Troisième album de la formation colombienne, cet opus est un Black/death mélodique. Eshtadur fut fondé en 2005 à Bogota, leurs influences sont Dimmu Borgir, Behemot, Soilwork, Septic Flesh, At The Gates.

Belong to nowhere est la première piste de l’album : agressive avec des riffs heavy qui nous annoncent la couleur tout au long des trois minutes vingt-sept. Un chant guttural qui apporte à l’ambiance de la musique. Des riffs rapides joués par Jorg et Alejo.

Plaguemaster alterne les moments violents et calmes,  des solos biens empruntés au heavy qui ajoute à la mélodie. Cette track reste assez entraînante et pas désagréable à l’oreille. Un blast beat bien établi dans le milieu du black métal.

Cornedred at the earth est bien mélodique, et cela nous fait ressentir l’influence des derniers albums de Dimmu Borgir. Un rythme assez entrainant et un arrangement de qualité.

Desolation porte bien son nom avec son tempo lent : on sent bien la terre dévastée, une ambiance lourde et pesante remplie d’une vie de souffrance. Une voix plus criée, plus déchirée qui embellit ce monde en ruines.

Finalement on se retrouve avec un album relativement bon, mais qui ne restera pas gravé dans nos mémoires. C’est un bon moment passé et cela reste plaisant, mais le manque d’homogénéité (Belong the nowhere, Plaguemaster et un tempo beaucoup plus lent sur Desolation, The Day After I Die) fait diminuer le plaisir de cet opus.

Mother Gray
Eshtadur
2018