Home / La Dame du Lac – La Saga du Sorceleur T5 – Andrzej Sapkowski

La Dame du Lac – La Saga du Sorceleur T5 – Andrzej Sapkowski

En lisant La Dame du Lac j’ai finalement fait une grave erreur. Non, ce roman n’est pas nul, je me suis juste spoilé moi-même puisque je me suis arrêté au second tome des aventures de Geralt de Riv en poche (T4 en réalité dans l’édition poche, les fans comprendront…) mais ce titre arrive bien plus tard. Un certain nombre d’intrigues ont donc eu le temps d’être élucidée, éclaircies, sans que je ne puisse y prendre réellement part, ce qui est légèrement frustrant… Mais qu’à cela ne tienne, cela ne m’empêchera pas de lire les romans intermédiaires avec joie, La Dame du Lac m’ayant procuré un intense plaisir de lecture…

La couverture d’Etienne Le Roux est réussie dans son style classique. On quitte ici le design vidéo-ludique des éditions poche mais ce type d’illustration est aussi fort agréable à l’œil. Plus sobre et apaisante, cette couverture représente bien le début du roman, et surtout une scène que le lecteur aura le plaisir de découvrir peu de temps après avoir poussé la couverture…

La présentation de l’éditeur est pour sa part assez intrigante :

Les destins de Geralt, Yennefer et Ciri ont pris des chemins différents. Tandis que Yennefer est retenue prisonnière, Geralt passe tout l’hiver de manière fort agréable à Toussaint, principauté de contes de fées. Là, la magicienne Fringilla déploie ses charmes pour y retenir le sorceleur le plus longtemps possible.
Quant à Ciri, elle a été projetée dans un monde parallèle en pénétrant dans la tour de l’Hirondelle pour échapper à son bourreau. Retenue par l’elfe Avallac’h, elle ne peut espérer la liberté qu’en acceptant de porter l’enfant du roi des Aulnes.
L’enfant de la destinée parviendra-t-elle à s’enfuir pour voler au secours de ses amis ?

Dans ce cinquième tome, Andrzej Sapkowski se lâche de manière étonnante. En effet il va nous proposer, par le biais du personnage de Ciri, une sorte de réécriture humoristique d’un moment du mythe arthurien. Ce trait assez drôle change finalement la vision d’un pan de la série et l’idée même de voyages entre les mondes entre en ligne de compte pour le lecteur. Car chaque personnage va vivre une aventure séparée, chacun dans une prison différente, charge à Ciri de les sauver tous…

Andrzej Sapkowski nous entraîne dans une nouvelle aventure étonnante de réalisme, même s’il est paradoxal de parler ainsi d’un titre de fantasy. Au fil des tomes cet auteur a su varier l’objet de ses aventures puisque Geralt n’est plus son seul personnage principal. Et ce faisant il est parvenu à conserver son lecteur en sachant lui proposer autre chose que de la simple fantasy classique à souhait, récit des aventures d’un héros solitaire. Il a su lui adjoindre des personnages secondaires qui, au fil des tomes ont su renouveller l’intérêt de la série, faire évoluer Geralt vers d’autres statuts que celui de simple héros. Rien que pour cela la Saga du Sorceleur serait un modèle de construction du genre fantasy. Mais les scénarios très étudiés, les environnements, le style, tout concoure à faire de cette série un des monuments de la fantasy européenne.

La traduction de Caroline Raszka-Dewez est elle aussi clairement au niveau de ce que l’on attend d’un roman de ce calibre. Le style d’Andrzej Sapkowski est réellement retranscrit au fil des pages et le lecteur que je suis n’a pas décelé de véritable problème au niveau de la traduction et même si certaines coquilles soient présentes je n’ai rien vu de particulièrement choquant…

La Dame du Lac est donc un excellent tome pour une exceptionnelle série de fantasy. Lorsque j’ai débuté la Saga du Sorceleur (intitulée simplement Sorceleur en version poche) je me demandais ce que pouvait donner la fantasy venue du froid. Eh bien je n’ai à aucun moment été déçu tant par la plume que par les idées mises en place par Andrzej Sapkowski. Je ne peux que conseiller cette série haute en couleur et magnifiquement écrite…

La Dame du Lac
La Saga du Sorceleur T5
Andrzej Sapkowski
Bragelonne

22 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Juste un peu de cendres – Aurélien Police et Thomas Day

  Juste un peu de cendres est le premier comics d’Aurélien Police, illustrateur reconnu pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *