Accueil / Cinéma / Dans la brume – Antoine Roby
Bannière Institut de la Musique

Dans la brume – Antoine Roby

 

Mathieu rentre de voyage et rend visite à sa femme, dont il est séparé, et à sa fille, gravement malade qui doit vivre en continu dans une bulle géante. Leurs retrouvailles sont tendues. Quand Mathieu les quitte, il assiste à un étrange phénomène : de la brume sort du sous-sol de Paris. Les voilà bloqués dans les derniers étages de leurs immeubles alors que les trois quarts de la population de la capitale ont été décimés par cette mystérieuse attaque. Ils ont pour objectif de survivre et de trouver un moyen de s’échapper.

Quand on pense film-catastrophe, on y assimile rarement les films français. Petit jeu : qui pourrait me citer, sur les vingt dernières années, un film catastrophe français ? Plus difficile encore : un bon film catastrophe français ? Vous cherchez ? Moi aussi. Je suis preneur de conseils, car rien ne m’est venu en rédigeant cette chronique.

Dans la brume est donc un projet surprenant dans le petit microcosme du cinéma hexagonal. Coproduit par la Québec – on retrouve à la réalisation Antoine Roby, un québécois qui a notamment travaillé sur la série Versailles de Canal + – il met donc en scène un monsieur Tout-le-Monde et son épouse qui font face à un évènement improbable, cette brume qui a déjà inspiré des auteurs de genre comme Stephen King (The Mist) et son adaptation de Frank Darabont, ou The Fog de John Carpenter.

 

L’intrigue très resserrée va se concentrer sur cinq personnages : Mathieu (Romain Duris), son épouse Anna (Olga Kurylenko), leur fille (Fantine Harduin) et le couple de retraités chez qui ils sont obligés de se retirer à cause du phénomène (Michel Robin et Anna Gaylor).

Car la brume arrive très vite dans le film, à peine dix minutes d’exposition avant la panique et les cris. C’est sur cette première scène catastrophe qu’on peut voir à quoi on pourra s’attendre par la suite. Caméra bien serrée sur le protagoniste principal, effets spéciaux réussis à l’image de cette bouche de métro qui crache gaz et individus intoxiqués, l’immersion fonctionne sans toutefois éviter de petits ratages (ce couple à vélo qui peine à tomber dans la rue, gloups).

Dans la brume va se montrer efficace dans ses péripéties, Antoine Roby se montrant à l’aise avec la caméra et les petits moyens à sa disposition. En plus des superbes plans de Paris embrumée, on notera la scène du chien, classique, mais efficace morceau de bravoure avec un travelling latéral très réussi qui (pour)suit le couple de personnages. Quelques séquences titillent le fan de post apocalyptique, à l’image de la courte scène de Montmartre en guerre civile ou ces militaires complètement dépassés qui errent dans la capitale.

 

Côté ambiance et réalisation, le film est soigné. On n’en dira pas autant du scénario. L’idée principale de ce couple qui va devoir se battre pour sortir leur enfant de sa bulle est attrayante, mais les personnages n’existent que pour exercer une fonction, non pour incarner de réelles personnes. Si l’histoire ne souhaite pas avancer de théorie sur la brume (attentat ? Vengeance de la planète ? Le film avance ses théories sans trancher), il n’entend pas non plus développer ses héros qui vont se retrouver rabaissés au rang d’accessoires. Il n’y a aucune tension dramatique dans les relations entre personnages, on ne saura pas, par exemple, pourquoi le couple principal est séparé, on apprendra à peine le métier d’Anna qui justifiera de vagues explications scientifiques, on ne s’intéressera pas au destin de ce couple qui n’existe que pour faire avancer le scénario.

Résultat, les acteurs font ce qu’ils peuvent avec le peu qu’ils ont à défendre. Romain Duris est appliqué en mode «la situation est grave» et ne sort jamais de ce registre – on s’amusera de constater qu’il connait Paris dans une nouvelle situation particulière après le sable de Peut-être de Cédric Klapish ; Olga Kurylenko est monolithique pendant un long moment et l’on peine à croire à son engagement émotionnel dans la deuxième partie ; Fantine Harduin a de brèves scènes où il est difficile de développer quoi que ce soit. Seul le couple de retraités peut proposer quelques nuances en se montrant touchant dans son lien d’affection profond, malgré le danger.

 

Dans son dernier acte, le film bascule dans un vrai survival qui donne l’occasion à Romain Duris de se la jouer Belmondo sur les toits de Paris. Encore une fois, le scénario privilégie le rythme des péripéties et l’ambiance, et convainc là-dessus. Dans ce contexte, le film reste bien tenu, malgré un twist de dernière minute qui n’aura pas vraiment d’intérêt. Dans la brume parvient en tout cas à mener efficacement sa barque sans se perdre, une tare de nombreux films de genre ces dernières années. Avec 1h30 au compteur, il peut se concentrer sur l’essentiel et sait offrir un spectacle réussi.

Conclusion

Dans la brume fonctionne grâce à une réalisation maîtrisée, malgré de faibles moyens, et une ambiance soignée. Si le scénario catastrophe n’est pas prenant, la faute à des personnages totalement accessoires, il raconte une histoire qui se suit sans déplaisir. C’est un film de genre français fort agréable qui n’a pas grand-chose à envier à des blockbusters plus ambitieux sur le papier – et par la magie de la planche à billets. À tenter !

Dans la brume

Réalisé par Antoine Roby

Avec Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin, Michel Robin et Anna Gaylor

Disponible en DVD et Bluray

Eldricht Tales

A propos de Kevin

Passionné d'imaginaire, Kevin lit, voit et assiste à pas mal de choses. Il partage ses découvertes et aime repartir vers le passé, le temps d'une chronique ou d'un article. Depuis 2008, il joue aussi les scribouilleurs amateurs chez Rivière Blanche (Dimension Ecologies Etrangères), Malpertuis (Malpertuis VI) ou les éditions Mots & Légendes où son premier roman de Fantasy débarque en Mars 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *