Avis aux amateurs du Rock à l’ancienne, Phoenix ouvre ses ailes sur le troisième album autoproduit de Christophe Schoepp aka Chris Luna (guitariste, auteur, compositeur, interprète… à te souhaits !), accompagnés de musiciens inspirés. Les différents morceaux de ce nouvel opus se suivent mais ne se ressemblent pas et se fondent dans une ambiance « Rétro » agréable à écouter.

Nous passerons sur le premier morceau instrumental, relativement calme, auquel viendra se greffer avec subtilité Bloody fangs et Lana, qui se présentent sur une base de riffs énergiques, rythmés par une sorte de Rock-Punk-Garage dont les angles sont arrondis par une basse discrète mais généreuse.

Pour faire plus court, nous sommes sur un style de Rock Alternatif mélangeant plusieurs influences traitées par des guitares tantôt saturées, tantôt superposées qui donnent libre expression au chant clair et expressif.

Nous sommes face à une culture de sonorités anglo-saxonnes maitrisée jusqu’au bout des riffs. L’accroche mélodique des compositions nous entraine vers un univers assumé monté de pièces rapportées des années 70-80 : Black Sabbath (Heavy Metal Kids), The Cure (There will be love, avec son riff obsédant), The Stooges (Love and hate, American boy), David Bowie (Exit).

Les compositions se complètent par des rythmiques lentes ou rapides au fil des morceaux, ce qui produit un dynamisme certain au sein de l’album et du fait, impossible de s’ennuyer pendant l’écoute de l’album.

En résumé, les onze titres que composent Phoenix présentent bien sous tous rapports. Aussi éclectiques que cohérents, les rythmes sont massifs et riches en tonalités. Un bel hommage rendu à la musique Rock Old School. En revanche, il faut je pense, être déjà amateur du style pour savourer pleinement Phoenix comme il se doit.

Phoenix
Chris Luna
Label Lunacy Productions – France
2016