Nuit Noire – Lost in Kiev

nuit-noire-lostinkievVoici venir un autre nouveau groupe français des plus intéressants. Le Doom n’est pas des plus évidents à développer comme genre, celui-ci ayant tendance à tourner en rond, de l’aveu même des fans. Derrière des groupes comme Katatonia, il n’est pas forcément évident de proposer quelque chose qui puisse satisfaire l’avidité des fans. Eh bien Lost in Kiev est parvenu à me prendre au débotté et à m’embarquer dans leur univers crépusculaire et inquiétant. La pochette de l’album en est le plus vibrant exemple d’ailleurs. Sombre mais particulièrement esthétique, elle invite à la curiosité donc suivez-moi à la découverte de cette petite pépite de cette fin d’année.

On attaque avec la langueur de Narcosis. On sent de suite que le groupe crée un univers entier grâce à sa musique. Basse, batterie et guitare proposent une mélodie lancinante donc la voix du chanteur, profonde, raconte son histoire en marge des rythmes, favorisant l’immersion. Insomnia propose quelque chose de plus rythmé même si cette fois le clavier et une ambiance électro viennent prendre le dessus. La voix est cette fois féminine mais tout aussi intéressante. Un excellent morceau de Doom comme on les aime, notamment grâce à un refrain tellement entraînant. On enchaîne avec Mirrors qui met directement en avant des rythmes électro et une voix féminine avant que les instruments plus classiques ne viennent prendre le relai. Nuit Noire également propose une ambiance vraiment chaude et glauque, l’étrangeté et l’entêtement des mélodies prenant la part belle dans la musique de ce groupe. Une chose est certaine, la réalisation ainsi que la composition de cet album sont, pour le moment, de toute beauté. Nuit Noire, notamment fait partie des meilleurs morceaux que j’ai entendus depuis bien longtemps.

Somnipathy débute calmement, invitant au rêve derrière une voix féminine douce, en retrait de la musique. La piste porte très bien son nom, invitant à l’onirisme, c’est indéniable. Catalepsy est tout aussi beau que la piste précédente avec sa mélodie au piano. La voix de ce qui semble être un psychiatre vient aussi se poser sur l’ensemble, expliquant beaucoup de choses. Autre détail, c’est l’un des deux seuls morceaux de l’album à faire moins de cinq minutes… Résilience reprend les bonnes habitudes en proposant quelque chose de plus long mais aussi de beaucoup plus profond musicalement après cet intermède. Très rythmé par la basse et la batterie, le tout est particulièrement entêtant et immersif. Celestial porte parfaitement son nom, créant une ambiance spatiale du plus bel effet. Chaque note contribue à nous faire voler. Sur cette piste le clavier est fortement présent et met en valeur la composition d’ensemble. L’album se conclue sur Emersion, piste de neuf minutes absolument sublime qui démontre à quel point le groupe est talentueux. La composition est juste parfaite, le refrain entraînant à souhait, je me prends à espérer les voir en concert car j’ai vraiment adoré les écouter sur album.

Avec Nuit Noire Lost In Kiev frappe un grand coup sur la scène Doom et prog. Un excellent album qui démontre que ce type de musique a besoin d’une véritable vision pour exister, notamment au moment de la composition. Si vous aimez ce style musical alors il n’y a pas à hésiter, il faut que vous vous jetiez sur Nuit Noire, selon moi l’un des meilleurs albums de cette fin d’année. Je vous proposerais bientôt une interview du groupe car je suis vraiment très curieux d’en apprendre plus sur eux et leur manière de travailler.

Nuit Noire
Lost In Kiev
2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *