La Maison des Damnés – Richard Matheson

Plongeons aujourd’hui dans ce qui pourrait être considéré comme une vieillerie des littératures fantastiques, mais qui n’en est pas moins un petit bijou : La Maison des Damnés, de Richard Matheson. Alors oui, dès le titre on sait parfaitement à quoi s’attendre… et pourtant l’auteur est parvenu tout de même à me séduire, voire à me surprendre. Explications ci-dessous !

Richard Matheson est tout de même un des auteurs à succès du fantastique et de la science-fiction du XXe siècle, en plus d’être également scénariste de films. Autant dire que le bonhomme sait raconter des histoires, et celle du manoir d’Emeryc Belasco n’est clairement pas sa plus mauvaise ! La présentation de l’éditeur vous donne une première vision de ce que vous allez retrouver dans ces pages, et je tenterais ensuite de vous en parler sans vous spoiler. Cela va être difficile car le roman est dense !

Passer une semaine dans une maison réputée hantée depuis trente ans : telle est la mission confiée au Dr Barrett et à une équipe de spirites par un milliardaire mourant, qui veut savoir si son âme lui survivra. Mission que le parapsychologue s’empresse d’accepter, espérant bien ainsi triompher des  » maléfices  » et vérifier ses théories scientifiques sur l’existence d’une vie après la mort. Arrivés sur place, les investigateurs se rendent vite compte que le lieu est à la hauteur de sa réputation : résonnant des crimes et des orgies qu’elle a accueillis par le passé, la maison Belasco semble les attendre. Prête à posséder les audacieux qui oseront pénétrer en son sein…

Le pitch de départ fait très film d’horreur des années 90 avec des ados passant une semaine dans une maison hantée. Ici exit les adolescents boutonneux et dopés aux hormones sexuelles, laissons la place à un casting étonnant : deux spirites, dont un ayant survécu à l’expérience précédente, un scientifique, atteint de la polio, et son épouse. Sur le papier cela donne un casting pas forcément de rêve, mais à tout le moins crédible pour commencer à nous envoyer visiter la Maison de l’Enfer ! Et en guise de lieu Matheson ne choisit pas n’importe quoi, hein. Le manoir Belasco fut l’antre des pires sévices, des plus grandes orgies et des dérives les plus poussées que l’on puisse trouver. Et il est donc normal que l’esprit dément du maître du lieu continue de hanter les lieux, non ? Alors oui sur le principe cela paraît simple à souhait, presque trop même. Mais pourtant l’auteur, notamment grâce à ses protagoniste finalement assez atypiques, parvient à renouveler le genre du huis-clos horrifique avec talent. Je ne vais pas forcément vous parler plus avant de l’histoire elle-même, car je ne voudrais pas spoiler, mais sachez que le quatuor va connaître l’Enfer au sein des murs de cette maison…

Le style est typique de Richard Matheson : il va à l’essentiel, ne s’encombre pas de descriptions inutiles, nous décrit l’action de la manière la plus désensibilisée possible, rendant la folie et l’horreur encore plus prenants. Son découpage horaire de l’action contribue à rendre cette chronique horrifique toujours plus immersive et intrigante. Personnellement j’y ai retrouvé la maîtrise d’un auteur chevronné s’il en est !

Je ne regrette donc pas de m’être plongé dans les pages de ce roman qui n’est certes pas une nouveauté mais mérite de figurer sans conteste au panthéon des romans fantastique tant la qualité globale est vraiment excellente à tous les niveaux. Et ce final va franchement vous laisser sans voix !

La Maison des Damnés
Richard Matheson
J’ai Lu
2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *