Ah, Zombicide et ses hordes de monstres à découper en morceaux ! Quelle découverte, à l’époque, et quel pied de foncer dans une horde avec une tronçonneuse :) !

Depuis sa sortie, le jeu a connu de nombreuses itérations et autres extensions. Et puis, l’annonce par CMON de la V2 a été une promesse de renouveau – parce qu’il faut bien avouer que Zombicide, ben ça reste du Zombicide.

Du coup : pari gagné ?

On va voir…

Plus pratiques et ergonomiques, ces plateaux plastiques.

C’est comment, dedans ?

 

Pas de surprises quant à l’ouverture de boîte : on retrouve tout ce qui est devenu la norme chez CMON en ce qui concerne Zombicide : une boîte pleine à craquer, donc, remplie de figs, de cartes, de dés et du plateau modulable. Pour cette V2, CMON a appliqué toutes les modifs au design des différentes itérations, dont les plateaux individuels plastiques pour chacun des survivants.

En terme de design, pas grand chose ne change, si ce n’est l’apparition de couleurs un peu plus vives, que ce soit dans les cartes ou autre.

Le jeu reste conforme à ce qu’il est d’habitude : du bon matos, en quantité. On n’est pas volé en termes de rapport poids/prix.

Et cette V2, au niveau nouveautés, ça dépote où bien ?

 

Et bien je dirais que non.

Je m’attendais vraiment à beaucoup plus de nouveautés que ce qui est proposé. Ici, on a l’impression que les créateurs se sont juste contentés d’apporter des modifications mineures. 

Alors certes, ces modifications vont dans le bon sens (des parties plus courtes, plus “violentes”, etc.) mais bon, ce n’est pas la révolution non plus, hein.

Le format feuilles des Survivants reprend celui des dernières itérations de la V1. Ici, les kids, moins solides que les plus grands.

On a : apparition des kids (des enfants, moins résistants), la disparition de l’obligation d’être en ultra-rouge pour utiliser les armes les plus fortes du jeu, les pops de zombies dans les bâtiments ne se font plus dans TOUTES les pièces mais juste dans celles qui sont dans l’ombre, certaines compétences ont été modifiées, d’autres ajoutées, les PX deviennent de l’adrénaline… Mais bon, rien de transcendant.

J’aurai aimé une vraie bonne grosse nouveauté dans le gameplay, ou autre, mais ce n’est pas le cas. Dommage.

Alors certes, le jeu est fluide et toujours agréable. Les parties sont effectivement plus rapides et plus violentes, mais rien ne m’a surpris. J’ai eu l’impression de jouer à un Zombicide comme au autre (ou presque).

J’ai beau chercher, même si le jeu est pratiquement exempt de défauts (si on reste dans l’optique que c’est un Zombicide), il n’y a pas grand chose qui me donne envie d’y retourner – enfin, pas autant que lors de ma découverte de la V1.

Est-ce que c’est un “mauvais” jeu pour autant ?

Non. Ce n’est pas un mauvais jeu. Mais il aurait pu être largement meilleur.

Pour résumer ?

Si vous avez entendu plusieurs fois parler de Zombicide et vu passer toutes ces boîtes au fil des ans, mais que vous n’avez jamais eu l’occasion d’essayer, procurez-vous cette V2.

Si vous connaissez Zombicide sur le bout des doigts et que vous vous attendiez à une révolution, passez votre chemin (à moins d’être un collectionneur compulsif) et achetez autre chose, vous ne perdrez pas grand chose ;)

 

En plus, il faut toujours autant de place ^^

Impossible de jouer sur une table basse (même si on retire la bière ^^).

 

Philippe Pinon

Philippe Pinon

Trublion de presque 50 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *