9782253183761-001-T

1408. Venise grouille de complots. Les empereurs de Byzance et d’Allemagne sont sur le point de se déclarer la guerre, et chacun compte bien s’emparer de Venise en mariant son fils à dame Giulietta. À seize ans, elle est la clé de quiconque voudrait réclamer le trône. Tycho, ancien esclave, guerrier et monstre contre-nature, fait chevalier pour avoir détruit la flotte Mamelouke, ne voit plus aucune raison de sauver Venise. À quoi bon, s’il ne peut conquérir la femme qu’il aime ? Au cœur de la tourmente, apparaît une jeune fille nue et couverte de boue. Elle s’est arrachée à sa tombe pour assassiner ceux qui l’ont enterrée. Le sort de Venise repose entre les mains de ces trois êtres.

*attention, spoilers!*

Dans ce second tome, Grimwood se surpasse dans le développement psychologique de ses personnages et réussit à transformer Giuletta notamment, en jeune femme pleine de ressources enfin moins gamine. La nature de Tycho est encore développée et les séquences vampiriques plus présentes que dans le précédent tome, même si elles restent simples et crédibles. La séquence dans le cimetière est magnifiquement décrite! L’ensemble de ce tome possède une ambiance plus gothique que la première partie.

Une bonne partie du livre se concentre sur les complots entre la duchesse Alexia et le duc Alonzo mettant en péril la relation entre Tycho et Giuletta qui se retrouvent des pions au cœur des intrigues vénitiennes. On pourrait regretter la non-présence des Assassins;: un peu ennuyeux, car c’est le thème et la trame principal. Dans les derniers chapitres, Byzantins et Germains viennent répandre une nouvelle menace sur Venise, chacun réclamant une alliance via le mariage de leur prince respectif avec Giuletta. Mais cette fois-ci, la jeune femme ne se laisse pas faire et prend une décision radicale qui met le feu au poudre: Venise est attaquée!

Si l’on déteste toujours autant Alonzo, la relation à Alexia est plus complexe, car le personnage, pas toujours droit, reste quand même attachant, notamment dans ce second tome où elle montre enfin la tendresse qu’elle ressent pour sa nièce. On découvre également un peu plus l’histoire de cette princesse Mongole mariée à un duc vénitien pour une alliance diplomatique. La jeune femme, sans doute nostalgique de son pays et ses coutumes, entretient une étroite relation avec le Khan Mongol (son neveu? son cousin?), donnant ainsi un bref aperçu d’un ailleurs exotique.

L’une des principales qualité de l’auteur, en-dehors des descriptions et de la réalité historique, se trouve dans le développement des personnages féminins tous intéressants comme Rosalyn, dans ce tome; la protégée de Tycho qui se découvre une amie en la personne d’Eleanor, la dame de compagnie de Giuletta.

S’il y a bien une chose décevante, attaquant le romantisme caricatural féminin, c’est bien la première nuit d’amour entre Tycho et Giuletta, très vite expédiée. Alors oui, cela est justifié par le désordre ambiant, mais bon… c’est dommage! Sans rentrer dans une certaine niaisirie ou tomber dans un roman à l’eau de rose, on attend avec impatience la suite de leur relation…

CONCLUSION

Tout est plaisant dans cette suite! L’intrigue prend le temps de se développer sans omettre de détails. On a un très bel aperçu de l’ambiance de l’époque et on arrive parfaitement à imaginer chaque lieu. La lecture est à la fois très divertissante, reposante et tendue: un très bon mélange!

A suivre… 

Lame Bannie

Assassini tome 2

Jon Courtenay Grimwood

Le Livre de Poche

7,90€