avantasiaghostlightsdLes albums d’Avantasia sont un peu comme des boîtes de chocolat : pleins de saveur et de petites choses qui en font des moments inoubliables. Avec ce Ghostlights, Tobias Sammet nous propose un univers encore une fois étonnant, plein de références et empli de poésie. Cela commence dès la pochette qui nous invite vraiment au voyage dans l’univers du groupe. L’illustration nous immerge dans un univers gothique à souhait et l’on se prend à espérer que le projet de métal symphonique allemand nous emmène sur ses pas…

L’album débute sur Mystery of a Blood Red Rose, dont vous pouvez trouver le clip ci-dessous. Excellente entrée en matière, très rythmée, elle nous plonge directement dans le bain sans hésitation. L’excellent et terriblement attrayant Let The Storm Descend Upon You nous emmène vraiment dans la dimension épique ce que peut produire Tobias Sammet. Les voix de Jorn Lande, Robert Mason et Ronnie Atkins se prêtent d’ailleurs très bien au jeu proposé par le compositeur. Un véritable moment d’opéra métal. The Haunting vient ensuite avec son début très lent, avant de nous emmener dans toute une rage fantomatique et lyrique. Toujours aussi magnifique.

Seduction of Decay, chanté en partie par Geoff Tate de Operation:Mindcrime, vient poser ses rythmes plus lourds plus inquiétants, pour le plus grand plaisir de nos oreilles de métalleux. Ghostlights, morceau éponyme, est pour sa part beaucoup plus rythmé et enlevé. Un très bon instrumental au début qui s’ensuit d’une chanson pas inintéressante mais qui m’a semblé un peu en dessous du reste de l’album. Draconian Love donne une dimension presque electro par moments, ce qui change totalement par rapport à ce que l’on a entendu auparavant. Même si cela surprend ce n’est pas intéressant et la voix de Herbie Langhans (Sinbreed) s’y prête merveilleusement bien. Vient ensuite une de mes voix préférées de la scène métal, Marco Hietala de Nightwish, sur la chanson Master of Pendulum. Tobias a clairement su exploiter son talent vocal sur cette composition, finalement assez proche de ce que Nightwish propose. Du très bon travail. Isle of Evermore met également en avant une voix que j’adore, Sharon den Adel de Within Temptation, et à nouveau l’invitée est mise à l’honneur avec une superbe ballade mettant les deux voix en avant dans un dialogue assez intéressant.

Après ce moment de pause on revient aux affaires avec Babylon Vampyres qui nous propose un rock plus classique mais néanmoins appréciable. Lucifer est la seconde pause de l’album, une ballade autour du Malin, bien orchestrée, qui va ensuite se transformer en morceau endiablé. Une très bonne composition musicale, suivie d’un Unchain The Light plus alerte et rythmé. Et enfin l’album se termine comme il se doit par un superbe morceau, A Restless Heart And Obsidian Skies, ballade mélancolique mais aux dimensions de nouveau totalement épiques.

Ghostlights est donc un excellent album, proposant un univers vraiment à part et l’on se rend vraiment compte que Tobias Sammet compose pour les musiciens et les chanteurs qui l’accompagnent. Du très très bon boulot d’ensemble et j’ai vraiment hâte de voir en live ce que cela peut donner et surtout ce qu’il pourra proposer à l’avenir.

Ghostlights
Avantasia
Nuclear Blast
2016