Ah, deuxième critique on aborde encore le thème de la joyeuse avancée dans la volonté de manger nos congénères. Hannibal la série décide de revenir sur le « passé » du cannibale le plus célèbre de l’audiovisuel. Hannibal Lecter, psychiatre émérite reconnu par la profession comme un brillant médecin se fait approcher par Jack Crawford, directeur du FBI, pour s’occuper de l’agent Will Graham.

Celui-ci est profiler brillant mais qui ne peut aller sur le terrain sans un soutien psychologique fort. Hannibal Lecter devient donc le psychiatre de Will, et s’instaure au fil du temps une relation particulièrement malsaine entre les deux hommes, car Hannibal Lecter est en réalité le serial killer principal que poursuit Will.

Une tentative légèrement malheureuse avait déjà eu lieu de présenter le cannibale dans ses origines (oui je te regarde Hannibal Lecter avec ton vermisseau Gaspard Ulliel); film qui se contentait d’être un slasher tout ce qu’il y avait de plus classique avec une fin attendue et… Relativement moyenne.

Si le projet de série Hannibal devait au départ raconter le départ de Clarisse dans la vie active, le fait de se concentrer sur la relation Hannibal Lecter/ Will Graham était un pari plus risqué. En effet, si dans le public ils n’apparaissent que dans Dragon rouge (remake et premier du nom, car oui il y a eu deux adaptations de cette histoire), difficile de s’attacher à Will qui pour le public est un Edward Norton au rabais.

hannibal-la-serie-de-television-de-asesinos-en-serio-que-amenaza-con-jubilar-a-dexter_110413_1365689602_87_

Hugh Dancy qui joue donc la nouvelle version réussit néanmoins à faire du policier un être sensible auquel on s’attache tant le voir manipuler de tous les côtés, et en avoir conscience, le rend attachant. Ballotés par les vents, Will est un navire à la dérive, fragilisé par les éléments pour finir par douter de la vérité et de son esprit, seul rempart face à un individu plus sombre que jamais.

Car la vraie découverte intense et immense de cette série c’est le retour d’un camarade de jeu de Hugh Dancy (Le Roi Arthur les gens) : Mads Mikkelsen. Mads Mikkelsen, en plus d’avoir un nom qui en anglais invoquerait presque la folie est sans doute un des acteurs les plus brillants et sobres actuellement sur le « marché ».Hannibal-saison-3

J’ai toujours trouvé qu’il cachait continuellement quelque chose derrière ce regard froid et distant. Que ce soit dans Casino Royale, ou mieux encore La Chasse (que je conseille malgré la dureté et l’absence totale de fantastique), le danois campe un Hannibal Lecter absolument majestueux. Passant d’un individu calme, incarnant une sorte de noblesse froide et slave à un animal sauvage, un lion relâché de sa cage dans un marché de viande.

Oui, la série se centralise sur ces deux personnages. Et si comme dans le film Hannibal, on tente d’humaniser le cannibale, ce n’est pas par le biais d’une hypothétique relation amoureuse mais bien par la fascination (qui n’est quand même pas dénuée de sexualité) entre les deux antagonistes. Tour à tour patient/médecin, dominant/dominé, chat/souris, ils esquissent la complexité d’une relation morbide, axé sur la folie que contient chaque individu.

hannibal-serie-teaser

Nul héros dans Hannibal. Le directeur du FBI dans sa volonté de contrôle ne surpasse pas Will qui hésite sur la frontière du mal. Il n’y a qu’un absolu, Hannibal tout humanisé qu’il est ne ressent rien. Il incarne ce que tendait à être Dexter, et le fait de le présenter non découvert rend sa personnalité au mieux ambiguë, au pire perverse.

Car oui, la réalisation et l’écriture soignée nous amène souvent à considérer deux tableaux, voir deux modèles de pensée et finalement assister à cette personne consciente de sa propre amoralité, hésitant au besoin de se faire capturer pour finalement, tel Caïn, sacrifier sans le moindre doute son frère en lui brulant les ailes.

Le public n’a pas accroché à Hannibal. Flash-back, vision schizophrène et mise en scène morbide n’ont sans doute pas aidé. Le propos est peut-on rendre artistique le crime, et si un psychopathe avait l’idée de torturer les corps pour en faire des fleurs ? Tout cela, ainsi qu’une action lente et bien découpée, avec des intrigues qui prennent leur temps a du rebuter le public habitué à des thrillers plus directes.

Reste que oui, Hannibal cuisine divinement bien, invite tout le monde à déguster ses mets délicats, et offre avec un plaisir non feint les entrecôtes, flancs, foies, cœurs de ces animaux qu’on le voit parfois chasser. On ne mange rien que de l’humain chez Hannibal Lecter, tout le monde y participe à cette gigantesque horreur, car au final ce qui sépare l’homme du monstre ne tient qu’à une bouchée.

Hannibal, une série qui vous rendra cannibale, ou végétarien, au choix.

hannibal-2

Hannibal
Conduit par : Thomas Harris et Bryan Fuller

Avec : Mads Mikkelsen, Hugh Dancy, Laurence Fishburne
Produit et diffusé par : NBC
DVD saison 1 et 2 disponible.