Les éditeurs de l’imaginaire : Les Editions Malpertuis

Editions Malpertuis crédit Jean-Emmanuel Aubert

Christophe Thill  et Thomas Bauduret nous parlent des Editions Malpertuis. La maison existe formellement depuis fin 2006 lorsqu’ils ont publiquement déclaré son existence à Sèvres. Avant cela, chacun de son côté avait des projets. Pour Christophe Thill, il s’agissait essentiellement de pouvoir publier Le roi en jaune de Robert W. Chambers dont il avait réalisé la traduction annotée et dont le projet de publication n’avait pas abouti. Thomas Bauduret avait dirigé une première anthologie intitulée Rock Stars publiée en 2003 chez Nestiveqnen après deux ans et demi de travail. Il s’est aperçu que tout le monde, et y compris les auteurs, était satisfait de ce travail. Il a alors eu l’idée de faire une anthologie leroienjaunefantastique annuelle, mais qui soit sans thème. Cela permettait de ne pas laisser passer de bons textes qui n’entraient pas dans le cadre strict des thèmes des appels à textes. Ils étaient déjà amis avant, mais c’est Christophe Thill qui a préparé un modèle avec l’impression à la demande, technique que seule Rivière Blanche avait alors mis en place. La maison s’appelle Malpertuis en hommage à Jean Ray, c’est même bien plus que cela, c’est un manifeste. C’est une référence à la littérature qu’ils aiment et qui donne une idée de ce qu’ils font et de ce qu’ils ont envie de faire. Thomas Bauduret est en charge de la collection Brouillards qui est consacrée au fantastique dans toute sa diversité. En plus des anthologies annuelles Malpertuis, des autres anthologies, des recueils de nouvelles, tous relèvent d’un fantastique plutôt moderne qui peuvent parfois avoir un côté encore classique. A la base, il aimerait publier le nouveau thriller fantastique qui va renouveler le genre, mais toujours est-il que depuis les débuts de Malpertuis le genre fantastique est revenu sur le devant des littératures de l’imaginaire. Pour sa angemauditpart, Christophe Thill s’occupe de la collection Absinthes, éthers, opiums où il s’agit de faire référence à une petite période littéraire qui allait de la fin du XIXe au début du XXe siècle qui est également le terrain de chasse, par exemple, de la revue Le Visage Vert. L’intention au départ était de rééditer de vieux textes méconnus comme ce qui a été fait pour Le roi en jaune, mais il y a tout un travail de traduction qui est assez lourd et cela a amené cette collection à s’orienter vers des auteurs vivants, voire de jeunes auteurs, qui proposent des choses dans cette ambiance. C’est dans cette collection qu’ont trouvé place tout naturellement Harry Dickson de Brice Tarvel qui se passe dans l’entre-deux-guerres dans un milieu franco-londonien, L’œil clos de Nico Bally qui est dans un cadre tout à fait décadent bien qu’assez intemporel ou bien Ange maudit de Frédéric Merchadou qui se situe dans une ambiance milieu XIXe très assumé et avec un style qui fait référence à la grande période littéraire française. C’est plus une revendication d’ambiance et d’atmosphère que de période au sens historique.

lamicaledesjeteursdesortsPour ce qui est de leur actualité, c’est l’anthologie qui a été réalisée pour le Festival Zone Franche de Bagneux et qui s’intitule L’amicale des jeteurs de sorts. Elle regroupe pas mal d’auteurs, malgré leur crainte initiale de ne pas recevoir assez de bons textes qui rentrent parfaitement dans le thème. Ils ont finalement eu tellement de textes de qualité qu’il leur a fallu faire des choix parfois douloureux. Bien sûr, l’anthologie Malpertuis IV sort actuellement après avoir été un peu retardée, ce sont les aléas des petits éditeurs, car il fallait finir l’anthologie pour Zone Franche et que les fonds nécessaires n’étaient alors pas disponibles pour une sortie à Sèvres. Comme les précédentes anthologies, c’est un petit buffet garni qui mêle toutes les couleurs du fantastique avec certains textes plus portés sur le malpertuisivstyle, d’autres sur l’intrigue, des textes humoristiques ou décalés, avec des auteurs qui ont déjà été publiés chez Malpertuis et de nouveaux auteurs. Une fois encore, le sommaire est imposant avec pas moins de 22 nouvelles et même si les nouvelles sont en moyenne plus courtes que pour les précédentes publications, la quantité d’auteurs, de thèmes, de tonalités différentes n’a pas été sacrifiée. Le troisième tome des aventures du Club Diogène intitulé Cauchemars sur le Club Diogène et dont les auteurs sont Jérôme Sorre et Stéphane Mouret est aussi d’actualité, bien que sorti pour Sèvres en décembre dernier, car les auteurs seront en dédicaces lors des Imaginales. C’est une série qui raconte les enquêtes d’un club de sept aventuriers de l’étrange, de détectives du fantastique du Paris fin de siècle. Ils mènent leurs enquêtes pour tuer l’ennui qui est leur pire ennemi et se retrouvent à affronter des collectionneurs de têtes, des clubs de vampires, des sectes castratrices et toutes sortes de choses plus extraordinaires les unes que les autres.

clubdiogene3Concernant les sorties à venir, il y a l’anthologie Malpertuis V pour laquelle Thomas Bauduret a déjà des textes. Et même s’il est trop tôt pour en parler, il y a des projets en cours avec notamment un roman traduit, des textes reçus à sélectionner, car ils en reçoivent énormément, Jacques Fuentealba pourrait à nouveau avoir un nouveau titre à paraître prochainement et qui pourrait s’appeler L’antre du diable et qui serait et ne serait pas la suite du Cortège des fous. En exclusivité, on peut également annoncer, sans pour autant donner de dates, qu’il y aura encore des aventures d’Harry Dickson sous la plume de Brice Tarvel, et que ces deux nouvelles aventures ont déjà des titres : Le polichinelle d’argile et La chambre effroyable. Et bien sûr, dès que les auteurs seront prêts, les prochains Club Diogène. Frédéric Merchadou leur a promis un prochain roman qui s’appellera Rakshasa l’ombre du miroir, ce sont des démons indiens, et c’est un roman fin XIXe qui met entre autres en scène un escroc qui est un faux médium, c’est très prometteur. Il y a encore pas mal de textes reçus avec pas mal de potentiels à analyser, mais c’est la vie de petit éditeur qui fait qu’on ne peut pas fixer à l’avance un planning trop chargé.

Le public pourra les rencontrer à Sèvres et Zone Franche à Bagneux. Ils ont été retenus pour participer au salon de l’Autre Livre à Paris, aux Blancs Manteaux du 15 au 17 novembre 2013.

Un grand merci à Jean-Emmanuel Aubert pour la photographie du stand de Malpertuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *