Je ne connaissais pas forcément le sous-genre appelé le Northcore, mais étant fan de metalcore cela avait déjà tout pour me plaire. Originaire de Finlande, le groupe propose un son harmonieux, fait de ruptures et de chant saturé de grande qualité. Entrons donc dans leur univers à travers ce Primitive, qui a en effet tout de primal.

Dès la première piste, Skinwalker, on se retrouve avec un son intéressant : voix saturé qui envoie un texte avant que tous les instruments ne se déchaînent. Le refrain est juste une merveille sur cette chanson et l’alternance entre chant clair et saturé est parfaite. Ce n’est pas Feel, qui vient ensuite, qui va me faire mentir : plus lourde, elle n’en est pas moins entraînante. Clairement Atlas propose du metalcore d’une grande qualité… Kaamos se fait plus aérienne, plus teen song des 90’s sur les couplets, mais l’alternance vocale fonctionne vraiment bien et encore une fois le refrain déboite tout et nous emmène dans un envol magnifique. On Crooked Stones propose un son plus dur, et si je ferme les yeux je vois une rivière de Finlande et ses pierres dures et froides. Un vraiment très très bon moment d’écoute même si ce n’est pas, à mon sens, la meilleure piste de l’album.

Et voici venir, avec un son juste inimitable, la chanson éponyme de l’album, Primitive. Un instrumental de très grande qualité, épique et immersif à souhait. Pareidolia vient ensuite nous en remettre encore plus dans les oreilles pour notre plus grand plaisir. Moins aérienne que les précédentes chansons elle possède un côté plus primal qui m’a pleinement satisfait. Avec Pendulum Swing on retrouve cet aspect planant de la musique du groupe sur les refrains accompagné d’une dureté au moment des couplets qui fait finalement le succès de cet album. Bloodline est plus violent dès le départ et envoie vraiment du très gros son : rapide, rythmé par la batterie et la basse, avec un débit rapide. Les bases du metalcore revues et mises à la sauce Atlas, rien à redire. On conclue avec Rust, qui est l’une de mes pistes préférées de l’album : intro douce, refrain magnifique de violence et de bestialité. Un modèle du genre qui s’il n’a rien inventé fonctionne merveilleusement bien.

Avec Primitive, Atlas m’a clairement convaincu qu’ils avaient entre les mains un excellent album, qui sur scène doit envoyer du gros son. Fan de metalcore, je dois dire que je suis devenu de fait fan de northcore, ainsi qu’ils définissent leur musique. Offrez-vous la possibilité de découvrir leur musique à travers plus qu’une seule écoute, vous pourriez bien être aussi convaincus que moi !

Primitive
Atlas
Inverse
2018