Accueil / Reports / Concerts / Sidilarsen + Severny Flot au Divan du Monde le 11 octobre 2016

Sidilarsen + Severny Flot au Divan du Monde le 11 octobre 2016

14691150_10154648415794529_5851326611301728158_o

Après avoir chroniqué l’album du quintet toulousain, il m’était impossible de passer à côté de leur tournée. Il est l’heure pour moi d’aller faire briller mes yeux sous les projecteurs du Divan du Monde, à Paris. Sidilarsen est de retour sur les planches parisiennes pour la promo de Dancefloor Bastards, sixième album du combo, et nous donnent rendez-vous pour un show explosif.

Pour débuter cette petite soirée énergique, Severny Flot vient ouvrir les festivités avec son Rock/Metal inspiré. Vous connaissez peut-être le groupe sous son ancien nom, Korol I Shut, qui a su faire bouger les scènes de l’Est avec des riffs Horror-Punk entre 1988 et 2013. Suite au décès du chanteur (2013), le groupe décide de reprendre la route du Rock et assure donc ce soir la première partie, dans le cadre de leur première tournée française. Tout droit venu de Russie, le combo nous propose une variété de sonorités dérivées du Metal et du Punks des 80’s : des riffs énergiques, mélodiques, frôlant parfois l’électro. Tout y est pour nous donner envie de secouer nos p’tits cheveux dans tous les sens ! Le show est carré et presque sans défauts. Des larsen fusent parfois à des moments inattendus mais ils sont vite oubliés par des compos parfaitement structurées.

Je ressens leur expérience scénique et leurs divers inspirations musicales (Metal, Punk Rock, Folk) qui donnent une certaine force à leur prestation. En bref, Severny Flot se présente comme un bon groupe de Metal/Rock, dont la carrière est à suivre, assurément.

14712847_10154648415964529_6761472841115834841_o 14650571_10154648416464529_1808065382413878767_n14681683_10154648416614529_8932812193309786577_n

Il est temps de laisser place à la tête d’affiche et pour moi de me faufiler au plus proche de la scène pour capturer ces instants de vie sur scène que j’aime tant. Ce soir, je suis photographe et j’espère pouvoir capter des détails intéressants pendant la prestation de Sidilarsen. Le groupe se positionne entre le Rock et le Metal, avec comme valeur ajoutée, des parties Electro qui donnent envie de bouger. Habituellement, je ne suis pas amatrice de groupes qui chantent en français mais là, ça passe. Les textes sont pertinents, les paroles en anglais et en français se complètent parfaitement, ajustées sur les riffs dynamiques de Viber et Ben.

Les musiciens n’hésitent pas à se rapprocher de la scène pour faire participer le public. On notera d’ailleurs le slam inoubliable de Didou, dès le début du set, qui donnera le ton du concert qui va suivre. Je vois bien que les membres s’amusent sur scène et qu’ils prennent plaisir à faire ce qu’ils font, au fil des morceaux. La bonne humeur du combo s’empare de la salle, un peu calme à mon goût, jusqu’à l’apparition d’un chanteur de HardCore, dont j’ai oublié le prénom. Pardon.

14650562_10154648417079529_6933440469087291635_n14671367_10154648417734529_2914318060410985935_n 14692071_10154648418399529_4758740803393096588_o 14713760_10154648419134529_2100015909070813577_n

La salle se chauffe petit à petit, et le chanteur y organise un wall of death monumental. Le Divan tremble de tous ses murs et l’ambiance devient un dancefloor métallique au fil des morceaux. Les rythmiques de Sam et Fryzer, respectivement batteur et bassiste, se complètent parfaitement et font ressortir des structures musicales efficaces et modernes à travers l’ensemble de la setlist. Sans nul doute, les cinq musiciens de Sidilarsen forment une unité puissante et imposent une fois encore leur style propre de Metal Moderne détonant.

Merci à Base Production pour ce show électrique et mon accréditation photo !

Retrouvez toutes les photos sur l’album Facebook !

À propos Red Fox

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête et qui n’est pas toute seule dedans d’ailleurs… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Kera + Lurking – Dr. Feelgood Les Halles – Paris – 9/05/2017

Photographie : Doro’Photography et Deuskin Photography

Watch Dragon ball super