Accueil / Musique / Métal / Once Upon a Joke – Gaiden

Once Upon a Joke – Gaiden

Ce n’est pas souvent que l’on se retrouve à écouter et chroniquer le nouvel album d’un groupe qui a splitté depuis et c’est d’ailleurs assez étrange pour être noté. Mais les parisiens de Gaiden proposent une musique tellement immersive que je ne pouvais pas vous en parler. Je vous invite donc à découvrir ce Once Upon a Joke qui, en tous cas au niveau de la musique n’a clairement rien d’une blague…

On entre dans le vif du sujet avec Therapy, un magnifique instrumental qui monte tout en tension avant que cela se relâche sur une voix off féminine qui dialogue avec une autre voix, plus grave celle-ci. Cette introduction nous conte une véritable histoire et propose, en plusieurs phases, de mettre en place une ambiance qui annonce beaucoup de bonnes choses pour la suite. Silent Winter, propose un début instrumental efficace vite suivi de l’entrée en scène du chanteur qui nous envoie sa voix en pleine face. On reconnaît bien là la patte progressive metal, puissante, entêtante au niveau des mélodies, et parfaitement exécutée. Smell of Hell vient ensuite avec des guitares très lourdes, renforcées par une batterie et une basse qui saccadent vraiment le son de manière intéressantes. Vocalement Ego gère à merveille sa partie également donnant un sel tout particulier à l’ensemble. Afterlife Inc Part I (One Way Ticket) nous en met plein les oreilles, laissant la part belle aux instruments, racontant au fil des notes, alternant les rythmes d’ailleurs, et sur sept minutes, une histoire prenante et immersive. Grotesque Effluvium nous permet d’atteindre le milieu de l’album (oui, déjà…) et démarre avec des rythmes beaucoup plus rapides et enlevés. La guitare d’Alex fait un gros boulot pour nous proposer une mélodie vraiment immersive avant que la voix ne vienne compléter l’ensemble.

Broken Hopes débute avec un son de guitare clair, mélancolique, prenant, qui va continuer tout au long de la piste, proposant une pose intéressante pour l’auditeur, un moment de douceur au milieu des sonorités plus metal du reste de l’album. Cela montre également que le groupe est bon, quel que soit ce qu’il doit jouer finalement… The Stranger qui vient ensuite reprend le gros son de guitare électrique et cela pour notre plus grand plaisir. Les notes résonnent et l’auditeur que je suis ne peut que valider tant je me fais plaisir au son de leur musique alternant moments plus rageurs et pauses plus calmes et entraînantes. Awake et Ancient Blood continuent cette découverte. Awake est très lourd au niveau des sonorités, très saccadé, tandis que Ancient Blood revient à quelque chose de plus léger et rapide au niveau ryhme. Un contrepoint très agréable pour l’auditeur qui en prend plein les oreilles. A noter l’apparition d’une voix saturée du plus bel effet sur cette chanson. Afterlife Inc Part II (Operator of the Hive) débute tout en douceur avec juste une guitare et une voix masculine assez enjôleuse. Une fois de plus le groupe change les rythme ensuite pour propose un morceau beaucoup plus efficace ensuite, passant à une voix rock profonde et rocailleuse comme on les aime. Hero est une chanson bonus qui envoie du bon son, plus heavy qu’autre chose d’ailleurs, mais dont la rapidité pousse vraiment à ouvrir grand les oreilles et à headbanguer joyeusement.

Avec ce Once Upon a Joke il faut dire que Gaiden propose un album presque parfait. Alternant les rythmes, les influences et les sons, le groupe invite à une ballade dans leur univers et je dois dire que j’ai proprement adoré. OK le metal prog me parle particulièrement mais je dois reconnaître une chose : les musiciens de ce groupe sont vraiment excellents.

Once Upon Joke
Gaiden
MusikO Eye
2017

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Bukkraken – Carcharodon

Carcharodon, outre le fait que ce soit le petit nom du requin blanc, c’est un …

The Ocean- Rosetta-Årabrot – Backstage by the mill – Paris – 1/11/2018

Le 1er Novembre dernier, alors que certains fêtaient les morts, le Backstage by the mill …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *