Terrarium T1 – Yûna Hirasawa

Petite chronique aujourd’hui sur le premier tome d’une série de manga sortie en 2021 chez Glénat, qui a su me séduire par ses thématiques SF et environnementales. Classé en Seinen (manga adulte) il n’en garde pas moins, pour apaiser au milieu des thématiques graves, certains aspects plus enfantins. Une série qui commence superbement et qui promet beaucoup pour la suite !

Balade poétique dans un monde en ruine où la nature a repris ses droits.
Dans un monde en ruine où l’humanité est sur le déclin, Chico la technologue d’investigation et son petit frère Pino arpentent des colonies délabrées où des robots poursuivent leurs tâches inlassablement. Les deux explorateurs tentent de les accompagner dans leurs derniers souhaits, mais à quoi bon quand la fin approche d’heure en heure ?
“Combien de centaines d’années faudra-t-il encore aux humains pour devenir meilleurs ?”
C’est la question soulevée…

Dès les premières pages on se prend au jeu de suivre Chico et son frère Pino. Peu à peu on commence à en apprendre plus sur l’arcologie, sur la mission de cette technologue, sur le monde dans lequel nos deux protagonistes vivent. Yûna Hirasawa propose un scénario intéressant et cette première aventure nous permet autant de découvrir les protagonistes que de plonger dans l’arcologie. Ce premier pan du parcours de Chico va être finalement emplie de mélancolie avec la découverte de ce robot médical au destin inattendu. Les sentiments qui nous sont transmis le sont à la fois par la gravité du propos général, par la mélancolie qui se dégage du récit mais aussi par l’aspect drôle parfois de certaines situations ou phrases de dialogue.

Le monde de l’arcologie développe différents environnements, chacun spécifique, comme nous allons le voir au fil des tomes. On y découvre un monde technologiquement avancé mais sur le déclin, lui donnant un côté post-apocalyptique vraiment agréable. Ce premier tome est assez contemplatif, une belle découverte de l’univers de Chico et Pino avant que les choses sérieuses ne commencent par la suite.

Le dessin est tout bonnement magique. Le trait est affirmé, la poésie qui se dégage des décors est impressionnante, bref tout est là pour séduire le lecteur et cela fonctionne.

Conclusion

Le premier tome de Terrarium est à la fois beau, prenant et mélancolique. Un manga comme je les aime, qui fait réfléchir, qui invite au voyage visuel tout en proposant une histoire prenante.

Titre : Terrarium
Série :
N° du tome : 1
Auteur(s) : Yûna Hirasawa
Illustrateur(s) :
Traducteur(s) :
Format : Poche
Editeur : Ki-oon
Collection :
Année de parution : 2021
Nombre de pages : 176
Type d'ouvrage : Roman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.