AmonAmarthJomsvikingLes suédois d’Amon Amarth reviennent en force en ce début 2016 avec un nouvel album, intitulé Jomsviking, qui va une nouvelle fois nous démontrer la toute-puissance musicale de ce groupe. Trois ans après Deceiver of Gods, ce nouvel opus musical promet d’envoyer du lourd et les fans ne devraient pas être déçus.

Et cela commence dès la pochette, mettant en avant un fier guerrier viking, du plus bel effet, qui vient visiblement de massacrer son ennemi. L’album débute en trombe avec les riffs instrumentaux et lourds de First Kill. Tout de suite la voix de Johan Hegg prend le relai nous propose un refrain haut en couleur. Et dès lors l’auditeur ne sera pas lâché de bout en bout : les morceaux s’enchaînent, issus de la même veine créatrice. Wanderer, On a Sea of Blood, One Against All, Raise Your Horns, sont autant de morceaux nous plongeant dans l’univers viking voulu par le groupe. Jomsviking était d’ailleurs une compagnie de guerriers mercenaires et à travers les paroles, toujours bien trouvées, l’auditeur se voit raconter une fascinante histoire.

De fil en aiguille l’album se poursuit, les morceaux s’enchaînant dans une cohérence proche de la perfection. Mention spéciale pour One Thousand Buring Arrows, qui m’a vraiment fasciné. Autre grand moment, en fin d’album le morceau A Dream That Cannot Be nous offre la possibilité d’entendre la voix de Doro Pesch, seule artiste invitée de l’ensemble.

Jomsviking est la petite perle de ce début d’année 2016, un grand moment de découverte musicale (la première écoute m’a vraiment donné des frissons) et depuis l’album ne me quitte plus. Energique, bien conçu et surtout magistralement joué, l’ensemble ne me donne qu’une envie : les voir au Hellfest en juin !
Jomsviking
Amon Amarth
Metal Blade
2016