Entretien avec Sojourner pendant le Cernunnos Pagan Fest

Quelques minutes après leur show au Cernunnos Pagan Fest j’ai eu l’occasion de poser quelques question au groupe Sojourner, que j’avais déjà vu à l’occasion de leur passage au Petit Bain en 2019. Mélangeant death metal avec du black, le groupe de nationalités diverses propose une musique à la fois puissante et aérienne. Petite interview d’un quintet très sympathique et passionné !

Tout d’abord, merci d’être là et de répondre à nos questions. Pour commencer, pourriez-vous vous présenter ?

Ricardo : Ricardo, le batteur. Je suis italien.

Chloe : Je suis Chloe, je chante en chant clair et je joue de la guitare, et je suis moitié anglaise moitié néo-zélandaise.

Emilio : Je suis Emilio, je chante et j’écris les paroles, et je suis un hispanophone américain qui habite en Suède.

Scotty : Je suis Scotty, je joue de la basse et je viens d’Écosse.

Mike : Je suis Mike, et je suis un néo-zélandais qui habite en Suède. Et l’un de nos membres n’est pas ici, il n’a pas pu venir, il est bassiste et habite en Nouvelle Zélande.

Comment décririez-vous votre style musical ?

Emilio : Je dirais que c’est un mélange de différentes choses mais nous aimons dire que c’est du métal atmosphérique pour éviter qu’on nous colle trop d’étiquettes de ceci ou de cela. Il y a du black métal dedans, du death mélodique, du folk, de la musique ambiante… C’est vraiment un mélange de beaucoup de choses.

Qu’est-ce qui vous inspire dans la composition et l’écriture des paroles ? J’ai l’impression que vous parlez beaucoup de la nature, mais ça semble aussi être très sombre…

Mike : La musique est en effet très inspirée de la nature. Chloe et moi composons la musique. En ce qui me concerne, il y a un peu de nature, de la littérature, des films… Tout ce qui m’inspire j’imagine.

Chloe : De mon côté, je suppose que c’est la nature mais selon une perspective plutôt fantastique… Par exemple les descriptions de ces paysages dans les livres qui te font ressentir à la fois très joyeuse et très triste en même temps… Je pense que c’est ce sentiment que j’essaye de retranscrire.

Emilio : Pour moi, ça peut vraiment être n’importe quoi… Un sentiment que j’ai à ce moment précis qui vient d’apparaître, ou alors quand je marche dans la nature, une chanson que j’écoute par hasard et qui déclenche quelque chose en moi… Ça peut vraiment être tout.

Votre dernier album date d’il y a plus ou moins deux ans… Qu’avez-vous de prévu pour la suite ?

Mike : Des nouvelles arriveront le mois prochain, donc… restez attentifs !

Chloe : Nous pouvons déjà dire que le prochain album sera un peu plus sombre…

Avez-vous des dates de prévu ?

Emilio : Oui, en avril nous avons une tournée prévue avec Finsterforst, Lucifer’s Child et Countless Skies, on fera 9 dates en Autriche, Pologne, Belgique et Allemagne.

Chloe : Y compris au Ragnarök.

Pas de dates prévues en France pour le moment ?

Emilio : Pas pour le moment, rien ne s’est présenté mais bien sûr nous sommes toujours heureux de revenir, parce que vous nous traitez très bien ici et nous adorons le soutien que nous avons.

Je vous ai vus lors de votre concert au Petit Bain…

Chloe : Vraiment ?

Mike : C’était l’une de mes dates favorites… C’était vraiment spécial de faire un concert sur un bateau, un bateau qui bouge.

Chloe : Ça tanguait…

Mike : Et les fans étaient tellement dans l’ambiance… Les fans français sont tellement passionnés.

Scotty : Quand j’étais assis derrière ma batterie je pouvais sentir le sol bouger… C’était vraiment bien. Je pense que c’était l’un des meilleurs concerts de la tournée.

Mike : Oui, c’était mon concert préféré.

Je trouve que les couvertures des albums sont très belles. Qui les dessine ? Et d’où vient l’inspiration de ces dessins ? Cela correspond-il à des endroits réels ?

Mike : Pour le premier album, Empire Of Ash, j’ai demandé à un ami de faire la couverture.

Chloe : J’ai été à l’université de St Andrews, et il y a une cathédrale en ruine à cet endroit, dont nous lui avons demandé de s’inspirer… Avec des montagnes derrière.

Mike : Pour le second album, il y avait cet homme qui s’appelle Sebastian et qui est allé en Roumanie dans les montagnes et il a fait un artwork basé sur l’une de nos chansons. Nous l’avons donc contacté pour faire la pochette de l’album. Nous lui avons vaguement expliqué ce qu’on voulait, et il a fait un travail extraordinaire. Il a fait aussi le nouvel album, vous verrez.

Avez-vous des anecdotes amusantes de concert ?

(Rires).

Chloé :Ok… La plupart des membres du groupe ronflent très fort, donc je ne peux pas dormir près d’eux.

Scotty : J’ai aussi joué un concert entier avec une main cassée… C’était une expérience. De toute façon ce n’est jamais monotone quand je suis dans le coin !

Emilio : Nous étions en Allemagne, notre piste d’accompagnement s’est coupée au milieu du set… Nous avons accéléré le tempo et joué la chanson suivante deux fois plus vite que d’habitude. Le PC est tombé en panne, et quand nous avons réussi à le faire fonctionner à nouveau, tout le monde a pu entendre le thème de Windows et a crié comme si c’était un vrai morceau… Je voulais arrêter le show parce que je pensais qu’on n’y arriverait pas…


Vous avez été au Petit Bain en France, aujourd’hui vous jouez au Cernunnos… Comment faites-vous pour jouer dans un festival pagan tout en participant à des dates plus black ?

Emilio : La tournée nous y avons été intégrés par notre ancien agent, et je suis ami avec quelques uns des membres de Draconian. C’est comme ça qu’on s’est retrouvés avec eux. Et le Cernunnos a contacté notre agent et mis en place notre venue. Nous ne sommes pas fermés, globalement si quelqu’un est prêt à nous permettre de partager notre musique, nous acceptons de jouer.

Mike : J’ai aussi l’impression qu’il y a pas mal de passerelles entre le métal pagan/folk et des sonorités plus death, plus mélodiques… Nous nous inscrivons dans les deux.

Emilio : Oui, il y a une espèce de zone grise autour de notre groupe, donc nous pouvons convenir à beaucoup de lieux !

Mike : Nous espérons juste que les gens nous apprécient, peu importe où nous allons, et ça nous va !

Dernière question, et la plus étrange de toute… Vous êtes coincés sur une île déserte sans rien à manger ni à boire. Lequel d’entre vous mangez-vous en premier ?

Ricardo : Emilio.

Scotty : Emilio. Parce qu’ensuite, les choses seraient moins agitées !

Emilio : J’allais répondre Ricardo !

Chloe : Je ne sais pas !

Emilio : Laissez le public constater que tout le monde veut me tuer dans le groupe !

Voulez-vous ajouter quelque chose ?

Emilio : On veut remercier tout le monde pour le soutien que nous recevons, ça a été un long chemin pour en arriver là et pouvoir jouer sur scène, face à un public. Pour nous ça veut dire énormément, et nous ne pourrions pas demander plus que tout le soutien que nous avons déjà.

Scotty : Nous venons de différentes parties du monde, chaque fois que nous avons l’opportunité de jouer ensemble c’est une chance… C’est notre travail, mais nous sommes heureux de le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *