le zoo pétrifié les carnets de cerise tome 1Cerise est une petite fille âgée de 11 ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux. Prenez Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Repeint-il une vieille maison ? Décore-t-il des arbres ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ? Suivez Cerise, pas à pas, dans sa première enquête qui vous mènera au coeur de la forêt, à la découverte d’un lieu fabuleux !…

Métamorphose, la collection de Soleil qui « oscille entre livre jeunesse, bande dessinée et livre illustré… », nous offre un nouveau petit bijoux visuel avec Les carnets de Cerise. La couverture, comme souvent chez Métamorphose, attire le regard avec son illustration en médaillon. Nous plongeons ensuite dans l‘univers de Cerise, aspirante romancière de 10 ans et demi, qui se met au défi de résoudre les mystères qui se cachent derrière les gens qu’elle croise, en compagnie (plus ou moins) d’Erica et Line ses deux meilleures copines, et sous les conseils de sa vieille voisine, romancière de renom.

Les premières pages sont formées des pages du carnet intime de Cerise, écrites de sa plume, additionnées de petits croquis, et visiblement posées en désordre sur son bureau avec pelures de gomme et de crayons, Crayola de ci de là, règle et presse papier en surplus. Même si l’on va retrouver au cours de l’ouvrage les pages du cahier de Cerise, la majorité du récit est écrit à la manière de la bande dessinée traditionnelle avec cases et bulles.

Je ne connaissais pas le travail d’Aurélie Neyret mais j’ai beaucoup apprécié son trait, tout en légèreté, aussi bien souligné au crayon noir lorsqu’il s’agit des personnages du récit que légèrement plus flou et fondu lorsqu’il s’agit des peintures animalières. L’alternance entre le récit en cases et le cahier intime de Cerise est également intéressante et l’on se surprend à fouiller du regard tout ce qui se cache autour de ces pages sorties de leur spirale.

En ce qui concerne l’histoire, j’ai bien aimé ce petit conte où l’entraide et l’intergénérationnel prend une place importante et où les souvenirs et l’amitié sont chéris. C’est une jolie histoire et l’on se plaît à replonger dans son enfance, prêts à se lancer dans n’importe quelle aventure, à développer des trésors d’imagination pour résoudre des mystères et surtout, surtout, à avoir une cabane dans les bois comme quartier général.

Par contre, la qualité de l’écriture m’a dérangée, je n’ai pas trouvé les pages du carnet de Cerise très réalistes au niveau du discours tenu pour une petite fille de 11 ans. L’impression s’est toutefois atténuée dans la partie « bande dessinée » où j’ai trouvé le comportement et les paroles de Cerise plus en adéquation avec son âge. J’ai également eu un peu de mal avec certaines réactions des personnages, qui m’ont semblé un peu trop « sorties de nulle part ». Un peu comme si, limité par le nombre de cases, l’auteur sautait facilement aux conclusions. Ces points négatifs m’ont empêchée de vraiment rentrer dans l’histoire, malgré un thème original et des illustrations agréables.

Bref, un bel objet visuel, une jolie petite histoire mais une plume qui ne soutient, à mon avis, pas l’histoire.

 

Le zoo pétrifié

Les carnets de Cerise T1

Joris Chamblain (aut.), Aurélie Neyret (ill.)

Coll. Métamorphose

Soleil

72 p.

15,95 €