Accueil / Livres / Fantasy / Le Sang du Dragon – Dragon Blood T1 – Anthony Ryan
Bannière Institut de la Musique

Le Sang du Dragon – Dragon Blood T1 – Anthony Ryan

Je ne suis pas forcément un grand fan du partenariat entre Bragelonne et le Hellfest qui permet de manière assez obscure de décerner le Prix Hellfest Inferno à l’un des livres de l’éditeur parisien. Sur le principe je n’en ai pas forcément compris le processus ni l’intérêt de fond, mais cela semble marcher puisque le livre dont je vais vous parler en est le second lauréat. Et finalement le choix n’est cette année pas si mauvais, loin s’en faut. Anthony Ryan a déjà, avant Dragon Blood, une première saga de fantasy qui a bien fonctionné, Blood Song. J’étais donc franchement curieux de découvrir l’opus ouvrant cette nouvelle série…

La couverture de Jaime Jones est d’excellente facture, bien que à mon sens ne représentant pas réellement le roman et son atmosphère.  La quatrième de couverture nous plonge déjà dans l’ambiance du roman, pour sa part :

À travers les vastes territoires contrôlés par le Syndicat Négociant d’Archefer, rien n’est plus prisé que le sang des dracs, donnant d’immenses pouvoirs à de rares élus. Mais les lignées de ces créatures s’affaiblissent et l’équilibre du monde est menacé. On raconte que seuls les pouvoirs du drac-Argent, plus puissants que tous les autres, pourraient le rétablir.
Afin de débusquer cette créature légendaire, le Protectorat enrôle Claydon Torcreek, un voleur aux facultés secrètes. Pour sa mission, il recevra l’aide d’une vénéneuse espionne et d’un intrépide officier, lors d’un tumultueux périple aux confins des mers.
Tous trois devront lutter contre le déclin de l’empire… ou disparaître avec lui.

Le scénario d’Anthony Ryan est à la fois terriblement simple et diablement tortueux. Je m’explique. Le principe de la quête d’un objet ou être impossible ou mythique est un trait récurrent de la fantasy mais l’auteur le pousse ici à son paroxysme grâce à un ensemble de petits éléments ajoutés à sa toile de fond, comme un peintre agrémentant sa toile de petits ombrages qui vont lui donner tout son sel. Alors oui il y a une quête, les protagonistes principaux sont, comme définis par la quatrième de couverture un voleur, une espionne et un soldat, mais la ressemblance avec tout ce que la fantasy a pu produire à ce jour s’arrête là. Car le fait de mêler en un seul roman une ambiance de fantasy classique avec des dragons, ajouter à cela une pleine louche de steampunk et d’entreprenariat moderne, le tout avec un système de magie surprenant fait du roman Le Sang du Dragon un exemple particulièrement étonnant.

Alors oui les détracteurs diront que le système de magie via le sang de dragon à avaler n’est pas sans rappeler celui employé par Brandon Sanderson dans sa saga Fils-des-Brumes, que l’aspect steampunk ne reprend que les principes de base du genre sans vraiment aller plus loin,… Oui tous ces arguments sont valides mais il n’en reste pas moins que Anthony Ryan parvient à proposer une aventure proprement étonnante et immersive à chaque instant de la lecture.

Ses protagonistes sont effectivement assez classiques sur le principe mais il parvient à leur donner un background et une psychologie intéressante qui les rend attachant, et cela contre toute attente au final. Il en va de même pour les lieux qui sont décrits sans pour autant que cela soit pénible, l’action et le développement de l’univers étant privilégiés par l’auteur.

Le Sang du Dragon est ce que je qualifierais pour le coup d’un exceptionnel premier tome, qui mérite amplement d’avoir remporté ce Prix Inferno. L’univers est étonnant, les personnages attachants et l’histoire se révèle pleine de surprises donc je n’ai rien à redire sur ce roman qui a vraiment su me séduire de bout en bout. Je vais de ce pas découvrir la suite et vous en parlerais prochainement !

Le Sang du Dragon
Dragon Blood T1
Anthony Ryan
Bragelonne
8,20€

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

The Arrow Of Satan Is Drawn – Bloodbath

Après avoir découvert le groupe au moment de leur tournée avec Kreator, Dimmu Borgir et …

Symphonic Terror – Live At Wacken 2017 – Accept

La période de Noël est celle à laquelle tous les lives sortent et après vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *