blood songAu Royaume Unifié, où toute forme de magie est réprouvée, Vaelin Al Sorna, fils de la Main du roi, aurait dû succéder à son père. Or il est entraîné dès l’enfance à devenir un membre du Sixième Ordre. Vaelin y mène la vie rude d’un combattant de la Foi, lui qui n’a désormais plus d’autre famille que l’Ordre. S’il voue une haine farouche à son père, il découvre lors de sa formation les noirs secrets des souverains. Et Vaelin est promis à un destin qui risque fort de bouleverser le Royaume et, par-delà, le monde…

Le premier tome de cette nouvelle saga est un pur moment de fantasy! L’intrigue est très bien ficelée avec un vrai travail sur les personnages surtout Vaelin que l’on voit évoluer sous nos yeux, passant du petit garçon perdu à un assassin rempli de remords d’à peine 18 ans.

Le roman s’ouvre sur Vaelin al Sorna, tiré des geôles impériales d’Alpiran où il croupissait pour le meurtre de l’Héritier de l’Empire. Verniers Alishe Someren, chroniqueur et poète de l’Empire, l’accompagne dans son dernier combat qui devrait le voir mourir. Celui qu’on appelle le Tueur d’Espoir va alors raconter son histoire à ce chroniqueur étranger. On découvre l’enfance de ce jeune homme, fils du Seigneur de Guerre, abandonné au Sixième Ordre; ordre religieux garant de la Foi dans le Royaume.

On suit avec passion les aventures de Vaelin et de ses frères de Foi, ses déconvenues et les découvertes qu’il va faire sur son pays tout comme les pièges qu’il va devoir éviter. L’auteur mêle habilement intrigues et complots de cours, vie sociale, mystérieuses croyances et grandes batailles. Nous sommes ici clairement dans une saga de dark fantasy: point de magie, de mages ou de créatures. L’auteur nous parle de la force du collectif, le contrôle des masses ou la corruption des pouvoirs politiques et religieux qui se répercutent sur ceux qui sont à leurs services. D’ailleurs, Vaelin va très vite remettre en cause la façon dont les ordres traitent les Apostats, ceux qui ne pratiquent pas le même culte que le Royaume et possèdent des dons considérés comme impies.

On découvre en même temps que le héros le monde qui l’entoure ce qui permet d’être au plus proche de ses réactions. De plus, les dialogues étant parfaitement maîtrisés, les personnages sont très vite identifiables et on plonge avec délice dans leurs aventures.

Ce premier tome est assez sombre et n’évolue pas toujours comme on le souhaiterait; Ryan ne donnant pas à ses lecteurs ce qu’ils attendent, permettant ainsi de réels effets de surprises dans cet univers de fantasy épique et ténébreuse que l’on pourrait retrouver dans d’autres cycles. Cependant, la qualité de l’écriture et du développement narratif (Ryan privilégie par exemple la préparation d’une bataille à la bataille elle-même qui est narrée sur moins de pages) font ressortir de la masse cette ouverture de saga.

Un roman direct, sans fioriture avec des personnages forts et une intrigue captivante qu’il est difficile de lâcher.

La voix du sang

Blood Song -tome 1

Anthony Ryan

Editions Bragelonne

Traduction Maxime le Dain

25€