêche dont on avait besoin, pour se diriger en bonne et due forme sur Bombshell, dans lequel on retrouve des riffs puissants et une ligne de chant maitrisée soutenue par des cœurs enthousiastes.

« Efficacité » sera donc le mot d’ordre de ce nouvel album ! C’est sans grande surprise que nous avons un album complet et bien produit, tant sur la forme que sur le fond, dans la digne lignée de leurs prédécesseurs. Nous retrouvons Bob Marlette aux manettes (Ozzy Osbourne, Alice Cooper…) qui a enregistré Airbourne à leurs débuts (2007), assisté de Mike Fraser au mixage (AC/DC, Aerosmith, Van Halen, Metallica…). Des collaborateurs de choix pour une production qui frôle la perfection.

Conclusion : ouvrez une bonne bouteille de Jack et montez le son !
Ah oui ! J’ai oublié de vous dire ! Airbourne sera en tournée française bientôt !
Go, go, go !
01 & 02 Décembre : Le Trianon, Paris
03/12 : La Sirene, La Rochelle
07/12 : Le Cabaret Aléatoire, Marseille
10/12 : Le Radiant-Bellevue, Caluire
11/12 : La Laiterie, Strasbourg
12/12 : L’Aéronef, Lille

Breakin’ outta Hell
Airbourne
Nuclear Blast
2016

Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *