Home / Reports / Concerts / MusikÖ Eye Fest 2017 – Crosne – 25/11/2017

MusikÖ Eye Fest 2017 – Crosne – 25/11/2017

Crosne. Vous ne connaissez pas ? Eh bien moi non plus mais cela ne nous a pas empêchés, Izzy Rock et moi de nous y rendre par un glacial samedi de fin novembre afin de découvrir ce que donne le MusikÖ Eye Fest et les groupes qui y sont présents. Mais les aléas des transports étant ce qu’ils sont, arriver à l’heure ne fut pas à l’ordre du jour et nous avons poussé la porte de l’Espace recevant le festival vers la fin du set de Dystopy, premier groupe de la journée. De bons riffs, une agréable présence, manquait juste un peu de dynamisme sur scène au vu de la taille de celle-ci. Car oui les organisateurs ont fait les choses en grand ! La scène est digne des plus belles salles parisiennes, tout comme les lumières et la qualité du son. Trop souvent les petits festivals pèchent par des inconvénients de ce point de vue : petites scènes, pas de lumières et/ou son de qualité médiocre. Mais là ils ont clairement mis les petits plats dans les grands pour satisfaire le public.

Petit à petit la salle se remplit et le public s’amasse à la barrière en attendant le second groupe de la journée, Lurking. Malgré quelques petits soucis techniques ils parviennent à nous proposer un show de qualité et la chanteuse assure le spectacle dans sa tenue de cuir noir. Oscillant entre scream et chant clair, appuyée par son bassiste et son growl, le chant pousse rapidement à headbanger au rythme de morceaux à l’inspiration clairement fantastique. Un bon concert qui continue à faire monter la température bien comme il faut.

En attendant la suite des évènements je fais un tour dans la salle et découvre une organisation réellement au poil. Des exposants proposent leur produits au chaland : bagues, vinils, t-shirts, goodies, sont de la partie. Mais on découvre aussi le stand ADX, tête d’affiche du jour qui propose la bière du groupe, ainsi que bon nombre de petites choses assez sympathiques. Les stands de merch des groupes sont pour le coup un peu plus cachés mais on finit par les découvrir et pouvoir se faire plaisir en achetant le t-shirt ou le CD de notre groupe préféré.

C’est à Corrosive Elements d’entrer sur scène et cela fait déjà de nombreuses fois que je vois ce groupe mais à chaque fois c’est une claque dans la tête tant ils se donnent à fond. Le gros son arrive comme une barrière et nous frappe de plein fouet dès le départ et ça ne va pas s’arrêter. Ils assurent le show de bout en bout avec une mention spéciale au bassiste qui progresse à chaque concert dans son jeu de scène et s’est clairement fait plaisir cet après-midi-là. Brice, le chanteur, nous envoie son growl dans les oreilles pour notre plus grand plaisir et le public est de plus en plus chaud.

Bien souvent sur les festivals la bière est à la fois chère et pas franchement bonne. Mais l’équipe du MusikÖ Eye a fait un véritable effort sur ce point en proposant la pinte de Parisis (bière locale) à cinq euros. C’est clairement abordable et en plus proposée en IPA ou en blonde. Un excellent choix et je n’ai pas regretté de passer par le bar entre deux concerts.

Full Throttle Baby attaque son concert avec une énergie communicative et assez impressionnante. Même si je n’accroche pas forcément à leur musique je dois dire qu’ils savent parfaitement jouer et évoluent avec talent sur la grande scène qui leur est offerte. Le chanteur donne tout ce qu’il a pendant le show et c’est assez impressionnant.

Que serait un festival sans un joli hall d’entrée décoré aux couleurs de nos musiques préférées ? Rien et bien entendu les organisateurs nous ont ici livré une magnifique exposition de photos de concert avec de bien beaux tirages qui égayaient les espaces vitrés du hall de belle façon.

Volker rejoint maintenant la scène et dès le départ Jen, chanteuse du groupe, nous envoie un très grand show. Entre sa tenue, un jeu de lumière et de scène particulièrement réussis tout est mis en place pour que le public pénètre dans son univers de metal décadent et sexy. La qualité du son est impressionnante et les musiciens joue clairement le jeu et se donnent à fond sur scène. Tout le monde n’aime pas leur style mais j’avais été séduit par leur premier EP ainsi que par l’album sorti récemment et j’étais donc curieux de les voir apparaître sur scène et je n’ai clairement pas été déçu. Même les gens n’ayant pas aimé leurs morceaux ont reconnu qu’ils se donnaient vraiment sur scène et proposaient un univers à part. Grande satisfaction pour moi du coup devant ce concert haut en couleurs.

En parallèle de l’exposition photo le long des espaces vitrés du hall se tenait une petite exposition d’une photographe de talent, Isis Picture Show qui propose quelques clichés fort réussis, soit en noir et blanc, soit en couleurs, de certains des artistes se produisant ce jour-là, ainsi que d’autres de ses œuvres. Un petit espace rempli de belles choses à découvrir absolument donc allez faire un tour sur sa page !

Extrema est un groupe de metal italien avec plus de trente ans de carrier, très connu de l’autre côté des Alpes mais malheureusement inconnu ou presque chez nous. Je les découvre donc et j’ai également été séduit. Ils proposent un thrash d’excellente facture, bien travaillé et bien chanté malgré le changement de vocaliste quelques mois avant. Mention spéciale au guitariste qui pour le coup a vraiment de l’or dans les doigts et nous propose un son de gratte d’une pureté rare. Le set est bon, presque trop court malheureusement et il faut déjà passer à la suite, mais ce n’est pas bien grave puisque je vais les retrouver en interview dans la soirée…

Un festival n’en est pas un si il n’y a pas de stand de nourriture. Les organisateurs ont fait le choix de s’appuyer sur un prestataire en mesure de faire à la fois du salé et du sucré, offrant un large choix. Des assiettes bien garnies avec des bonnes choses en salé : merguez, jambon à la provençale, poulet médiéval, frites, haricots… De quoi bien se remplir l’estomac pour tenir toute la journée. Concernant la part sucrée crêpes et gaufres sont au rendez-vous de nos ventres affamés. Seul bémol : l’obligation due à la mairie de devoir manger en-dehors de la salle, ce qui au vu du froid n’était pas forcément évident. Mais cela se fait malgré tout et il est alors temps de retourner dans la salle pour la suite des évènements.

C’est maintenant à Blazing War Machine de fouler des pieds la scène du MusikÖ Eye Fest. Il s’agit du second groupe que je ne voulais absolument pas louper et j’ai bien eu raison ! Le groupe monté par Franky Costanza, batteur de renom, propose un univers violent, post-apo, et vraiment prenant. J’en avais entendu parler par une amie mais cette découverte fut très clairement une révélation pour moi. De bout en bout j’ai été séduit. Qu’il s’agisse des riffs de guitare et basse, de la batterie omniprésente ou encore de la voix d’Irina, tout est en place, carré et de tout le show il n’y a pas un accroc qui vienne mettre une ombre au tableau. Du très grand travail de musicien et si l’on ajoute à cela un jeu de scène absolument extra de la part de chacun des membres du groupe on se retrouve avec une équation clairement gagnante ! A revoir au plus vite en attendant le premier album en 2018.

ADX est cette année la tête d’affiche du festival. Je ne suis clairement pas fan de leur musique, un heavy old-school chanté en français mais je dois reconnaître qu’ils savent assurer leur show. Exceptionnellement et pour la première fois ils jouent l’intégralité de l’album Execution, ce qui a plus que l’air de satisfaire les fans. Plus de trente ans de carrière cela se ressent au niveau de leur manière de jouer puisqu’ils proposent un professionnalisme à toute épreuve. Même si j’ai trouvé qu’il y avait quand même un certain manque de mouvement sur scène les fans avaient l’air plus que ravis donc pas de regrets !

Ce MusikÖ Eye Fest a donc été pour moi l’occasion de découvrir plusieurs choses : tout d’abord qu’une organisation impeccable de bout en bout sur un festival ça existe ! Même si le retard d’une vingtaine de minutes a couru toute la journée chaque bénévole s’est montré d’un grand professionnalisme et l’organisation globale était juste parfaite de bout en bout. Ajoutons à cela une sélection de groupes que j’ai trouvé très pertinente et vraiment bien conçue y compris au niveau de l’alternance des styles. De même la salle, les lumières et le son étaient vraiment parfaits, les photographes disposant même d’un pit des plus confortables pour leur permettre de rendre compte par de belles images de cette journée. En fait quand j’y repense je n’ai plus qu’une chose à dire : Merci pour tout et vivement l’an prochain !!!!

Photographie : Deuskin Photography

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Xandria + Asylum Pyre – O’Sullivan Backstage – 23/11/2017

C’est par une glaciale soirée de novembre que je rejoins le O’Sullivan Backstage pour une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *