Le dernier album de Cult of Luna, A Dawn to fear, est un très bon album, que j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter et à réécouter : prenant et puissant, il propose des morceaux qui ressemblent à de longs voyages, dont les sonorités sont teintés d’influences électroniques 80’s.

La puissance de l’album se ressent dès la première chanson The silent man. L’instrumental comme les mélodies sont extrêmement travaillés, quelque part entre du post black et du show gaze, sur lesquels viennent s’ajouter un chant crié.

La suite de l’album alterne entre des rythmes assez dynamiques et martiaux (c’est par exemple le cas de Nightwalkers ou Lay your head to rest) et des morceaux beaucoup plus calmes et presque planants. Le clip de Lay your head to rest présente d’ailleurs des reliefs marins, des forêts et des flammes, une atmosphère qui s’accorde très bien avec l’ambiance que dégage l’album.

 

La mélancolique A dawn to fear, chanson éponyme, est sans doute ma préférée. La belle voix du chanteur parle sur des accords lancinants et tristes et les mélodies sont poignantes. Les rythmes sont lents et hypnotiques. La fin est très réussie : les instruments, la voix et la mélodie viennent s’ajouter au fur et à mesure des accords qui se répètent comme une ritournelle.

Lights on the hills est plus instrumentale. Ce morceau est le plus long de l’album et dure une quinzaine de minutes ; la composition est riche. Elle commence par des accords plus détendants, planants et assez minimalistes avant de devenir plus énergique par la suite, sans quitter cette lenteur dans le rythme avec des temps très marqués et une certaine mélancolie. Puis vient s’ajouter une mélodie électronique et par la suite, un chant crié, avant que l’ensemble redescende an fur et à mesure des couches instrumentales qui se retirent. La chanson s’achève par un retour au calme, avec des accords beaucoup plus épurés sur la fin.

Le morceau suivant, We feel the end, reste dans cette veine plus calme et plus lente, éthérée et minimaliste, avec la voix claire du chanteur qui se pose sur de longues notes.

On reste dans cette même dynamique avec la dernière chanson The Fall, qui propose des rythmes assez lents et se montre musicalement à la hauteur du reste de l’album.

J’ai donc beaucoup aimé l’opus A Dawn to fear, dont les morceaux puissants et hypnotiques sont très représentatifs des compositions originales de Cult of Luna.

 

Metal Blade Records

Septembre 2019