Accueil / Cinéma / Ant-Man et la Guêpe – Peyton Reed
Bannière Institut de la Musique

Ant-Man et la Guêpe – Peyton Reed

Après les événements survenus dans Captain America : Civil War, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente… Scott va devoir renfiler son costume et apprendre à se battre aux côtés de La Guêpe afin de faire la lumière sur des secrets enfouis de longue date…

Il y a 3 ans sortait le 12e film des studios Marvel, mettant en scène un personnage peu connu en dehors des aficionados des comics : Ant-man. Et même parmi les fans, ce n’est pas forcément le héros qui déchaine le plus les passions…

Idée étrange de la part du studio, avec peut-être la volonté de se dégager des quelques héros iconiques, et d’ouvrir la voie à une plus grande variété de personnages. Et finalement, le résultat fut certainement conforme à leurs attentes, puisqu’une suite nous est proposée aujourd’hui.

En misant sur un décalage complet par rapport aux autres héros, Ant-man réussit à se démarquer et imposer son propre style : Scott Lang est un braqueur à la petite semaine, coincé entre un divorce et des acolytes du genre bras cassés, il n’a pas le panache d’un sauveur de l’humanité. Le studio accentue donc l’aspect « comédie ». Et bingo, malgré une potentielle réticence du public, le film apporte un vent de fraicheur, et se trouve nettement plus intéressant que -par exemple- le récent et autoproclamé chef d’œuvre Black Panther, d’un ennui abyssal.

7 films plus tard, revoici donc notre « change-taille », toujours aux prises avec ses problèmes personnels. Et surtout son costume/statut de héros qu’il ne doit pas dévoiler. Parce que son mentor l’a renié d’un côté, et parce qu’il est assigné à résidence par la Justice de l’autre (il n’a pas choisi le bon coté lors de la Civil-War express de Cap’ América 3).

Mais son passage dans le monde quantique l’a affecté, et Hank Pym et sa fille vont devoir faire appel à lui, contre leur gré.

Pourquoi changer une recette qui marche ?

Ant-man et la Guêpe reprend donc le coté comédie familiale, avec de nombreuses scènes uniquement justifiées par le comique de situation ou de personnages, et la dose de bons sentiments père-fille qui va bien.

La relation Ant-Man / la guêpe n’est pas très développée en tant qu’humains, mais prend finalement sa justification dans les combats, plutôt bien menés. Et là aussi avec une dose de comique parfaitement assumée.

Le film propose un méchant qui n’est pas inintéressant, car plus subtil que le précédent. Le fantôme, un personnage qui se joue de la matière, campée par une Hannah John-Kamen qui offre certainement la meilleure prestation de l’équipe.

Ant-Man contre Ghost

Puisqu’il est maintenant assumé que le Marvel Cinématographique Universe se regarde comme une série à gros budget, cet épisode pose les bases de la suite, en introduisant pas mal de personnages qui seront amenés à jouer des rôles importants (Michelle Pfeiffer, Laurence Fishburne).

Pour autant, il est conseillé de débrancher son cerveau à l’entrée de la salle. Pour une histoire bâtie sur la science (le monde quantique), les incohérences physiques, scientifiques s’enchainent plus vite que les PV dans un radar de route nationale limitée à 80… Même les règles et théories émises par Hank Pym dans le premier film sont contredites. « Ta gueule, c’est quantique »… Oui mais non. Il vaut mieux aborder le film en rangeant soigneusement son esprit critique au fond de son sac.
À ce prix, on passe un excellent moment, plein de fun.

Et puis la salle est climatisée.

N’oubliez pas de rester jusqu’après le générique animé, pour la scène clé qui explique pourquoi nos deux héros ne sont pas présents dans Avengers, Infinity Wars.

La deuxième scène, après le générique déroulant, est plus beaucoup plus anecdotique. Mais la salle est climatisée.

Ant-Man et la Guêpe

De Peyton Reed

Scénario : Chris McKenna, Erik Sommers, Gabriel Ferrari, Andrew Barrer et Paul Rudd

avec Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Peña, Walton Goggins, Michelle Pfeiffer, Laurence Fishburne, Michael Douglas, Hannah John-Kamen

Marvel Studios / Walt Disney Pictures

Eldricht Tales

A propos de Martin Silenus

"L'évolution donne l'être humain. L'être humain, après un long et douloureux processus, donne l'humanité." Dan Simmons - Hypérion.

Lisez aussi

La voie des morts – La veilleuse d’âmes – Alexis Demey

Maya, jeune anthropologue en herbe, a le don de communiquer avec les âmes des morts …

Entretien avec Lionel Davoust, auteur de la série Les Dieux sauvages

eMaginarock : Bien le bonjour Lionel, je te remercie de prendre le temps de répondre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *