Accueil / Musique / Métal / Theraphosa – Theraphosa

Theraphosa – Theraphosa

Un tout nouveau groupe parisien émerge avec la sortie de son premier EP éponyme : Theraphosa. Groupe de metal, oui mais encore ? Le fait est qu’il va donc falloir l’écouter pour découvrir ce que ces trois gaillards ont décidé de nous proposer ! Qu’est-ce qui se cache derrière ce nom d’araignée ? La réponse de suite !

Le premier des cinq titres de l’EP s’intitule The King of Vultures et débute avec un sample de voix radio avant que la guitare ne vienne nous proposer une mélopée entêtante avant que la voix de Vincent ne vienne s’ajouter à l’ensemble. Le rythme est lent, oppressant mais pourtant terriblement séduisant. C’est une belle entrée en matière dans leur univers que propose le groupe. The God Within m’a un poil moins séduit bien que restant dans le principe de l’ambiance lourde et prenante. Peut-être est-ce la voix saturée qui m’a moins emmené, je ne sais pas car le morceau reste très très bon… The Butcher propose des sons très bruts aux guitares tandis que la voix se fait plus rauque. L’ambiance très heavy passe bien même si il n’y pas vraiment de nouveauté dans la composition. Obsession vient poser un rythme de gratte plus élevé dès la première seconde puis la voix arrive et là c’est la surprise complète : beaucoup trop de réverb sur la voix. On croirait presque du prog et ça m’a complètement dérouté. L’EP se conclue sur Leeches, beaucoup plus classique dans sa composition mais me semblant coller plus à ce que le groupe veut nous proposer : guitares lourdes, chant à la fois clair et saturé, autant de très bonnes choses qui concluent ce Theraphosa.

Ce premier EP est donc à mon sens en demi-teinte : une excellente surprise avec les deux premières chansons ainsi que la dernière mais les pistes du milieu m’ont fait l’effet d’OVNI gâchant au final un peu le plaisir car enlevant de la cohérence à l’ensemble proposé. En tous cas pour un premier effort on se trouve face à une bonne galette notamment au niveau de la réalisation. A voir ce que le groupe donne sur scène mais si ils assurent alors il n’y a aucune raison que le chemin s’arrête pour eux !

Theraphosa
Theraphosa
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Bukkraken – Carcharodon

Carcharodon, outre le fait que ce soit le petit nom du requin blanc, c’est un …

I Don’t Mind – Seven Ages

  Si vous avez lu l’interview faite de Seven Ages ici-même, vous savez sans doute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *