Accueil / Reports / Concerts / Metaldays 2018 – Tolmin, Slovénie – Partie 1

Metaldays 2018 – Tolmin, Slovénie – Partie 1

Le Metaldays est un festival de musique Metal organisé chaque année à Tolmin en Slovénie, depuis 2004. Le festival a été plus populaire chaque année avec une plus grande couverture médiatique et, en 2010, les billets ont été limités à 12 000.
Ce festival, appelé alors Metalcamp, était organisé par le promoteur autrichien Rock The Nation et le promoteur slovène Master Of Metal. Depuis 2013, il est organisé par Boban Milunovic et Nika Brunet.
Cette année, Thomas et moi avons eu l’occasion d’y participer et nous avons souhaité partager notre ressenti en tant que festivaliers…

VENDREDI & SAMEDI

Réveillés vers 5h du matin, en ce jour du 20 Juillet ça pique un peu dans mes yeux. Nos petites affaires sont déjà prêtes, et il me reste à prendre un café et une bonne douche avant de partir à l’aventure…
Après une bonne heure de métro, rdv à l’aéroport Charles-de-Gaulle pour prendre un petit avion de ligne, direction l’inconnu et au-delà !

A peine deux heures de vol plus tard, on atterrit à Ljubljana et dès la sortie de l’aéroport on tombe direct sur un stand griffé Metaldays ! Le monsieur chargé de l’accueil des festivaliers nous indique quel bus prendre par la suite. Rodé comme un vieux coucou, le conducteur de la navette nous amène à notre objectif deux heures après, enfin presque. Puisqu’il faudra marcher un bon quart d’heure pour se retrouver aux portes du festival. Une fois nos bracelets récupérés, notre dernier objectif de la journée est de trouver le camping VIP. Pas si simple !
Mais une fois installés dans notre nouveau  royaume, nous pouvons enfin profiter de la vue ! Et quelle vue !!!! Il est difficile de passer à côté des remerciements à Markus et Nora, nos seuls voisins de camping du jour, originaires d’Autriche, qui nous ont aidés à installer notre tente sous l’orage, accompagné d’une pluie torrentielle !

Le lendemain est un autre jour. Incertain du fait de sa météo ultra changeante ! Réveillés par un orage vers 8h, petit déj’ au soleil avec nos voisins, balade de repérage au sein du site du festival, sieste au soleil au bord de la rivière… que demander de plus ?!
Un super orage pardi ! Une fois ce dernier passé, retour au festival pour découvrir les premiers groupes programmés sur la New Forces Stage avec une Laško (bière locale) en main. Il fait très vite nuit ici, mais malgré le manque de lumière et la fine pluie qui s’est invitée à la fête, l’ambiance est déjà bien là ! J’ai repéré quelques énergumènes entre deux groupes, notamment une mention spéciale pour celui qui promenait son petit cochon en peluche dans la boue !
Il est quasiment 22h et on commence à fatiguer un peu. Il est temps de se remettre de ses émotions en allant se coucher de bonne heure pour être au taquet pour le premier vrai jour de festival !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

DIMANCHE

Ce matin le réveil s’avère un peu difficile et il est 8h30 lorsqu’on tente pour estimer la météo que nous allons avoir aujourd’hui. Tout se décide autour d’un petit déjeuner avec nos voisins autrichiens. Un café plus tard, nous voilà partis pour aller profiter de la plage de la rivière et de son eau parfaitement glaciale ! Mais il suffit d’une ou plusieurs bières pour se réchauffer les pieds, seuls membres du corps qu’on pourra mettre dans l’eau jusqu’à nouvel ordre. De ce côté-là du fest’ on découvre un stand de nourriture vegan, mais qui a aussi pensé aux carnivores ! On se laisse tenter par un plat avec du porc, des pommes de terre fraîches et quelques légumes, le tout préparé à la commande. Quelques heures plus tard, un orage vient nous tenir compagnie une bonne partie de la journée.

Premier concert de la journée, et non des moindres, avec les franciliens survoltés de MALEMORT. Mais si vous connaissez ! Ils ont joué au Kave Festival en Juin dernier ! Les voir sur la New Forces Stage c’est autre chose ! Enfin, non. C’est juste un autre contexte en fait. L’énergie, la bonne ambiance sur scène et dans la fosse, les pogos et les headbangers sont toujours là ! Ok, il y a des problèmes de son en façade, Ok on ne comprend pas toujours ce que Xavier chante au micro mais qu’est-ce c’est bon cette musique !! Il n’en fallait pas moins pour débuter le festival en bonne et due forme !

LUNDI

Premier live de la semaine, vers 18h30 sur la scène principale, nommée Ian Fraser Lemmy Kimister Stage (« Lemmy Stage » pour les intimes). J’ai jamais vraiment accroché au MetalCore du groupe ukrainien mais JINJER envoie un peu de pêche mine de rien. Je les avais découverts à Paris il y a quelques temps déjà et c’était déjà trop brutal pour moi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rien à voir avec le second show, animé par LEPROUS.
Je trouve la prestation peu grandiose et bien que la partie instrumentale soit cool, la voix du chanteur me laisse dans l’indifférence totale, sauf vers la fin du set où elle se rapproche de ce qu’on connaît de Leprous et ce qu’on s’attendait à voir. Ma crainte du mauvais set est partagée avec des copains français que nous avons croisés sur le festival… bad point !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers 20h30, ALESTORM réveille les âmes avec sa musique pirate dynamique et entrainante, illustrée par la fameuse mascotte qui a déjà pris ses aises depuis les linechecks. Le caneton jaune vif se laissera porter par les fans durant le dernier morceau du groupe, l’un des plus mythiques dénommé « We are here to drink your beer » !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Découverts à Paris, les suisses d’ELUVEITIE nous présentent un set sympa et dynamique. Il est 22h00 et la nuit étant déjà tombée pendant la prestation précédente, on remercie les ingé-lights d’avoir installé un sacré système de lumières sur la mainstage ! Malgré l’envie du groupe de motiver les troupes, le violon, la harpe et la flûte ont tendance à être mangés par le reste des instruments sauf dans les parties non chantées, dans lesquelles le violon redevient bien présent. Jusque-là le son n’était pas trop mal mais je suis un peu déçue du rendu final sur Eluveitie. D’ailleurs, histoire d’en rajouter une couche, je dirais que le micro de la harpiste est un peu mal réglé du coup, lorsqu’elle doit assurer son poste de choriste ça passe pas bien… dommage…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour terminer cette journée, BEHEMOTH nous réchauffe les esgourdes avec ses effets pyrotechniques et sa voix magistrale. Le chant est très peu audible au début du set mais les retours s’améliorent par la suite. Même si c’est vraiment trop Black pour moi je dois reconnaître que le show est bon et très intéressant, tant musicalement que visuellement. Y a pas à dire, ce groupe polonais connait la définition d’un concert parfait !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MARDI

De plus en plus de mal à me lever le matin… C’est la chaleur du soleil qui m’a réveillée vers 11h ! Rendez-vous compte ! Ça ne nous empêche pas d’entreprendre l’ascension d’une petite montagne et de visiter les ruines du château de Tolmin. A 426 mètres de hauteur, la vieille forteresse surplombe les alentours et on distingue même notre tente sur une partie du camping !

Après avoir visité cette belle et vieille bâtisse, il est l’heure d’aller chercher quelque chose à manger. Dans le centre-ville, on trouve une terrasse à laquelle s’installer pour l’heure suivante. Pour ma part, ce sera des gnocchis « fait maison » accompagnés de sauce au fromage. Un régal ! Puis nous retournons au camping pour se reposer un peu avant de repartir voir des concerts et discuter avec les membres du groupe MALEMORT et des amis français croisés en chemin vers la mainstage.

Vers 19h, je découvre le premier concert pile dans le style que j’aime ! Du Power, du Heavy et un peu de Speed… il n’en faut pas plus pour m’accrocher. Les soli guitares de BATTLE BEAST sont juste dingues ! La foule s’intensifie au fil des morceaux. Les finlandais font le boulot proprement et clairement je suis tombée sous le charme dès les premiers riffs que j’ai entendu !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A la suite de cette prestation énergique, je redécouvre le Folk/Metal d’ENSIFERUM.
On peut désormais confirmer que le groupe finlandais (encore un !) était attendu en festival, vu que c’est juste ultra rempli du côté de la fosse ! La prestation est sympa, le son est correct et on dira que les quelques problèmes techniques sont vite oubliés pendant le concert. Des petits couacs de son un peu gênants mais ça va, ce n’est pas en continu…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour au Hard Rock germanique « Old School » avec ACCEPT qui est plus que motivé à en découdre avec l’audience de la mainstage. L’énergie est bien présente sur scène et aussi bien ressentie à travers les fûts du batteur ! La machine à riffs est lancée pour une bonne heure de show, bien fichue et carrée. Voilà, c’est Accept quoi. Bon je dis ça mais en réalité je ne connais vraiment pas très bien le groupe et les voir en ce moment-même sur scène ça me donne envie d’en connaître un peu plus sur le quintet allemand. Comme quoi il suffisait d’avoir l’occasion de les voir en live un jour…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Allez ! Cette fois on change de scène ! En avant pour une bonne heure de Black Metal avec les suédois de WATAIN. Et si on se réchauffait autour d’un petit feu de camp ? Autant les effets pyrotechniques sont de moins en moins tolérés dans les salles françaises (sauf Rammstein et quelques autres artistes qui ont le droit, eux !), autant ici, au milieu de la forêt, ça ne semble pas poser de problèmes. Pas trop amatrice de pur Black, je dois avouer que le groupe est plutôt sympa à regarder, quand il n’y a pas de grandes personnes devant moi évidemment. Scéniquement parlant, il n’y a pas grand-chose à regarder mais les artistes qui se produisent sur scène mettent assez bien leur univers sombre et démoniaque en avant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédits photos : Metaldays / Katja Borns &Marc Feike

Eldricht Tales

A propos de Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Lisez aussi

Motocultor 2018 – Jour 3

Arnold : TRANZAT (Metal progressif – Brest ) – Massey Ferguscène – Galaxie fort lointaine Le …

Motocultor 2018 – Jour 1

Les amis, c’est un sold-out ! Le festival que l’on nomme « le petit frère du Hellfest » …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *