mythologica walkingdead5Emprisonnés par la communauté du Terminus, le groupe de Rick enfin reformé se prépare à l’affrontement, transforme en arme tout ce qui peut servir. Malheureusement, l’assaut ne se déroule pas comme prévu et Rick, Daryl, Bob et Glenn se retrouvent pieds et poings liés à la merci du pire. Car rien de ce qu’ils ont déjà vécu ne ressemble à ce qui se trame au Terminus… De leur côté, Carol et Tyreese tombent sur un habitant du Terminus et devinent le sort réservé à leurs amis. Laissant la petite Judith à Tyreese, Carol part seule tenter l’impossible.

L’errance n’est pas finie pour les survivants qui accompagnent Rick Grimes. L’horreur se profile de nouveau et son visage n’est plus seulement celui des Rôdeurs. A mesure qu’ils rencontrent d’autres communautés, leurs possibilités de choix se restreignent entre garder leur humanité, combattre la barbarie ou survivre quitte à devenir ce qu’ils ont combattu jusqu’ici.

Laissé en suspens avec le dernier épisode de la saison 4, le devenir du groupe de survivants ne tenait qu’à un fil. On était satisfait de les voir réunis, enfin presque, mais tenus en haleine car jetés dans la gueule des loups. Cette saison 5 démarre donc sur les chapeaux de roues avec un danger imminent et pas des moindres, peut-être le pire depuis le début de la série, version papier comprise. Pour les spectateurs qui pensaient avoir tout vu avec le Gouverneur, place à la communauté du Terminus, nouvelle version de l’art de la survie aux dépends de son prochain. Passons sur les détails qui gâcheraient la surprise mais gare aux esprits sensibles car même si cette évolution est logique dans le monde de The Walking Dead, à l’image de certains films tels Le Livre d’Eli ou le jeu The Last of Us, elle a rarement été mise en scène aussi crûment.

the-walking-dead-saison-5-daryl-glenn-600x337

the-walking-dead-episode-501-rick-lincoln-560-1

C’est dans ce contexte que le personnage de Carol obtient la plus belle mise en valeur de la saison. Bannie pour ses fautes par un Rick encore altruiste, elle n’hésite pas plus à venir en aide à ses anciens compagnons au Terminus que lors de l’attaque de la prison. Et cette fois-ci, elle arrive pour littéralement mettre le feu aux poudres, diversion musclée dans laquelle les Rôdeurs deviennent bien utiles pour servir sa cause. Le sang froid de Carol n’a d’égal que la réactivité des autres et lui offre une nouvelle place au sein du groupe, à tel point que Rick devenant plus méfiant, plus enclin à éliminer les éventuelles menaces avant qu’elles ne se manifestent, se rangera plus volontiers à son point de vue, chose qu’il refusait auparavant.

 

the-walking-dead-season5-episode1-carol-reunited

Passé cette introduction farouche, les épisodes suivants introduisent peu à peu de nouveaux personnages tels que le prêtre Gabriel, l’escouade de flics d’Atlanta qui retiennent Beth et la communauté d’Alexandria.
Si le groupe affronte une dernière fois les habitants du Terminus, il se scinde ensuite en trois, ouvrant la suite d’épisodes consacrés à des mésaventures parallèles. Ainsi, chaque épisode zoome sur quelques protagonistes, en route vers différents buts et poursuivis par leur récent passé, les marques qu’il leur laisse.

On en apprend un peu plus sur le personnage d’Abraham même si la réalisation est un peu confuse sur les détails, on savoure les retrouvailles de Carol et Daryl dont la relative quiétude chute méchamment lorsqu’ils sont séparés et on aime voir Rick quitter son costume de justicier sans aucun regret apparent. En revanche, le retour face caméra d’une Beth disparue, dont même sa sœur ne semble pas se soucier pendant un bon moment, flirte entre l’ennui et la curiosité tant ce personnage demeure impossible à transformer radicalement en survivante. Elle reste un contre-point entre deux extrêmes, position peu commode pour le personnage comme pour l’actrice qui s’en sort bien malgré tout.

 

Capture-decran-2014-11-04-a-17
Au fil de ces épisodes qui, à défaut d’être tous aussi palpitants les uns que les autres, permettent de mettre en avant l’évolution psychologique de chacun, la façon dont ils s’adaptent ou non au présent, assument leur passé, les scénaristes gardent la tête froide et la ligne principale de la saga créée par Robert Kirkman et Charlie Adlard. Chaque situation illustre les tourments, les transformations des personnages, montre que si certains se laissent gagner par la lâcheté ou la cruauté dont ils d’abord été victimes, d’autres la refusent, envers et contre tout, mais à quel prix ?
La seconde partie de la saison commence par une errance douloureuse, hantée par le chagrin des pertes récentes et la frustration du manque de ressources. Sans eau, sans gibier, le groupe trouvera refuge de manière peu étonnante mais proche de la version papier. La paranoïa de Rick s’impose dès sa rencontre avec le premier habitant d’Alexandria, contre l’avis de certains de ses compagnons. Tout le groupe accepte d’entrer dans Alexandria mais la confrontation avec cette population préservée depuis le début du cauchemar s’annonce lentement, épisode après épisode, pour exploser dans les 3 derniers épisodes.
On peut regretter l’éviction de personnages récurrents depuis plusieurs saisons mais l’impact émotionnel est bienvenu et renforce la thématique psychologique de la série et puis on sait que tout personnage peut y passer selon le bon vouloir des scénaristes !

l-echange-est-sur-le-point-d-etre-conclu

the-walking-dead-saison-5-episode-10-them

 

Parmi les nouveaux venus, les protagonistes de l’hôpital sont intéressants même si peu surprenants et le chef Dawn (Christine Woods) demeure un mystère, incapable de choisir une ligne de conduite dès lors que Beth lui met le nez dans ses erreurs. De même, le prêtre Gabriel (Seth Gilliam) n’est présent que comme aiguillon de la méfiance de certains, Rick en tête, et préface l’inconscience des habitants d’Alexandria. Seuls Noah (Tyler James Williams), rescapé de l’hôpital, Aaron (Ross Marquand) l’altruiste malin et Deanna, chef de la cité, sortent du lot.

Tovah Feldshuh, connue pour ses apparitions régulières dans des séries notamment policières (New York District) campe une Deanna Monroe idéale, politicienne dans l’âme aveugle à ce qu’elle n’a fait qu’entrevoir de l’extérieur, idéaliste mais à demi-réaliste. Féminisé pour la série, le rôle du chef de la communauté d’Alexandria lui va comme un gant. Prudente, sûre d’elle mais pas assez pour diriger sa communauté sur le long terme dans une telle situation, elle a besoin de Rick et son groupe pour protéger la cité. Mais sait-elle seulement à qui elle s’adresse ? On en doute… Car elle n’imagine pas un instant ce dont ils ont été témoins et victimes. Elle expérimentera la douleur de la perte et l’amertume du vrai danger en toute fin de la saison. Elle représente le point de vue des membres d’Alexandria, inconscients, ignorants et dangereux.

Une chose évidente à la fin de cette saison : Rick se laisse gagner par ses instincts primaires et on décèle les fantômes de Shane et du Gouverneur dans ses actes. Finalement, après toutes ces épreuves, Rick n’est pas seulement transformé en tant qu’homme, il devient ce qu’il rejetait et combattait, il quitte son âme de protecteur pour devenir un survivant envers et contre tous. A suivre, une dissension qui se profile avec l’arrivée de Morgan à Alexandria, au sein de laquelle même Michonne et Daryl pourraient rejeter leur leader et ami.

The-Walking-Dead-saison-5-episode-14-la-survie-n-est-pas-faite-pour-tous_portrait_w532

surprise-morgan-est-de-retour

 

Avec ses différents réalisateurs aux commandes, la mise en scène de cette saison 5 demeure identique à ce que l’on connaît, alternant les styles pour mieux coller au rythme changeant du scénario. Esthétiquement, on retrouve cette qualité des maquillages et effets spéciaux avec un super bonus pour les charognes d’Atlanta, et l’allure dépareillée de tous côtés des principaux protagonistes qui claque face celle des proprets d’Alexandria ! On remarque tout de même que les décors de la cité refuge sont moins soignés car moins variés que celui de la ville Gouverneur et surtout moins travaillés que ceux de la prison et même du Terminus, dommage.

Cette saison 5 commence très fort, suite logique, mais cela terni les épisodes suivants. On est maintenant habitués à cette variation de rythme dans le scénario, laissant place à la montée en puissance pour un final qui en jette, ce qui est le cas cette fois encore, mais dont certains éléments tactiques lassent un peu. Néanmoins, l’évolution des personnages, et surtout de Rick Grimes, suffit à tenir en haleine car on en vient à se demander qui va le trahir en premier et s’il y survivra…

 

The Walking Dead – Saison 5
Coffret DVD – 16 épisodes
Production AMC
Avec : Andrew Lincoln, Norman Reedus, Steven Yeun, Lauren Cohan, Chandler Riggs, Danai Gurira, Melissa McBride, Michael Cudlitz, Emily Kinney, Chad Coleman, Sonequa Martin-Green, Josh McDermitt…
Sortie France : 30 septembre 2015