TestamentsLieu emblématique

L’on dit souvent que pour qu’une gamme de jeu de rôle gagne ses lettres de noblesse, il faut la doter d’un supplément consacré à un lieu emblématique de son univers – généralement une ville. Ainsi le Livre des Cinq Anneaux s’enorgueillit-il de Ryoko Owari Toshi (mais aussi de Sunda Mizu Mura), Prophecy avait Yris, Qin – les Royaumes combattants disposait de Xianyang (et Linzi), etc. Sans même parler de Laelith, véritable légende du milieu du jeu de rôle francophone – cité multiverselle pouvant s’adapter à bien des contextes de fantasy ou même se suffire à elle-même.

A présent que Tenebrae dispose d’une gamme de bonne taille, les XII Singes ont justement songé qu’il était temps d’y inclure un supplément de ce genre. Le choix de la ville-phare de cette Europe plongeant dans les ténèbres d’une Renaissance entachée des actes des démons semblait évident : c’est bien Prague qui a été choisie – avec sa longue histoire occulte et ses nombreux mystères.

Embonpoint

On remarque immédiatement que ce pack (les suppléments Tenebrae comportant plusieurs livrets enchâssés dans une chemise dépliable) est plus épais que ses prédécesseurs : on y trouve quatre livrets au lieu des trois habituels ! L’ambition est donc au rendez-vous.

Le Corpus XIII (l’Héritage de Venceslas) décrit donc le royaume de Bohème (dont Prague est la capitale) dans les années 1600. Situation actuelle et régions sont décrites par le menu et dépeignent une contrée déchirée entre le Catholicisme et la Réforme. On apprend également le grand secret de cette région : l’un des premiers déchus, Belzébuth, ne chuta pas jusqu’en Enfer et se retrouva coincé sous la Bohème – plongé dans un sommeil millénaire. Une révélation particulièrement bien trouvée qui explique pourquoi ce royaume attire bien des convoitises – même inconsciemment – et pourquoi l’occultisme s’y développa tellement. Les clans bohémiens sont également décrits, avec leur héritage ancestral ainsi que la mission qui découle de leurs origines et est en lien avec Belzébuth. Divers lieux propices à l’aventure ainsi qu’un petit bestiaire local concluent ce livret.

Le Corpus XIV (la Jérusalem céleste) est le morceau de choix. On y plonge dans le vif du sujet : Prague elle-même. La ville est décrite quartier par quartier, avec à chaque fois un focus sur les endroits les plus chargés d’histoire occulte et les personnalités que pourraient être amenés à croiser les Docteurs. Ce livret est excellent car il offre au meneur de jeu un véritable bac à sable rempli d’idées et d’accroches de scénarios qui pourraient donner lieu à de nombreuses campagnes. Il y a un vrai travail des auteurs sur le lien entre les faits historiques, les légendes occultes praguoises et le background de Tenebrae qui confère à l’ensemble une vraie cohérence. La Jérusalem céleste est ainsi un excellent terrain de jeu, sous-tendu par toute une toile d’intrigues indépendantes ou entremêlées (et toujours liées au secret de Belzébuth) qui feront le bonheur des joueurs.

Le Corpus XV (les Testaments trahis) offre trois scénarios. En réalité, le premier est plutôt une intrigue au long cours que le meneur de jeu devrait distiller tout au long des aventures des Docteurs à Prague et qui culminera avec les deux autres aventures offertes. Comme toujours avec Tenebrae, ces scénarios sont présentés selon un canevas pratique mais qui demande un peu de travail pour se les approprier. Ils mettent bien en valeur tout le background présenté dans le supplément mais le meneur de jeu devra avoir une certaine expérience pour rendre honneur à cette campagne.

Le Corpus XVI (le Grand Œuvre) décrit une nouvelle magie, destinée au personnages-non-joueurs : la spagyrie. Il s’agit d’une forme d’alchimie créée par Paracelse qui professe que c’est à travers l’équilibre entre bien et mal (et donc entre Animus blanc et noir) qu’il est possible de se transcender. La spagyrie permet ainsi de créer des artefacts aux effets parfois spectaculaires en y injectant les deux sortes d’Animus. Paracelse (et ce qu’il est devenu dans l’univers de Tenebrae) est décrit en tant que personnalités, ainsi que l’alchimiste Daniel Stolze. Enfin, ce livret comporte de nombreuses aides de jeu (lettres, notes…) destinées à enrichir les scénarios des Testaments trahis.

 Architecture

Mise à part le livret supplémentaire, ce supplément ressemble aux autres de la gamme. Les livrets en noir et blanc bénéficient d’une maquette sobre et lisible. On regrette le manque d’illustrations habituel de Tenebrae (d’autant que le sujet se prêtait à une riche iconographie).

Heureusement, la chemise contenant les Corpus offre une carte de Bohème et un plan de Prague – jolis et pratiques à l’usage. La couverture est quant à elle des plus réussies.

Grand Œuvre ?

Assurément, oui ! Les auteurs transforment largement l’essai en fournissant à Tenebrae sa ville, une cité riche d’opportunités de jeu et dotée d’une ambiance occulte particulièrement stimulante. Prague offre un cadre propice à de nombreux scénarios et quelques recherches historiques permettent de démultiplier encore ce potentiel.

Bref ce supplément est quasi indispensable afin de profiter au mieux de Tenebrae, en lançant les Docteurs dans des intrigues urbaines riches en mystères – jusqu’à leur faire découvrir l’un des secrets majeurs du jeu !

 

Un supplément au jeu Tenebrae édité par les XII Singes

Pack composé de quatre livrets de 32 pages et de deux cartes couleur

30 €