Accueil / Musique / Vicious – Halestorm
Bannière Institut de la Musique

Vicious – Halestorm

Je suis un grand fan d’Halestorm, l’un des seuls groupe de hard rock actuel que je supporte d’ailleurs, mais la voix de la chanteuse, Lzzy Hale, me colle clairement des frissons, et le groupe est purement et simplement une bête de scène, notamment grâce à l’alchimie entre la vocaliste et son frère batteur. Bref, après un très réussi duo d’albums, Into The Wild Life en 2015 et The Strange Case of… en 2012 c’est au tour de Vicious de voir le jour. Mais cet album va-t-il réussir l’exploit d’être aussi bon que les précédents ?

Black Vultures débute l’écoute et d’entrée de jeu on sent que le groupe continue à jouer sur le timbre de voix vraiment spécifique de Lzzy. Un bon morceau mais qui n’a pas su totalement me convaincre que le groupe avait passé un palier. Puis les premières notes de Skulls résonnent et là je me prend une claque avec un rythme très catchy, saccadé, mais qui colle parfaitement à la voix de la chanteuse, d’autant plus avec ce refrain bien senti. Cet album est inégal à mon sens et on le sent bien à travers certaines chansons qui finalement restent assez en deça de ce que le groupe peut produire je pense. Citons dans ce cadre Heart of Novocaine, ballade malheureusement entendue mille fois, ou encore The Silence dans la même catégorie.

Mais Vicious recèle tout de même de quelques pépites : White Dress par exemple. Très agressive dans le ton du chant et dans les paroles, cette chanson fonctionne parfaitement. Killing Ourselves To Live est selon moi la meilleure piste de tout l’album. Un son lourd comme on aime, un chant parfaitement adapté. OK c’est classique mais c’est magnifiquement exécuté parle groupe. Vicious fait également partie des morceaux dont on se souviendra dans cet album car c’est du pur Halestorm, notamment le refrain.

Comment finir autrement qu’en prenant une citation de Vicious : « What doesn’t kill me makes me vicious. » Cette phrase est particulièrement juste quand on regarde la carrière du groupe et de sa chanteuse qui ne cessent d’avancer. OK cet album n’est pas parfait mais il recèle de très très bonnes choses et c’est celles-ci que je choisis de garder en mémoire. En tous cas vivement leur passage par la capitale cet automne pour les revoir sur scène !

Vicious
Halestorm
Atlantic
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Name This Fucking Second Record Yourself – Dirty Rodeo

Le duo de rockeurs déjantés de Dirty Rodeo est de retour sur le devant de …

Guerre et Peste – Sombre Imperium – Guy Haley

Dark Imperium, renouveau scénaristique de la licence de jeux et de roman Warhammer 40.000 continue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *