positifDavid Wellington est connu, et reconnu, pour ses romans de zombie, notamment depuis la publication, chez Milady de la Monster Serie (Zombie Nation, Zombie Island, Zombie Planet). Avec Positif il nous revient avec du très très bon roman post-apo, et attention vous allez vous faire plaisir si vous aimez ce genre…

La couverture de Jayne Szekely est classique pour un roman de ce type et même si certains déploreront le manque d’inventivité je trouve que ne pas faire d’excès illustratifs sur ce type de couverture est plutôt une bonne chose. La présentation de l’éditeur nous en dit un peu plus sur le roman et donne vraiment envie :

Tout le monde peut être positif…
Le signe « plus » tatoué au dos de la main de Finnegan le marque comme un positif. À tout moment, le virus zombie pourrait se diffuser dans son corps, transformant l’être humain rationnel qu’il est en un monstre affamé. Sa seule chance de mener une existence normale est de survivre à la période d’incubation potentielle.
Finn se lance alors seul dans un voyage infernal qui lui fait traverser une Amérique métamorphosée – un territoire sombre et dangereux, peuplé de héros, de pillards, de fous furieux et de hordes de zombies. Et bien que ceux-ci soient partout, Finn ne tarde pas à découvrir que le plus grand danger vient peut-être de ses frères humains…

L’aventure de Finn commence benoîtement dans les rues d’un New York dévasté mais où les humains ont réussi à reprendre pied et surtout à vivre. Mais très rapidement tout va partir en vrille et la vie du jeune homme va totalement changer. Devenu un positif il va devoir tout mettre en œuvre pour survivre dans la Friche, cette zone de non-droit où les pillards font bien souvent la loi, quand ce ne sont pas les zombies eux-mêmes. Passant d’un protecteur (esclavagiste ?) pillard, à une certaine autonomie avant de retomber dans les filets du gouvernement, le pauvre Stones (surnom de Finn), va endurer nombre de galères. Je ne vous en dis pas plus car je risque de vous spoiler trop d’informations. Le roman avance vite, l’auteur ayant pris le parti d’un rythme élevé pour compenser la potentielle répétitivité des ficelles scénaristiques. Et malgré tout il gère parfaitement ce risque parvenant à renouveler sans cesse les péripéties et à étonner le lecteur.

Le style fluide, très actif, de l’auteur permet au lecteur de s’investir à 200% dans le roman et de suivre avec plaisir les aventures de Finn. De même les chapitres sont très courts et invitent de ce fait à vouloir en savoir toujours plus, à découvrir toujours plus avant ce qui a bien pu arriver à ce pauvre jeune homme. La traduction de Benoît Domis est d’excellente qualité, donnant au roman les qualités de style que l’on attend d’un roman français, ce qui est une excellente nouvelle.

Avec Positif, David Wellington signe l’un des meilleurs romans de zombies de ces derniers temps, alors que je suis fan de ce type de romans. Eclipse envahit actuellement le marché de post-apo zombie mais c’est bel et bien Bragelonne qui parvient à nous proposer la petite pépite de fin 2015. Bien joué à eux, et vivement le prochain !

Positif
David Wellington
Bragelonne
23 €