Accueil / Musique / Sometimes The World Ain’t Enough – The Night Flight Orchestra

Sometimes The World Ain’t Enough – The Night Flight Orchestra

The Night Flight Orchestra, pour les néophytes, est un groupe de hard-rock progressif fondé par des membres de Soilwork il y a maintenant onze ans. Ils sortent cette année leur quatrième album studio, Sometimes The World Ain’t Enough, avec sa pochette surprenante et spatial laissant à penser à une ambiance beaucoup plus prog que ce que l’on va trouver à l’intérieur de ce CD. Laissez-moi vous entraîner sur leurs traces et découvrons ensemble ce qui se cache derrière cette cosmonaute !

This Time donne tout de suite la tendance avec un hard-rock très classique après une intro de sample electro. Alors ça ne révolutionne clairement pas le genre mais à l’écoute c’est agréable, léger, aérien et ça coule dans les oreilles avec plaisir. En contrepoint Turn To Miami propose une veine plus années 80 et glam que précédemment. Sometimes The World Ain’t Enough reste dans cette voix par exemple avec son introduction au clavier, fort réussie mais tellement old school ! On a parfois la sensation que le groupe cherche à faire un petit revival disco rock, comme si nous écoutions une vieille radio. Speedwagon en est également un parfait exemple.

Barcelona ou encore Lover’s In The Rain font partie de mes pistes préférées de l’album : rafraîchissantes, ces chansons sont d’un classicisme à toute épreuve mais tellement séduisantes. Je ne suis absolument pas fan de hard-rock, lui préférant des trucs plus violents, mais je me suis retrouvé dans une espèce de road movie de mon adolescence avec un plaisir non dissimulé. L’album se conclue sur une apothéose avec The Last Of The Independent Romantics. Des guitares posées, un clavier à fond et la voix de Speed donnent une alchimie surprenante mais agréable.

Avec ce nouvel album The Night Flight Orchestra propose une vision à la fois old-school mais également dépoussiérée de ce qu’est le hard-rock. Même sans être fan du genre je me suis vraiment pris au jeu de ce Sometimes The World Ain’t Enough qui devrait rester dans les mémoires des fans à mon sens…

Sometimes The World Ain’t Enough
The Night Flight Orchestra
Nuclear Blast
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Primitive – Atlas

Je ne connaissais pas forcément le sous-genre appelé le Northcore, mais étant fan de metalcore …

I Don’t Mind – Seven Ages

  Si vous avez lu l’interview faite de Seven Ages ici-même, vous savez sans doute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *