Heimsgard-OrdragJe vais vous parler aujourd’hui d’une petite découverte que j’ai faite, l’album Ordrag de Heimsgard. Mais qu’y a-t-il donc d’étonnant ou de surprenant sur cet album ? Eh bien, au-delà de l’excellent croisement entre musique celtique, métal et growl, je dirais que le fait qu’un seul homme soit derrière tout cela est assez impressionnant. Raido nous invite à un voyage dans son univers aux multiples facettes.

La pochette de l’album est juste sublime et se prête parfaitement à la fois à la musique et aux univers qu’elle suggère. Du très bon boulot en tous cas mais passons à l’écoute. Mélanger métal et musique celtique n’est pas spécialement nouveau bien évidemment mais Raido parvient à faire cela de manière parfaitement harmonieuse et en ajoutant une petite touche assez énervée tant au niveau du chant que des guitares. L’Intro est assez réussie, douce, avant que les guitares commencent à s’exciter sur For the Love of War. Et le chant prend ensuite sa place pour nous proposer une gigue entêtante et énergique à souhaits. La suite des douze pistes est sensiblement du même acabit : excellente qualité musicale et vocale, réalisation au poil.

Arrêtons-nous sur deux morceaux plus particulièrement. Immortal par exemple début doucement. Si l’on ferme les yeux on s’imagine aisément observer une calme campagne bretonne avant que la fureur vienne s’emparer de l’ensemble et nous donner un magnifique frisson. Stone Field commence un peu comme un danse bretonne, douce et entraînante, avant que tout s’enchaîne. La rythmique de la danse continue mais les guitares viennent jouer en contrepoint. J’ai trouvé ce morceau particulièrement intéressant de ce fait.

Ordrag est un album particulièrement cohérent, proposant une mixité musicale particulièrement intéressante et développant un univers vraiment spécifique. À retenir et à écouter, donc…

Ordrag
Heimsgard
Epictural Productions
2015