Leviathanima – Beyond the Styx

Beyond-The-Styx-LeviathanimaAvant d’entrer plus avant dans ce disque, faisons tout d’abord les présentations d’usage.

BEYOND THE STYX est un groupe de Deathcore français, tourangeau pour être précis (de Tours donc), formé en 2011 et déjà auteur d’une démo et d’un EP, Sloughing Off The Shades (paru en 2012). Leviathanima est leur premier album, édité en ce début d’année 2015.

Avant même de s’immerger dans cette production, il faut signaler le soin et la cohérence apporté par le groupe à l’artwork de l’album lui-même (superbe!), mais aussi de ses différents supports de communication (site internet, Facebook, etc). Si je le signale c’est que cela permet de cerner au mieux l’univers que souhaite développer le groupe et de voir que celui-ci se donne les moyens de ses ambitions.

Mais pénétrons dans le vif du sujet, car ce qui nous intéresse ici et avant tout, c’est bien la musique.

L’album en question débute par une introduction du plus bel effet (Quo Fata Ferunt) commençant par un chant choral rehaussé de sonorités industrielles et débouchant sur une montée en puissance initiée par le groupe. Introduction particulièrement réussie à mon sens, car elle a le mérite de remplir son office à la perfection, à savoir permettre à l’auditeur de se plonger dans l’œuvre du combo. Ce premier morceau fait clairement l’effet d’une porte que l’on ouvrirait sur les abysses et qui, une fois terminé, se referme sur nous. Une seule solution s’offre alors : continuer inexorablement vers les abîmes que nous a concocté le groupe. Et tout au long des 11 titres suivants qui jalonnent l’album, un constat s’impose, BEYOND THE STYX en impose !

Mariant allègrement voix caverneuse et vocaux déchirés, chœur clairement Hardcore (venOMEN(on!)), breaks casseurs de cervicales (Sanctuar I.N.K), riffs thrashisants et solos mélodiques (Fichidna’h), le groupe de Tours développe un Deathcore à la fois typique (enfin qui correspond à ma vision, très limité, du Deathcore typique), mais aussi très personnel. En effet, lorsque d’un titre à l’autre ils choisissent de mettre l’accent sur l’une ou l’autre facette de leur musique, elle n’est finalement jamais totalement prépondérante. Ainsi, le côté HxC sur I up US, Fichidna’h, Ody55eu5 notamment et le côté death des cavernes pour Autop6gorgones, 101 demons ou encore VenOMEN(on!) (un des meilleurs titre de la galette) tiennent le haut du pavé. Mais, alors que l’on se croit parti à se farcir un titre aux plans typiques suscités, nous voilà agréablement décontenancé par l’apparition d’un break à la lourdeur cervicalement éprouvante, à chanter en chœur tout en moshant après avoir growlé à ne plus avoir de cordes vocales. Et que dire de ces riffs thrashisants (Code ; Orphantage) ; de ces parties complexes et déstructurées évoquant le Djent (Kiss The Abyss) ; de ces solos, toujours bien placés, qui peuvent se faire fulgurants et tranchants comme une lame de katana (Fichidna’h, décidément) ou aérien et mélodique comme une balade de Bon Jovi (Insurr@ction). Et au milieu de tout cela, nos 5 larrons nous font respirer en se fendant d’un interlude aux accents classiques porté par les riffs d’une guitare du même type (Respice Finem).

Vous l’aurez compris, ce Leviathanima est riche et complexe tout en étant cohérent et homogène. Impossible par exemple de ressortir un titre plutôt qu’un autre, tellement chacun d’eux apporte sa pierre à l’édifice de cette première production.

Toutefois, le contrecoup de ce genre d’albums est qu’au final aucun temps fort ne s’en démarque. Ce qui pourrait être, à la longue, source d’ennui chez l’auditeur. Mais c’est ici un écueil que parvient à contourner relativement bien BEYOND THE STYX car cet album s’appréhende réellement dans son entier et, surtout, ne contient pas non plus de véritable temps faible. Ce qui est, pour un premier album et une musique aussi ambitieuse, plutôt une très bonne chose.

Nul doute que lorsque le groupe aura mûri, digéré encore un peu plus ses influences et fluidifié son propos, il risque de se faire une belle place sous le soleil métallique français.

Leviathanima
Beyond The Styx
Klonosphere/Season Of Mist
2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *