perudruideOlivier Peru a déjà été reconnu dans le monde de la BD en endossant tour à tour les rôles de scénariste, d’illustrateur et de dessinateur. Cet auteur ne pouvait s’arrêter là et s’est lancé, avec un certain succès, dans la littérature avec Les Hauts Conteurs et, alors que Martyrs, son nouveau roman, sort ces jours-ci, il était temps pour moi de lire Druide, le précédent, qui remporta le prix du meilleur roman lors des Futuriales 2011 et dont voici la quatrième de couverture :

Les druides règnent sur une forêt primordiale et sacrée sise au coeur du monde. Détenteurs d’une sagesse millénaire, ils sont les gardiens du Pacte Ancien, dont le respect garantit la paix entre les peuples. Mais un crime de sang d’une violence inouïe met en péril le fragile échiquier politique des royaumes du Nord. Le druide Obrigan, aidé de ses deux apprentis, ne dispose que de vingt et un jours, pas un de plus, pour élucider les circonstances du drame, faute de quoi une guerre totale éclatera. Et tandis que le compte à rebours tourne, chaque lune apporte son lot de nouveaux cadavres, l’entraînant toujours plus loin dans l’horreur…

Dans ce monde, il est deux grands royaumes qu’une cicatrice de terre et de terreur sépare : Sonrygar et Rahimir. Ces deux royaumes se sont combattus en de nombreuses occasions par le passé et cela risque encore de se produire. Tout commence par une tuerie sans nom dans une des forteresses les plus invincibles du Sonrygar. Inexplicablement, de valeureux guerriers ont connu une fin atroce qu’on ne saurait attribuer à d’autres hommes.

Ce prétexte servirait bien au déclenchement d’un nouveau conflit entre les deux royaumes, mais un druide intervient et obtient trois semaines de répit avant le début des hostilités. Encore faut-il qu’il élucide le mystère autour de ce massacre. Obrigan Yslain, car tel est le nom de ce druide, a été mandaté par ses pairs afin de résoudre cette énigme pour laquelle le commandant de la forteresse a demandé leur aide. Il y représentera également la troisième entité du nord du continent : la Forêt. C’est ainsi que se nomme l’immense forêt, interdite aux hommes par le Pacte Ancien, le texte fondateur de cette civilisation, et où vivent les druides qui cultivent leurs arts si particuliers.

Enquêteur hors pair, et assisté de ses deux talentueux apprentis, il va sillonner le continent en quête d’un tueur redoutable qui ne laisse qu’une traînée sanglante derrière lui pour finalement se focaliser sur le plus mystérieux des territoires qui ne devrait pourtant plus avoir de secrets pour lui. Parallèlement à cette enquête éprouvante, nous découvrirons que le Rahimir avait envoyé trois de ses meilleures lames dans la Forêt, enfreignant par la même la règle primordiale du Pacte Ancien, afin d’y trouver une arme prodigieuse. Hélas, le tueur croisera également leur route. Ainsi, non seulement le temps sera compté à Obrigan pour résoudre son enquête, mais il semble bien qu’il lui faudra aussi officier afin de maintenir une paix bien précaire entre deux royaumes bien décidés à en découdre.

Lorsqu’Obrigan et ses deux élèves arrivent à la forteresse de Wishneight, il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec le franciscain Guillaume de Baskerville se rendant à l’abbaye où son enquête l’attend dans Le nom de la rose. Et même si Obrigan fait aussi montre de réels talents d’enquêteur, la comparaison s’arrête là. En effet, le druide Obrigan se doit de tenir le rôle de représentant de son ordre, et laisse pourtant trop souvent paraître aux autres ses faiblesses et ses doutes. Cela fait de lui, non un surhomme, un maître penseur ou quelqu’un d’inébranlable, mais un homme ordinaire, ce qui lui donne une certaine empathie avec le lecteur. Cela se combine cependant à la perfection avec ses aptitudes de druide que nous découvrirons au fil du récit, ainsi qu’avec son art du combat. De même, si le héros d’Eco reste dans un seul et même lieu, celui d’Oliver Peru va voyager et poursuivre sa quête jusqu’au cœur de la forêt qui l’a vu grandir, quitte à se perdre, dans tous les sens du terme.

Thriller et fantasy se combinent à merveille dans cette traque avec un serial killer peu ordinaire. La tension est redoublée par l’enjeu de ce conflit à éviter à tout prix, malgré les volontés de part et d’autre de s’entretuer. Le style est agréable, le rythme est soutenu et sans à-coups, et les inventions qu’on peut découvrir dans le récit, comme les manoirs souterrains du Rahimir, sont autant de trouvailles fabuleuses qui agrémentent une lecture passionnante. Simplement, il y a vers la fin du roman le passage nécessaire des explications sur la fondation de la civilisation et sur les origines des créatures qui peut sembler un peu long. A noter que c’est l’auteur qui signe l’illustration de cet ouvrage paru chez J’ai lu, après une première parution chez Eclipse. Une lecture incontournable, et d’une grande maturité, pour tout amateur de fantasy. Un auteur dont il faudra suivre avec intérêt les écrits à venir, et notamment Martyrs, son dernier titre, toujours chez J’ai lu.

Druide
Oliver Peru
Couverture : Olivier Peru
Editions J’ai lu
2012

7,90 €