half the worldJe suis tombé amoureux de la nouvelle série de Joe Abercrombie après avoir eu l’occasion de dévorer l’édition française du premier tome il y a quelques mois (parue chez Bragelonne). Et je suis tombé au détours d’un rayon sur l’édition américaine de la suite, je n’ai donc pas hésité à me jeter dessus. Et je n’ai vraiment pas été déçu de cette lecture, comme vous allez pouvoir le découvrir…

La couverture est à la mode américaine : beaucoup moins travaillée au niveau de l’illustration qu’en France, mais beaucoup plus au niveau technique de fabrication. Un magnifique vernis, un gauffrage du plus bel effet, tout est mis en œuvre pour séduire le lecteur. La 4e de couverture vous donne également un bel aperçu de ce que vous allez découvrir :

Sometimes a girl is touched by mother war.
Thorn is such a girl. Desperate to avenge her dead father, she lives to fight. But she has been named murderer by the very man who trained her to kill.

Sometimes a woman becomes a warrior
Fate traps her in the schemes – and on the ship – of the deep-cunning minister Father Yarvi. Crossing half the world to find allies against the ruthless High King, she learns harsh lessons of blood and deceit.

Sometimes a warrior becomes a weapon

Beside her on her gruelling journey is Brand, a young warrior who hates to kill. A failure in his eyes and hers, he has one chance at redemption.
And weapons are made for one purpose

Will Thorn forever be a tool in the hands of the powerful or can she carve her own path? Is there a place beyond legend for a woman with a blade?

Half the World tient encore plus du récit de voyage que Half a King (La Moitié d’un Roi) avec cette fois deux jeunes protagonistes qui vont nous emmener au bout du monde sur leurs traces : Thorn et Brand, guidés par Père Yarvi, héros du premier opus. Et ce voyage va se faire dans la douleur, les larmes, les doutes. L’objectif final de Joe Abercrombie au cours de sa série commence à réellement se dessiner et l’attente du troisème opus se fait vraiment pressante à la fin de cette lecture.

Scénaristiquement Joe Abercrombie agrémente son récit d’une histoire d’amour qui, sans révolutionner le genre, vient adoucir un peu son propos. Car le voyage est très très loin d’être de tout repos : attaques, tempêtes, et autres éléments inattendus vont venir contrarier les plans de notre petite troupe. Il n’est pas forcément évident pour un auteur de rendre séduisant un long voyage en bateau, pas forcément sexy au départ. Et pourtant il y parvient à merveille, renouvelant sans cesses ses intrigues et développant les fils de sa trame globale. Car ce roman fait office de transition à la fois dans les personnages mais également dans l’histoire globale de la Mer éclatée.

Le style est fluide, le vocabulaire assez simple et donc même ceux qui ne sont que moyennement habitué à la lecture en anglais s’en sortiront. Joe Abercrombie parvient sans soucis à imposer sa patte littéraire en reprenant une recette qui fonctionne : l’efficacité avant tout. Et il y parvient de nouveau avec un roman finalement assez trépidant, marqué d’actions d’éclat dignes de figurer dans les chansons !

Half the World est donc un roman de transition qui va nous amener à la suite de l’histoire de la Mer éclatée. Ce faisant il nous présente de nouveaux personnages, les fait évoluer séparément et en groupe, propose une mise en place, peut-être un peu longue, pour ce qui sera le final plus qu’explosif de la série. En tant que lecteur j’attends beaucoup de Half a War, le final de la trilogie, qui nous permettra d’être fixé sur ce que donne réellement ce pan de l’œuvre de l’un des auteurs de fantasy les plus prolifiques de ces dernières années.

Half the World
Shattered Sea 2
Joe Abercrombie
Harper Voyager

17,70 $

L’édition française a été publiée par Bragelonne en juillet 2015