Accueil / Jeux / Le Trésor du Dragon – Edge

Le Trésor du Dragon – Edge

Le Trésor du Dragon est une campagne pour le jeu de rôle du Trône de Fer de Green Ronin traduit par Edge.

Il s’agit d’un livre à couverture rigide et tout en couleur de 176 pages. La mise en page et les illustrations sont d’un bon niveau mais la taille de police laisse à désirer (trop petite à mon goût et pour mes pauvres yeux). La qualité de relecture est supérieure de ce qui se fait généralement dans le milieu, mais une faute récurrente : le défaut d’harmonisation entre événement ou évènement, terme qui revient très souvent…

La construction modulaire est composée d’une introduction donnant une vue d’ensemble des enjeux qui seront développés tout au long des cinq parties. Chacune d’entre elles est subdivisée en sous sections qui peuvent ne pas se suivre dans un ordre rigide. Ce découpage permet une adaptabilité et une flexibilité qui est renforcée par les nombreux conseils pour adapter au plus près de la maison des joueurs.

Des rappels réguliers des informations importantes et des enjeux de chaque partie permettent d’accompagner le meneur de jeu pour une prise en main le plus fluide possible. Des options de jeu sont abordées régulièrement pour coller aux attentes des joueurs. Jouer des gardes de la nuit ? C’est possible ! Une maison issue de la guerre de l’Usurpateur ? Aussi.

En plus d’un cadre et d’enjeux posés de manière très structurée afin d’aider le meneur, des solutions de secours intelligentes sont proposées régulièrement pour permettre aux personnages d’échouer sans pour autant couper court à l’aventure ou devoir avoir recours à un Deus ex Machina trop visible.

Il faut noter une tentative pour éviter un sentiment de linéarité (même si c’est le cas en réalité). Au lieu de traiter les scènes de manière séquentielle, on est plutôt dans une optique de collier de perles : chacune représentant le chapitre dans lequel les parties peuvent s’agencer dans un ordre différent en fonction des joueurs.

La dernière partie comporte différentes tables qui permettent, en fonction des actions des joueurs durant les étapes précédentes, de déterminer si d’autres maisons ou factions ont eu vent de leurs recherches et qui arrivera le premier.

Cette aventure se repose sur un joli « et si… » et propose de jouer cette campagne en marge de l’histoire des romans. Les auteurs partent du principe qu’un proche conseillé d’Aerys Targaryen s’est débrouillé pour soustraire une partie du trésor royal aux pillages de Port-Réal durant le soulèvement contre le roi fou. Cette petite entorse au récit officiel est totalement crédible et offre la possibilité d’une aventure très agréable pour les joueurs.

Qui refuserait une belle chasse au trésor pleine de rebondissements dans Westeros ? Traitrise, affrontements, négociations, faux semblants permettront aux joueurs de mettre la main sur les précieux barils qui renferment la fortune (et potentiellement d’autres richesses : titres de propriété, armes en acier valyrien, etc.) tant convoitée dans un monde qui parle à la plupart des geeks.

Qui serait assez fou ou blasé pour s’en passer ?

Comme nous pouvions nous y attendre cette campagne utilise les piliers de l’univers de Martin : contexte post-Guerre de l’Usurpateur, Garde la Nuit, Citadelle & Mestres, tournois, espionnage, décryptage, bordel (un gros classique de GoT quand même), Braavos et la banque de fer, des pirates et des retournements de veste.

Il est intéressant aussi de noter que lorsqu’une scène va aborder une situation qui peut être difficilement vécue par un des joueurs de la table, un encart l’indique pour éviter tout impair. Il en va de même pour les choix moraux que devront assumer les personnages, car le monde du Trône de Fer est violent et la morale peut être absente… ou pour le moins souple.

Quelques réserves sur le fond cependant (enfin juste deux) :

  • Une énorme lourdeur revient très régulièrement, il s’agit d’un simple choix fait par les auteurs (ou les traducteurs, je n’ai pas lu la VO), mais qui m’a gêné : à chaque fois qu’il est fait mention de la maison des joueurs, il est indiqué « la maison d’origine des joueurs », pas de raccourci… il faudrait presque faire une recherche sur le fichier pour se rendre compte de l’ampleur du truc ^^

*Spoiler*

*Spoiler*

*Spoiler*

  • Un souci de cohérence dans le premier scénario (à moins d’une méprise de ma part) : un des PNJ clé est dans le château depuis déjà quelque temps, mais on apprend qu’il est là pour se renseigner sur le secret qui lance le scénario alors que personne ne peut soupçonner cette révélation au moment où il est envoyé…

Si vous aimez le Trône de fer cette campagne est faite pour vous et devrait vous occuper assez de temps pour attendre la fin de la série. Arpentez Westeros et assurez la survie de votre maison !

 

Eldricht Tales

A propos de Raven

Rôliste depuis 1989, joueur de jeux de plateau, de figurines, fan de littérature fantastique et de science fiction, pratiquant d'arts martiaux et lecteur d'ouvrages de philosophie je suis l'assemblage improbable d'éléments de pop culture, de culture chinoise et de la multitude d'études et de formations que j'ai eu l'occasion de suivre (économie, statistiques, finance, informatique, diététique, histoire, planétologie, oncologie, etc.) et de les mettre en application dès que l'occasion se présente. Je suis un mercenaire du jeu de rôle. Amateur ou (semi) pro. Relecteur (pointilleux souvent), auteur (parfois) et testeur (occasionnel).

Lisez aussi

A Voluntary Lack of Wisdom – Loimann

  Malgré mes penchants prononcés pour le stoner et pour le doom, le stoner doom …

The handmaid’s tale – Saison 1 – Bruce Miller

Dans un avenir proche, suite à diverses catastrophes environnementales et humanitaires, une secte politico-religieuse a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *