Accueil / Livres / Fantasy / Destinations – Anthologie des Imaginales 2017 – Collectif d’auteurs

Destinations – Anthologie des Imaginales 2017 – Collectif d’auteurs

Destinations est l’anthologie officielle des imaginales 2017 contenant quatorze nouvelles de plumes francophones, dirigée cette année par Stéphanie Nicot, qui succède ainsi à Jean-Claude Vantroyen.

Après de nombreuses anthologies basées sur les oppositions, le recueil 2017 se voit être réorganisé en profondeur. Fini les oppositions, l’anthologie adopte le thème annuel du festival. Un découpage habile en trois parties vient structurer le recueil. C’est ainsi que l’on ouvre sur la partie Destins, composée des six premières nouvelles, s’en suit ensuite la partie Nations, qui a sans doute un peu moins inspiré les auteurs puisque seules trois nouvelles y figurent, et on clôt la lecture par la partie Destinations composée de cinq nouvelles. Il s’agit de la première année où des récits de science-fiction trouvent leur place dans ce recueil.

Les nouvelles inscrites dans le thème du Destins, sont donc les premières à figurer dans le recueil. Dans cette partie, quatre nouvelles sortent du lot. Bucéphale au cœur des ombres, d’Aurélie Wellenstein, ouvre le recueil en pleine croisade, et offre une réflexion sur la nature destructrice de l’Homme, ainsi que son avidité de pouvoir et de reconnaissance. Il s’agit d’une nouvelle sombre avec une écriture rythmée très agréable. On continue ensuite la lecture avec Fin de Grégory Da Rosa, qui nous plonge en pleine apocalypse avec une écriture immersive et une fin inattendue. Puis arrive La Source de Victor Dixen, qui avec sa narration particulière, recueil de témoignages autour du personnage principal, nous entraîne avec poésie sur les traces de Cornelis à la recherche de la source. Cette nouvelle est sans doute un hommage à la horde du contrevent d’Alain Damasio, et se clôt par une chute surprenante. Et enfin nous terminons cette partie avec François Rouiller dans L’aiguillon de l’amour, première nouvelle de science-fiction du recueil, dans laquelle on suit les dérives d’un homme pour observer sa voisine. L’écriture de cette nouvelle est particulièrement agréable à lire et le final est particulièrement inattendu.

S’en suivent les trois nouvelles de la partie Nations, dont deux sont de véritables coups de cœur pour moi. Il s’agit de Chakrouar III, de Jean-François Thomas, Histoire d’une planète colonisée plusieurs siècles plus tôt, retournée à un état moyenâgeux. L’écriture de Jean-François Thomas est particulièrement efficace et la fin est la plus surprenante de toute l’anthologie. On trouve ensuite la nouvelle d’Adrien Thomas, La voix des profondeurs, nouvelle brulante d’actualité qui nous parle d’écologie sur une planète en souffrance. Adrien Thomas nous montre ici comment la Terre interagit avec la vie qu’elle porte, et attaque ceux qui lui font du mal.

La partie Nations contient une nouvelle beaucoup plus longue que les autres, de Stéphan Platteau, le roi Cornu. Cette nouvelle est particulièrement réussie et nous plonge dans la genèse d’un peuple formé par son exil. Avec cette nouvelle, Stéphan Platteau nous donne l’envie de plonger dans Les sentiers des astres, série en cours d’écriture par l’auteur.

Et enfin nous arrivons à la partie Destinations qui contient trois nouvelles très remarquables. Il s’agit de Sans destination de Pierre Bordage, une nouvelle poétique sur le voyage d’un duo de personnages vers un monde inconnu, à la recherche d’une nouvelle planète viable. L’écriture de l’auteur est absolument magnifique et le scénario très intéressant. C’est pour moi l’une des meilleures nouvelles du recueil avec celle d’Estelle Faye, Hoorn. Hoorn, c’est un récit atypique qui repose sur l’utilisation d’un journal de bord officieux permettant de recueillir les objectifs et sentiments des différents passagers, d’un vaisseau qui a quitté la Terre en toute illégalité pour fuir sa géopolitique et vivre un rêve. C’est une illustration parfaite de l’adage, le voyage compte autant voir plus que la destination. On termine le voyage avec Lionel Davoust qui dans Une forme de démence, nous plonge dans les processus de création d’un auteur. C’est probablement la nouvelle la plus touchante de l’anthologie, et aussi l’une des meilleures. Lionel Davoust utilise les mots avec justesse et réussit à signer une nouvelle captivante, et poétique.

Toutes les nouvelles présentes dans cette anthologie sont de grande qualité et même si je n’ai pas parlé des nouvelles de G.D. Arthur, de Charlotte Bousquet ou encore Loïc Henry et Fabien Cerutti, ces quatre auteurs ont livré des textes intéressants, et de qualité.

Destinations est un très bon cru avec des nouvelles représentatives de ce que la fantasy et la science-fiction font de mieux en ce moment. Ce nouveau découpage rend cette anthologie dynamique et la couverture réalisée par Julien Delval est tout simplement sublime.

Destinations, anthologie des imaginales 2017

Auteurs par ordre d’apparition : Aurélie Wellenstein, G.D. Arthur, Grégory Da Rosa, Charlotte Bousquet, Victor Dixen, François Rouiller, Jean-François Thomas, Adrien Thomas, Stefan Platteau, Pierre Bordage, Loïc Henry, Estelle Faye, Fabien Cerutti, Lionel Davoust

Illustration de couverture : Julien Delval

Mnémos 19€

À propos Florent

Etudiant en doctorat de génétique et épigénétique moléculaire, j’ai peu de temps libre mais je le passe à arpenter des mondes imaginaires, qu’ils soient remplis de magies, de tortue ou de sciences exacerbées.

Un commentaire

  1. Jean-François Thomas

    Bonjour Florent et merci pour cette belle chronique !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

A présent vous pouvez enterrer la mariée – Oren Miller

A présent vous pouvez enterrer la mariée est le nouveau roman d’Oren Miller, publié aux ...

Watch Dragon ball super