Aussi inattendu que très bon, voici qu’arrive The Stage, le tout dernier né d’A7X (surnom d’Avenged Sevenfold pour les intimes ). Autant être clair de suite, il ne s’agit pas là d’une nouvelle copie du Black album des jeunots de Metallica, ou quelconque autre idée « originale » du groupe, mais bien d’un album 100% A7X, avec leur patte reconnaissable entre mille.

Très bien produit et mixé, ce septième album voit l’arrivée du batteur Brooks Wackerman, qui, de par son jeu dynamique, apporte une réelle plus value au groupe. L’album s’ouvre le titre éponyme The Stage, avec sa gimmick d’intro à la guitare en forme de clin d’œil au titre Hail to the King du précédent opus : rien à jeter, le titre est accrocheur, mélodique et taillé pour la scène !

Le groupe est en forme, en témoigne une partie en acoustique au milieu du morceau, rappelant furieusement les années 70 , et sur laquelle la guitare de Mister Gates fait des ravages (ce qui sera une constance sur tout l’album, les solos étant d’une technicité impressionnante et mélodiquement ravageurs). Dès Paradigm, le deuxième titre, on retrouve le son des premiers albums du combo, qui sait néanmoins sortir des sentiers battus en proposant, par exemple, des cuivres sur le morceau Sunny Disposition.

Si l’on ressent l’influence de groupes comme Megadeth ou encore Muse (le morceau Higher aurait pu être composé avec Matthew Bellamy), le groupe ne sombre pas dans la pseudo « cover » et propose un album pertinent, efficace , avec un son qui lui est propre. La fin de l’album se veut plus posée, notamment avec la ballade Roman Sky, sur laquelle intervient un orchestre ; qui nous rappelle également le magnifique morceau qu’est So Far Away. Exist, le dernier titre, se veut assez conceptuel, du haut de ses 15 minutes au compteur, mais reste très agréable à écouter, tant les influences sont variées et bourrées de clins d’œils à différentes époques.

Pour résumer, A7X nous reviens plus qu’en formes, avec un album excellent, taillé pour le live, ou les guitares se taillent la part du lion… du très bon boulot !

The Stage
Avenged Sevenfold
Capitol Records
2016